Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Capucin

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Les aventures de Capucin, fils d'un ancien chevalier, qui est devenu du jour au lendemain un pauvre paysan...


Mythes arthuriens

Capucin, petit garçon de bonne naissance du haut Moyen Âge, se retrouve subitement dans la plus grande misère. Il décide de se sortir de là en quittant le foyer familial avec son gros cheval bleu, Rostremond, qui est en quelque sorte sa conscience. Mais l'aventure tourne mal. Enrôlé de force avec des milliers d'enfants pauvres et sales, il se voit contraint de servir les plus vils soldats et les noirs dessins de l'infâme Bouche Dorée. Assoiffé de vengeance, Capucin se débat encore mais s'enfonce toujours. C'est la descente aux enfers d'un personnage fort et fragile qui ne voit que ses buts..

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2006
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Capucin
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

04/07/2006 | iannick
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Je n'aime guère les oeuvres de Sfar. Alors quand je suis confronté à ce que j'ai vraiment du mal à considérer comme autre chose que du Sous-Sfar, il y a peu de chances que j'aime. Et ça se confirme avec cette série que j'ai trouvée ennuyeuse et malsaine. Florence Dupré La Tour a travaillé avec Sfar sur l'adaptation animée de Petit Vampire. Cela se ressent énormément : on dirait qu'elle cherche à singer aussi bien son style graphique qu'une part de l'état d'esprit de ses scénarios. Je n'aime pas ce dessin aux anatomies changeantes, au trait ramolli et aux cadrages bizarres. Associé à des couleurs médiocres, le résultat m'apparait laid et désagréable à la lecture. Quant à l'histoire, elle m'a rebuté. J'ai eu l'impression d'une plongée dans un univers volontairement malsain, où tous les personnages sont soit fous, soit mauvais, soit les deux à la fois. Le héros est assez détestable et il m'a été désagréable de suivre ses aventures. Il y a malgré tout un peu d'originalité dans ce récit dur dont on ne sait s'il est destiné aux enfants ou au contraire à leur déconseiller. La curiosité de voir où voulait en venir l'auteur m'a poussé à aller jusqu'au bout du premier tome mais je ne lirai pas la suite.

08/05/2010 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Mon avis rejoindra peu ou prou celui de mon camarade iannick, en cela que j'ai eu -globalement- les mêmes impressions en lisant les albums, à savoir : - d'abord, un style graphique rappelant fortement celui de Sfar. Normal, puisque Florence Dupré la Tour a participé à la version cinéma de Petit Vampire. C'est donc, quelque part, sa fille spirituelle. - ensuite, une action débridée tout au long de l'histoire. Ca galope, ça court, ça tranche, ça charcle dans tous les coins, on n'a pas le temps de s'ennuyer - malgré un style naïf mis en avant, le talent de narratrice de l'auteure n'est pas à démentir. On est très vite pris dans l'histoire, au risque parfois de ses sentir submergé(e). Ce talent est couplé à un sens de la mise en scène plutôt surprenant dans une BD de style naïf. Au final, c'est une série qui devrait devenir assez rapidement un classique.

05/07/2007 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Il y a beaucoup de similitudes dans la façon de dessiner/conter entre Florence Dupré La Tour et Joann Sfar ! C’est assez amusant aussi de voir que l’album est tiré d’une collection dirigée par… Joann Sfar en personne ! Cette BD oscille entre le conte, le fantasy et l’aventure. J’ai suivi avec curiosité et amusement les aventures de Capucin. Cet enfant m’est apparu à la fois insupportable et attachant. Insupportable car il n’hésite pas à mentir, voler, tuer parfois et à arroger pour pouvoir revenir dans la haute bourgeoisie. Attachant car il peut aider et s’attirer des amis. Dans cette BD, l’univers créé par Florence Dupré La Tour est très riche bien que de nombreux clins d’œil aux classiques du genre fantastique moyenâgeux apparaissent comme la présence du roi Arthur. Capucin évolue dans un monde cruel où des enfants sont assassinés, où la moindre erreur peut reléguer un être chevaleresque en un pauvre paysan. Paradoxalement, de nombreuses séquences humoristiques parsèment l’album. Je pense notamment aux scènes où les amis de Capucin sont surprenants de naïveté. Globalement, l’action est prépondérante dans cet album où les péripéties de Capucin s’enchaînent sans temps mort ! Florence Dupré La tour est irrémédiablement une excellente narratrice. Cela est visible dans sa façon de mettre en page son scénario et dans sa capacité à nous capter à son récit. Son dessin ressemble à celui de Joann Sfar. La colorisation est faite par ordinateur. Personnellement, que ce soit pour l’un ou l’autre dessinateur, je préfère quand ce style est en noir et blanc ou coloriser par de l’aquarelle. A mon avis, « La mauvaise pente » est un premier tome très divertissant, quoique classique dans son traitement, qui devrait combler les amateurs de récits d’aventure et d’action. Capucin est un personnage qui m’est apparu attachant et qui devait facilement se faire une place dans la mémoire des bédéphiles. Réjouissant !

04/07/2006 (modifier)