Les Fleury Nadal

Note: 3.6/5
(3.6/5 pour 5 avis)

Une grande saga familiale à travers l'histoire. Lorsqu'il relit le Décalogue à l'envers, le lecteur s'aperçoit que tous les personnages appartiennent à une même famille : celle des Fleury-Nadal. La série éponyme autonomes traités en un ou deux albums maximum, nous conte donc quelques aventures marquantes dans l'existence de ces personnages. Chaque album sera scénarisé par Frank Giroud, mais la mise en images reviendra tantôt au dessinateur qui a créé le personnage, tantôt à un invité de marque.


1789 - 1799 : La Révolution Française Génocide arménien Les sagas familiales

Fructidor An V, septembre 1797. Dans un Paris en proie à la Seconde Terreur, Charles Nadal, bibliothécaire de l'Institut et candidat à l'Académie des Sciences, est victime d'une cabale ourdie par un concurrent jaloux. Tandis qu'il attend son exécution parmi des centaines d'autres condamnés, Hector, Eugène et Ninon, ses enfants, remuent ciel et terre pour lui éviter la guillotine. Mais cette course contre la montre est entravée par les dissensions et les jalousies qui déchirent la fratrie. Une fratrie que l'on retrouvera quinze ans plus tard, profondément marquée par les événements tragiques de l'An V.

Scénariste
Dessinateurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 30 Mai 2006
Statut histoire Série terminée (4 cycles terminés, pas de nouveaux cycles prévus) 6 tomes parus
Couverture de la série Les Fleury Nadal
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

11/07/2006 | pol
Modifier


Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

On va suivre les aventures de plusieurs membres de la famille Fleury-Nadal évoqués dans les tomes du "Décalogue" en parcourant l'Histoire. Le premier tome concerne la belle Ninon pendant la période de la seconde terreur marquant la Révolution Française. Motivés par leur soeur Ninon, les frères Nadal rivalisent pour sortir leur père des geôles révolutionnaires. C'est le début d'une saga familiale et d'une fresque historique palpitante. Le second et troisième tome va concerner la génération suivante pendant la Révolution de 1830 à savoir le jeune Benjamin qui est le fils de Ninon. Ce dernier est hanté par le tableau d'une belle inconnue. Ses rêves vont le mener jusqu'en Egypte. Le cadre de ce nouveau récit est volontairement plus romantique. Le dessin est d'une beauté extraordinaire. Le quatrième tome à savoir Anahide va directement concerner le génocide arménien qui aura des consonances jusqu'en 1987 dans ce récit poignant. C'est incontestablement l'album le plus réussi de cette petite collection. Le traitement a été réalisé avec beaucoup de justesse et de courage. J'ai littéralement adoré car il retranscrit à merveille les émotions. Il y a également un véritable message politique en ce qui concerne la question de la reconnaissance de ce génocide par la Turquie. Le 5ème et le 6ème tome concerne Missak, le frère de Anahide. Il va avoir un parcours totalement différent de sa soeur en échappant au génocide arménien. Là encore, le diptyque est une réussite à tous les niveaux avec une intrigue passionnante. On découvre la société new-yorkaise du début de la prohibition et de la mafia. On retrouvera ce personnage emblématique dans le tome 5 du décalogue à savoir le Vengeur. Cette nouvelle extension du Décalogue apporte des éléments de réponse en complément de la série originelle. Cependant, les épisodes des Fleury-Nadal peuvent tout à fait se lire et se comprendre indépendamment du cycle du Décalogue. C'est vrai que la plupart des lecteurs vont avoir le sentiment que l'auteur exploite le filon de manière très commerciale. La qualité étant au rendez-vous, on pourra facilement pardonner. Par ailleurs, c'est quand même assez rare qu'une série parallèle soit aussi bien faite. On suit avec grand plaisir ce récit si bien racontée par Giroud. Splendide, historique et romantique à souhait ! Note Dessin : 4.25/5 – Note Scénario : 4.25/5 – Note Globale : 4.25/5

14/02/2007 (MAJ le 18/07/2013) (modifier)

