Calamity

Note: 3.6/5
(3.6/5 pour 5 avis)

New York, 1904 : Janey, jeune femme de la bourgeoisie aisée apprend que sa mère était une certaine Calamity Jane.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle 1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Calamity Jane La BD au féminin

New York, 1904 : Janey, jeune femme de la bourgeoisie aisée apprend que sa mère était une certaine Calamity Jane. Dès lors, Janey voudra savoir : qui était Calamity, cette femme curieuse, hors norme, qui lui lègue des lettres écrites pendant sa vie d'aventurière mais jamais envoyées? Janey part dans l'Ouest, sur les traces de sa mère, Calamity.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
BFB
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Calamity
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

14/02/2006 | alban
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'avais adoré Martha Jane Cannary. Cependant, il était difficile de faire mieux sur le même sujet à savoir celle qui a marqué la conquête de l'Ouest. Il n'en reste pas moins que cette bd est pas mal. La lecture est assez plaisante malgré la sobriété du dessin en noir et blanc. La fille de Calamity part à la recherche de ses racines pour découvrir qui était sa vraie mère. Elle ne l'a appris qu'au décès de celle-ci. On va faire alors un tour du côté de Deadwood. Elle acceptera ce qui est arrivé en mêlant souffrance et pudeur. Bon, d'un point de vuie historique, les lettres à sa fille sont un canular. Calamity n'aurait pas eu de fille et était analphabète. Il reste qu'on a bien voulu le croire pour renforcer le mythe.

30/05/2015 (modifier)

Roman graphique, ce genre porte un nom descriptif du contenu. "Calamity" en est une illustration parfaite. L’auteur nous raconte les tentatives de la fille de Calamity pour retrouver des traces de sa mère. Par le biais d’une quête improbable, cerner le personnage d’un mythe de l’Amérique sera une sacrée aventure. Le trait nerveux noir et blanc transcrit bien ce hiatus entre cette fille élevée loin des préoccupations des miséreux et cette rigueur du sol en territoire « non civilisé ». En plus de chercher ses repères cette jeune femme trouve une vision de la vie différente. Le trait est proche du noir et blanc américain underground. Et pourtant quelle lisibilité ! A mon sens le trait colle parfaitement au scénario de recherche et tourmente intérieure que traverse notre héroïne. La juxtaposition de scènes passées narrées manque d’action, mais colle parfaitement avec le côté enquête mené par l’héroïne. Mais ce roman graphique vaut par la qualité narrative. N’allez pas chercher du colt et de l’intimidation de saloon, le récit n’en est pas gavé. En revanche on découvre toutes les finesses de témoignages rendant des caractères simplement humains et non plus l’archétype du code narratif western. Contradictoires pour certains, le caractère du témoin permettra tout de même un éclairage. Chapeau pour l’exercice complètement crédible et instructif. Evidemment rien n’est extraordinaire et on pourra même trouver certaines recherches un peu inutiles mais cela n’enlève rien à un ensemble cohérent. Cette BD nous emmène dans une lecture « immergée », le grand amateur de roman graphique que je suis a dévoré ce récit totalement méconnu. Evidemment le scénario ne ravira pas les amateurs de western cherchant à consommer leur produit favori, le tout devient beaucoup plus compliqué que bon, brute et truand. Sacrée surprise pour un album oublié de grande qualité.

14/09/2011 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Plaisant mais sans plus, cette BD vaut surtout par sa construction scénaristique. On va découvrir des bribes de la vie de Calamity Jane grâce à sa fille, abandonnée à une famille adoptive. Celle ci va partir à la recherche du passé de sa mère qu'elle n'a pas connu. Au fil des rencontres on découvre des facettes de cette légende, mais étrangement certains témoignages se contredisent partiellement. Cette BD est agréable, le dessin noir et blanc est très détaillé, il m'a fait penser à Simon Hureau pour les décors chargés et détaillés. Les personnages manquent d'expressions et paraissent parfois figés. Au final "Calamity" ne chamboule pas le monde du 9ème art mais offre un bon moment de détente.

21/08/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

L’atout majeur de cette petite bd réside dans sa narration. Vraiment très agréable à lire, le récit nous entraîne dans les pas de Janey Oakes à la découverte de cette mère qu’elle n’a pas connue. Un beau double portrait de femmes, sensible et touchant. Et une vision du far-west intéressante, sans coups de feu (ou presque) et bien plus authentique que beaucoup d’autres. Il est vrai que l’auteur a pu s’appuyer sur la biographie de Calamity Jane, et c’est tout bénéfice pour la crédibilité de l’ensemble. Le style graphique de Sylvie Fontaine (un noir et blanc un peu brouillon mais très lisible) m’a bien plu et s’adapte très bien au récit. Les différents personnages sont facilement reconnaissables et les décors assez riches contribuent à la réussite de l’ensemble. Au final, une très agréable découverte.

09/03/2009 (modifier)
Par alban
Note: 4/5

Une femme qui n’a pas connu sa mère, c’est le lot de beaucoup d’enfants adoptés. Mais là, quand cette mère est la fameuse légende du far-west, la célèbre « Calamity Jane » au delà de la découverte de ses parents, cette femme va aussi nous faire découvrir les pans moins célèbres de cette femme peu ordinaire. Sylvie Fontaine manipule avec maestria un nouveau style graphique et narratif, et l’on dévore ce petit ouvrage (au nombre de pages néanmoins conséquent) d’un trait. On replonge avec joie dans la vie du far-west mais sous un nouveau regard beaucoup moins propres que ce que l’on avait l’habitude de lire. Une nouvelle grande réussite de cet auteur.

14/02/2006 (modifier)