Yan' Dargent

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Dans cette bande dessinée, deux récits se croisent, où se mèlent faits réels et fantastique.


Bretagne Peinture et tableaux en bande dessinée

Le point de rencontre entre les deux histoires se situe autour du tableau du peintre breton Yan’ Dargent : “Les lavandières de la nuit”, présenté au salon de 1861. La première partie du récit, cinquante-deux pages de Nina Luec, puise dans les superstitions et la culture populaire du Finistère Nord au XIXe siècle. Yan’ Dargent et François Luzel, deux jeunes garçons de Saint-Servais, bravent les terreurs de la nuit pour partir à la recherche de mystérieuses lavandières dont ils ont entendu parler lors d’une veillée. La narration, focalisée sur l’enfance de Yan’Dargent, souligne l’impact que ses visions surnaturelles ont eu dans sa jeunesse sur ses oeuvres, à la croisée du romantisme noir et du folklore breton. Mandragore, dans la seconde partie, réalise une enquête d’une vingtaine de pages autour de la mort du peintre. Cette approche anthropologique nous narre le rite de décollation, pratiqué à sa demande sur le corps de Yan’ Dargent post-mortem. Le scandale qui en découlera éclaboussera injustement la réputation de Yan’ Dargent, boudé par ses contemporains. Texte : Editeur.

Scénaristes
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Novembre 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Yan' Dargent
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

02/07/2015 | Alix
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Ce petit album rend hommage à un artiste breton célèbre (en tous les cas en Bretonnie), à savoir le peintre Yan' DArgent. Au travers d'un épisode un peu traumatisant -et fictif- de son enfance, la dessinatrice Nina Luec remonte aux sources de l'imaginaire de l'artiste, en tous les cas ce qui a pu lui inspirer un tableau très connu et impressionnant. En creux, c'est toute une partie de l'imaginaire et du légendaire breton qui nous est ici montré, et c'est vraiment fort agréable, notamment grâce au dessin inspiré de Nina Luec. Fort sympathique.

27/10/2015 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Nina Luec et Mandragore revisitent un tableau célèbre du peintre breton Yan’ Dargent. La narration est habile, et parvient à nous présenter la légende bretonne qui a inspiré le peintre (Les lavandières de la nuit), ainsi qu’une partie de la vie de ce dernier. C’est intéressant, bien écrit, bien documenté, et devrait ravir les amateurs de fantastique. Le dessin est maitrisé et parfaitement adapté à ce genre d’histoire. Un album classique, mais les amateurs de légendes (et de culture bretonne) se doivent de le lire.

02/07/2015 (modifier)