Abdallahi

Note: 3.59/5
(3.59/5 pour 22 avis)

Un grand récit en deux volumes, auquel Christophe Dabitch a su communiquer un vrai souffle épique ; magistralement mis en image par Jean-Denis Pendanx.


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune Afrique Noire Esclavage Maghreb Nouveau Futuropolis

Premier européen à entrer dans Tombouctou, ville mythique et interdite aux Blancs, et à en être ressorti vivant, René Caillié, explorateur solitaire, explorateur solitaire, effectua 500 kilomètres à pied, du Sénégal à Tanger, sans aucun soutien officiel, en se faisant passer pour arabe et musulman. Un grand récit en deux volumes.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2006
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Abdallahi
Les notes (22)
Cliquez pour lire les avis

22/03/2006 | Manu Temj
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Le dessin de cette série est superbe. J'ai ressenti les beautés et la chaleur de l'Afrique à travers ce dessin qui crée une atmosphère parfaite pour cette histoire et les couleurs sont bien choisies. Pour ce qui est du scénario, il est pas mal quoique malheureusement il est un peu lent et j'ai eu de la difficulté à m'intéresser totalement à la vie de René Caillée. Il faut dire que l'auteur ne réussit pas à me le rendre attachant. Son sort m'a laissé indifférent et de toute façon je savais déjà comment cela allait finir vu que je connais sa vie.

02/12/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Eric2Vzoul

Deux beaux albums, mais un récit qui traîne comme une caravane dans le désert. J'ai eu du mal à me passionner pour le périple halluciné de René Caillié. Pourtant, le dessin est magnifique et l'histoire cohérente… On ressent parfaitement l'immensité des paysages, la chaleur écrasante, la nonchalance des journées sans fin dans l'ombre des maisons lézardées des cités du désert, la profondeur du voyage intérieur… et aussi tout l'ennui de l'univers des nomades en déliquescence. Trop de contemplation, de non-dit, de lenteurs dans le récit. Des personnages qui ne sont qu'esquissés, à l'exception des deux principaux protagonistes. Et au final, une narration qui s'ensable… C'est très beau, mais un peu vain.

08/09/2014 (modifier)
Par McClure
Note: 4/5

J'ai mis de nombreuses pages pour véritablement rentrer dans le récit et le suivre avec plaisir. Graphiquement, c'est très très beau, le dessin rend vraiment hommage à l'Afrique Saharienne. C'est de la belle ouvrage. Les visages sont de véritables merveilles avec une multitude d'expressions et de sentiments qui passent admirablement. J'aurais presque espéré plus de villes, plus de planches.... Je ne reviendrais pas sur le pitch déjà décrit par d'autres. J'adore ce récit historique et aventureux sur fond d'une période trouble où se mêlent colonialisme, impérialisme maure, esclavagisme notamment. C'est la dernière période des grands aventuriers et défricheurs, qui repoussèrent les limites connues de notre monde. L'histoire prend racine dans un terreau véridique et on savoure d'autant plus cette fresque en ayant cet élément en tête. J'ai adoré vivre cette aventure humaine de l'intérieur, en suivant pas à pas Caillé dans sa découverte des peuples et ethnies, le suivre dans ses mensonges, ses contradictions, ses souffrances physiques et psychologiques. C'est un très beau diptyque à conseiller réellement à tout lecteur.

14/01/2012 (modifier)

Deux tomes qui sont une magnifique oeuvre, sur le plan de l'histoire comme du graphisme. Inspiré de l'histoire de René Caillé et de sa découverte de Tombouctou, c'est le récit d'un homme fasciné par un rêve, raconté avec infiniment d'humanité et d'attention aux autres personnages : le "héros" n'écrase pas les tomes de sa présence. Ces livres racontent le rêve et la désillusion, la difficulté à se comprendre entre les cultures, mais aussi la richesse des rencontres et les ressemblances au delà des différences ; il n'y a pas de fatalité du "choc des civilisations" dans ces livres. Quant à l'illustration, certaines pages sont tellement belles qu'elle peuvent s'admirer comme des tableaux... A la sortie de la lecture, on a envie de lire la vraie histoire de René Caillé, pour voir quelle est la part de vérité et celle de fiction dans ce récit à la fois lumineux et sombre.

18/09/2010 (modifier)
Par Anne Cart
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Une bande dessinée magnifique illustrant l’idée fixe d’un homme et l’errance qui s’ensuit… Un voyage sombre et torturé au coeur d’une Afrique encore inconnue, fantasmée et dangereuse… Cette aventure est tirée d’une histoire vraie, celle d’un géographe français du début du 19ème siècle, René Caillié, qui rêve de cartographier l’Afrique de la côte sénégalaise jusqu’à Tombouctou, la « ville d’or » encore interdite aux Blancs. Sans aucun appui officiel mais animé d’une passion dévorante qui finira par s’égarer dans la folie, il effectuera 4500 km à pied en se faisant passer pour Arabe et musulman ; devenant pour tous Abdallahi.