(Après lecture des 4 premiers tomes : Ninon, Benjamin 1 et 2, Anahide) Comme pour toute suite de série à succès, j'avais très peur en ouvrant la première page des Fleury-Nadal... Dans la BD historique, d'autres auteurs s'étaient essayés à développer des destins croisés autour d'une série initiale : ainsi Les 7 vies de l'épervier, dont la plupart des suites étaient aux deux frontières de la crédibilité historique et de la truanderie éditoriale, mais pas du même côté. Cependant, j'avais trouvé Le Légataire sympathique ; allait-il en être de même ? Eh bien non, mais en mieux ! Dans Ninon, on illustre un fait bien connu mais souvent absent dans les cours d'Histoire : dans toute époque troublée (Révolution, Terreur, Libération, j'en passe et des meilleures), il en est toujours qui profitent de la confusion pour régler des petits comptes personnels... Le trait de Rollin manque un peu d'élégance mais il suffit pour servir l'intrigue. Benjamin est un très beau voyage dans l'espace et le temps, le mythe et la folie. Je suis partagé sur les dessins de Hulet : d'un côté, ses cases possèdent souvent un grand pouvoir d'immersion, à commencer par la toute première de l'album et en passant par des décors somptueux comme la planche 19 de Benjamin 1. D'un autre côté, je trouve certains visages moches (planche 2 case 3...). Et comme chez trop d'auteurs hélas, j'ai quelquefois des réserves sur le découpage. Par exemple planche 25, les cases 4 et 5 sont proportionnées raisonnablement, pas de problème ; en revanche, pour la grande case 6, le seul motif pour la faire en L (inversé) est... de faire tenir dans la page les cases 4 et 5. Mais ça n'a aucun sens par rapport au contenu de la case 6 elle-même et ça la rend même un peu disgracieuse ! Même type de remarque, par exemple, pour la dernière case de la planche 27. Je ne trouve pas la couverture d'Anahide très jolie mais les dessins de Courtois à l'intérieur sont assez réussis, dans un genre semi-réaliste un peu plus stylisé que Hulet, avec des couleurs en demi-teintes de brun qui créent une ambiance intéressante. Je ne veux rien révéler sur le scénario mais... je trouve que l'idée est excellente, pertinente et bien menée. Comme dans Le Décalogue, je salue le courage de Giroud et son respect de nous autres lecteurs : là où il aurait pu recycler des vagues déchets scénaristiques de-ci et de-là pour bricoler une vague série tout juste bonne à faire sonner le tiroir-caisse, il est aller chercher des intrigues totalement nouvelles, là encore bien documentées et bien menées, tout en s'intégrant très bien dans la trame de la série originale. Je ne me suis pas amusé à faire toutes les vérifications croisées sur la cohérence de la chronologie, mais rien d'absurde ne m'a sauté aux yeux et au contraire, tout semble très bien tenir debout ! D'autres lecteurs reprocheraient lui sans doute que cette série apporte peu à l'intrigue principale du Décalogue et à ses histoires de Nahik et d'omoplate de chameau. En ce qui me concerne, au contraire, je lui sais gré d'avoir plutôt développé des thèmes qui ne sont que transversaux dans la série mère en axant chaque tome sur les antécédents de tel personnage principal ou l'itinéraire de tel personnage secondaire. Ainsi, loin de délayer, de décevoir et de lasser, les Fleury-Nadal, au contraire, renforcent la profondeur et la crédibilité de la fresque tissée par l'auteur. Merci !

01/04/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Avec le premier tome, j’ai eu peur que Franck Giroud ne fasse trop de références au Décalogue. En effet, même si ce récit est agréable à lire, je crains qu’il n’intéresse réellement que les lecteurs de la série précitée. Ce premier tome éclaire les comportements de certains personnages du Décalogue sous une lumière différente mais, finalement, l’intrigue se résume à peu de chose. Reste une évocation historique rigoureuse, sans doute mais sur une période de l’histoire qui ne me passionne pas. Heureusement, la suite sera d’un autre tonneau. Dans les deux tomes suivants, la série, si elle mentionne encore Le Décalogue, n’est plus dépendante de celui-ci dans son intrigue. L’aventure de Benjamin se lit comme un diptyque et se suffit à elle-même. Le lieu et l’intrigue sont envoutants. L’histoire est encore un peu convenue mais ne manque pas de rebondissements. Le quatrième tome est sans doute celui que j’ai préféré lire. Il offre à nouveau une base historique solide. A nouveau, il peut se lire sans qu’une connaissance préalable du Décalogue soit nécessaire. A nouveau, il offre un personnage intéressant et, sans doute, le plus attachant même de la série. Après « Medz Yeghern : Le grand mal », c’est le deuxième récit consacré au génocide arménien que je lis, et il offre un éclairage très complémentaire à l’album susmentionné. Les styles graphiques m’ont plu dans l’ensemble. Le style de Hulet est celui que je préfère et apporte une réelle plus-value au diptyque de Benjamin. Ce trait est non seulement précis mais il a, de plus, une vraie personnalité. Mais les autres dessinateurs réalisent un travail des plus corrects, d’une grande lisibilité et d’une belle précision quoique plus impersonnel. Une bonne série, en somme, qui, hormis son premier tome, peut se lire indépendamment de sa série mère. Pas mal du tout (dommage, ce premier tome sans lequel j’aurais été jusqu’au franchement bien !)

14/09/2010 (modifier)
Par tolllo
Note: 4/5

L’histoire et l’Histoire continuent… Giroud nous a construit avec Le Décalogue une grande famille dotée d’un bon nombre de personnages principaux et secondaires intéressants. Il serait dommage par conséquent de les laisser de côte vu le soin apporté à l’élaboration de cette famille que sont les Fleury Nadal. Mais la où Le Légataire servait véritablement l’histoire du décalogue, ici il n’en est rien. Le décalogue sert uniquement de prétexte pour nous narrer diverses aventures, qui, il faut le dire sont bien moins passionnantes que les autres séries de cet univers. Restent des histoires courtes dans des époques bien retranscrites qui n’apportent rien au Décalogue mais qui restent plaisantes. Surtout en ce qui me concerne le diptyque que sont les tomes 2 et 3, vraiment bien dessiné et bien plus intéressant que le tome 1. (14/20)

10/11/2009 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Après Le Légataire, Giroud signe ici une nouvelle série issue de sa série phare : Le Décalogue. Il semblerait que, selon le même principe, des dessinateurs différents se succèderont au fil des tomes. Le tome 1 se déroule juste après la révolution et on assiste au combat de Ninon pour éviter la guillotine à son père. L'histoire nous emmène au cœur d'un imbroglio familial qui voit les 2 frères de Ninon se disputer l'attention et les faveurs de la jeune fille. Cet album est pas mal, Giroud est toujours à mes yeux un scénariste de talent, néanmoins je n'ai pas l'impression que cette lecture m'ait apporté un plus par rapport à la lecture initiale du Décalogue. Je n'en conseille pas l'achat pour le moment, attendons de voir la suite, pour savoir si cette série est vraiment intéressante ou si elle est juste là pour profiter du succès du "Décalogue"...

11/07/2006 (modifier)