Guerres froides

Note: 1.5/5
(1.5/5 pour 2 avis)

Histoires courtes et violentes dans les USA des années 80.


Auteurs Allemands

Novembre 1983, USA. Pour épater sa girl-friend, un gamin branche son ordinateur sur un satellite. Et quelque part dans le ciel asiatique, piégé par ce nouvel écho, un avion de ligne se détourne et s'engage au-dessus de l'URSS. Au bout il y a la tragédie. Schultheiss est fasciné par ça, la violence de ceux qui ne communiquent plus, deux mondes cloisonnés qui s'ignorent. Mari et femme dans "Partie de pêche", tueur et paumé dans "Christina", la mort est toujours au rendez-vous. Un album coup de poing mettant en avant le dessin de Schultheiss.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 1985
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Guerres froides
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

30/01/2006 | Ro
Modifier


Par Ems
Note: 1/5

Cette BD est composée de 4 histoires indépendantes aussi dépassées qu'inintéressantes. Dans les 3 premières il y a des personnages nus à tout va. C'est racoleur mais pas efficace pour l'intérêt des scénarii. Ma note parle d'elle même quand à l'intérêt de ces derniers... Le dessin est inconstant : il m'a parfois paru beau parfois sale. La colorisation en est la cause principale, les couleurs de l'époque ne feraient plus recette aujourd'hui tant elles sont affreuses. Heureusement, je n'aurai pas de mal à oublier cette BD ;)

04/08/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Un album totalement dans le style dépassé des BDs adultes des années 80. Ce sont des histoires courtes, noires, mêlant sexe et violence dans des scénarios qui se veulent sérieux et forts mais qui paraissent presque ridicules par leur sérieux. Ce sont des femmes en tenues racolleuses ou à poil, qui ne sont que des poupées aguicheuses et sans cervelle. Ce sont des puceaux petits génies de l'informatique et autres idiots du village. Ce sont des gars qui suent la virilité et la violence mâle et silencieuse. Les scénarios sont relativement variés, allant du complot politico-informatique à la simple quête de baise d'une femme obsédée du cul. Mais tous suintent de clichés, de "noirceur" volontaire et désuette, d'intrigue naïve et qui tient en une phrase. Ca se veut parfois choquant, parfois angoissant, mais jamais je n'ai réussi à me laisser pénétrer par l'ambiance recherchée. Pour raconter ces histoires, l'album met en avant le dessin de Schultheiss, un dessin en couleur directe peut-être novateur à l'époque mais assez moche au final. Les couleurs sont grossières et leurs associations sont parfois hideuses. Quant au dessin, il n'est globalement pas mauvais mais très inégal et parfois même aussi raté que certaines couleurs. Bref, un album qui a dû être légèrement "coup de poing" en 1985 mais qui fait franchement dépassé et dispensable aujourd'hui à mes yeux.

30/01/2006 (modifier)