16/07/2010 (modifier)
Par Casou
Note: 4/5

Le scénariste, journaliste de formation, aime de toute évidence explorer les liens entre l'Histoire et l'histoire personnelle. Drame intime et enjeux politiques se mêlent dans cette quête africaine. René Caillié se lance dans un défi improbable : rallier Tombouctou à pied et être ainsi le premier Européen à établir une carte précise de ces contrées. Le dessin de Pendanx, lumineux et coloré, est éblouissant et sert parfaitement le propos de Dabitch. La chaleur écrasante du soleil, les pas qui se font lourds, la fraîcheur du bivouac sont palpables dans ces pages qui se teintent de mysticisme. Les rencontres avec les peuplades locales sont autant de regards sur des cultures différentes, de réflexions sur les religions. Avec pudeur et talent, les auteurs semblent suggérer qu'une blessure secrète guide les pas du héros et le pousse à aller toujours plus avant, malgré les pièges du désert, le découragement inévitable, la peur de renoncer... Une bd où l'on prend son temps (ce qui pourra en rebuter certains), où le rythme de lecture se calque sur les pas obstinés et désespérés de René Caillié...

19/01/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai eu beaucoup de mal à comprendre le scénario et surtout où l'auteur voulait en venir au début de cette aventure. Pourtant, j'ai été tout de suite charmé par le dessin de ces étendues désertiques sub-sahariennes. Les vues de Tombouctou sont merveilleuses par exemple. Il y a quelque chose de magique dans le graphisme. Peut-être également les couleurs. Je crois que ce qui pêche dans cet ouvrage, c'est le scénario qui n'est pas très clair. On nous entraîne volontairement sur de fausses pistes. Quand on découvre la vérité c'est à dire la clé, c'est vrai qu'on acquiert tout de suite une meilleure compréhension de l'ensemble. C'est cependant dommage d'y voir clair qu'à la fin de l'histoire. Cela ne se prête pas à ce genre de récit qui n'est pas un polar. Ceci dit, cela demeure intéressant car on apprend des choses sur l'histoire de l'Afrique et de la colonisation.

04/07/2009 (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

On dit souvent de l'Afrique que c'est un continent riche en émotions et en couleur. C'est ce que nous prouvent Christophe Dabitch et Jean-Denis Pendanx avec cette courte série en 2 tomes ! Un véritable voyage au pays des couleurs ! Car la première réussite de cette BD tient pour moi à son surprenant traitement graphique : de la couleur pure ! Chaque case est une toile qui nous plonge et nous fait vivre cette Afrique profonde du XIXe siècle. Et derrière ces couleurs sourdent les émotions du terrible périple de René Caillet, premier européen à pénétrer et ressortir vivant de Tombouctou... Un voyage qui le marquera à jamais, tant physiquement que psychologiquement. Une psychologie qui est d'ailleurs bien retranscrite par Christophe Dabitch. Quand dans le second tome, la folie touche du doigt notre aventurier, cela est retranscrit parfaitement, et parfaitement appuyé par le graphisme de son comparse. Au bout de se périple pourtant, une légère frustration, car il manque un je ne sais quoi, une exaltation supplémentaire, une petite flamme incendiaire qui aurait parfait ce diptyque.

06/03/2009 (modifier)
Par Tetsuo
Note: 3/5

Etrange histoire que celle de René Caillé, explorateur Français un peu fou dont la principale ambition était de réaliser ce qu'aucun Européen n'avait jamais fait : entrer dans la fameuse cité de Tombouctou. J'ai trouvé le premier tome réussi, entraînant et plaisant. Le second m'a égaré un peu, la folie qui s'empare du héros est retranscrite avec précision, mais j'ai décroché quelques fois, pas totalement conquis par certains passages. Par contre, les auteurs parviennent à nous faire rentrer dans la tête de ce personnage hors du commun, ses doutes, ses envies, ses certitudes, ses difficultés, ses réflexions,... pas à pas dans ce qui se révèle une marche dure et âpre, un combat de tous les instants pour atteindre son objectif. Et s'il est vrai que ses motivations me laissent perplexe, on ne peut que souligner cette force, cet engagement qui le pousse toujours plus loin. Au-delà du voyage, la quête d'identité d'un individu qui pense connaître la vérité et qui se laisse aveugler par son idée. Idée fixe qui en fait une "machine" à voyager vers Tombouctou, sa conscience étant comme annihilée... On pourrait même parfois le comparer à un être possédé par ce désir d'accomplir une action extraordinaire... étrange, oui étrange. Christophe Dabitch a su créer un scénario mêlant onirisme et récit réaliste. Ce voyage véridique est prétexte à discourir sur l'Homme, lequel est toujours aspiré par un but, une finalité qui peut sembler illusoire. Et bien souvent, les sacrifices sont nombreux, les embûches terribles et le chemin bien long. Mais pour en apprécier toute la saveur, ne faut-il pas en passer par là ? Magnifiques dessins qui nous plongent littéralement dans cette incroyable épopée. Les regards, les paysages, les attitudes, les ambiances,... sont magnifiquement retranscrits. On ouvre et nous voilà en Afrique, suivant les pas d'Abdallahi... Le graphisme est saisissant. Notamment avec les couleurs chaudes et vives. Un récit d'explorateur accrocheur.

04/12/2008 (modifier)
Par iannick
Note: 4/5
L'avatar du posteur iannick

« Tombouctou », vous savez ce que c’est ? Pour peu que vous ayez quelques connaissances en géographie, c’est une ville située au Mali (Afrique). Mais, au début du XIXème siècle, aucun européen n’avait mis le pied dans cette citée que les arabes ne disaient que du bien. A cette époque, tous hommes autres que musulmans qui avaient comme objectif d’atteindre Tombouctou étaient promis à la mort. Et pourtant, Réné Caillet fut le premier à pénétrer dans cette ville et surtout d’en revenir vivant ! C’est cet exploit que nous conte Christophe Dabitch (au scénario) et Jean-Denis Pendanx (au dessin). C’est le traitement graphique de Jean-Denis Pendanx qui m’a donné l’envie de lire « Abdallahi ». Il me semble que ce type de dessin est assez inhabituel dans le monde de la bd car en lisant ce diptyque, le lecteur a l’impression de regarder des tableaux. Il en résulte que l’ambiance de l’Afrique du XIXème siècle y est très bien rendue. Le mode de vie des habitants et les paysages y apparaissent criants de vérité (enfin, disons que c’est l’idée que je me fais de ce continent à cette époque). A ce sujet, il me semble que les auteurs se sont très bien documentés. J’ai également apprécié la façon dont Jean-Denis Pendanx dessinent la peur, la gaieté, la colère -et j’en passe !- à travers les expressions de ses personnages. Cependant, si certaines planches sont vraiment éclatantes de beauté, d’autres me sont apparues assez difficiles à discerner notamment lorsque les séquences se passent dans la nuit (trop sombres). C’est une histoire très accrocheuse que nous propose les auteurs, les bédéphiles y découvriront un personnage complexé, René Caillet, par ses origines modestes qui veut se faire un nom dans l’histoire et qui surtout veut, en réussissant à rallier Tombouctou et en revenir vivant, donner du tort à ses détracteurs ! Les lecteurs y discerneront aussi un héros malin qui usera avec l’aide d’Arafamba de tous les stratagèmes pour rejoindre Tombouctou et se soustraire à ses ennemis, un personnage très humain qui luttera contre l’esclavagisme jusqu’à la fin de sa vie et va sortir marquer physiquement par son voyage sur les terres africaines. Le bédéphile y verra également la richesse de l’Afrique à travers ses paysages et ses peuples où René Caillet partagera leur quotidien. Cependant, n’allez pas croire que Christophe Dabitch et Jean-Denis Pendanx ont retranscrit à cent pour cent le périple de René Caillet, puisque ce récit est romancé faute de renseignements. Malgré tout, je suis admiratif devant le travail de Christophe Dabitch d’avoir réussi à m’intéresser à ce personnage et d’avoir réuni suffisamment d’informations pour le rendre le plus proche de ce qu’il était. « Abdallahi » est classé comme roman graphique, pourtant, ce récit peut être catalogué comme un album historique au vu des références signalées par Christophe Dabitch. « Abdallahi » m’est apparu comme un bd riche en renseignements sur l’Afrique noire et du Nord au XIXème siècle, elle nous fait découvrir aussi un homme tiraillé par sa situation modeste et par son volonté de réussir ce qu’aucun européen n’avait fait avant lui : aller à la légendaire Tombouctou et y revenir ! J’y ai apprécié le dessin de Jean-Denis, le réalisme (il me semble) du quotidien des habitants à cette époque et le fait que Jean Caillet m’est apparu comme un héros proche de nous. A découvrir !

19/11/2008 (modifier)