Les Nombrils

Note: 3.43/5
(3.43/5 pour 14 avis)

3 héroïnes du journal SPIROU : Vicky, Jenny et Karine.


Albums jeunesse : 10 à 13 ans Auteurs canadiens Journal Spirou Safarir Séries à offrir aux jeunes ados

Jenny, la blonde de service. Vicky, petite peste à temps plein. Karine, la bonne poire. Pour cette dernière, la vie est cruelle. Et puis après ? La théorie de Darwin appliquée à la BD ?

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2006
Statut histoire Strips - gags 8 tomes parus

Couverture de la série Les Nombrils © Dupuis 2006
Les notes
Note: 3.43/5
(3.43/5 pour 14 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

25/01/2006 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur PseudoRandom75

J’adore « Les Nombrils » , c’est peut être l’une de mes bandes dessinées préférées, dont malheureusement l’avenir est compromis suite au divorce des deux auteurs qui, oui, étaient en couple. La série est unique au niveau de son évolution, en effet, les trois premiers tomes (surtout le 1 et le 2), sont des gags en une page avec un peu de continuité. J’avais beaucoup aimé, ri, avec de l’humour un peu bête et des fois carrément noir. Mais la série, devient vraiment intéressante et plus mature à partir du tome 4, avec cette fois-ci des gags mais surtout une histoire entière sur tout le tome avec un véritable arc narratif qui se suit au fil des tomes. Nos personnages évoluent tous, même Jenny et Vicky qui sont pourtant au début détestables, on se met à les apprécier au fur et à mesure. Elles deviennent plus profondes qu’elles ne le laissent paraître. Maintenant spoil, attention. Les thèmes abordés sont intéressants, voire carrément matures ! Le tome 6 est pour moi mon préféré avec un tueur en série, la découverte de l’homosexualité de l’une des protagonistes et j’en passe. J’ai adoré cette série, en espérant que malgré leur séparation, des prochains tomes sortiront.

19/11/2023 (modifier)
L'avatar du posteur Coquelicot7340

C'est une bande dessinée que j'ai beaucoup appréciée durant mes années de collège, et encore aujourd'hui. L'histoire est drôle et triste à la fois car on se met en quelques sortes dans la peau d'une fille, Karine, qui n'est pas très jolie, elle est un larbin envers ses copines qui la traitent comme une servante et ne plaît pas à tout le monde contrairement à Vicky et Jenny, ses "amies". La BD traite de la superficialité des adolescentes. Sortie vers le début des années 2000, on avait la fameuse "mode" du string par-dessus le pantalon comme Vicky et Jenny nous le montrent. La méchanceté de Vicky envers Karine, Jenny aussi mais est plus influençable à cause de Vicky qui lui donne mauvaise influence. ATTENTION SPOIL Au fil des BD, on observe la vie de ces jeunes filles ; Karine se sentant très seule et moche (adolescence), Vicky avec des parents exigeants (pression des parents), notamment sa mère et Jenny avec une mère alcoolique (alcoolisme). Toutefois, la fin se termine plutôt bien sauf pour la plus méchante, Vicky, elle grossit et ne se sent pas très bien du tout. Après le mal qu'elle a pu faire, on lui rend la pareille. Jenny qui a trouvé un homme qui l'aime pour ce qu'elle a en qualité et non pour son physique, elle aura les cheveux totalement rasés à la fin, ne plaisant plus à personne sauf à son petit-ami. Et pour terminer, Karine qui devient très belle et est avec un homme qui l'a toujours aimée non pour son physique mais pour ce qu'elle offre. Malheureusement suite à la séparation des auteurs, il n'y aura pas la vraie fin prévue, ce qui me déçoit sur ce point, même si quelque part cela permet à des fans d'imaginer plusieurs fins possibles, mais bon, un peu décevant tout de même.

10/07/2023 (modifier)
Par Yanna
Note: 4/5

J'ai découvert les Nombrils il y longtemps, alors que seuls les deux premiers tomes étaient sortis, et c'est peu dire que les couvertures ne m'avaient pas du tout engagée à lire cette série. Pas envie de voir des gags sur une pauvre fille gentille se faire martyriser gratuitement par deux pét... pendant 48 pages. Je trouvais néanmoins le dessin dynamique et gai, et j'ai fini par l'emprunter sans en attendre grand chose. Et j'ai bien aimé. Car même si les Nombrils c'est un peu ça (au début en tout cas), les auteurs savent rendre les personnages attachants. Chaque page est un gag à part entière, mais le tout forme une histoire, je trouve déjà que c'est une prouesse de construire un album comme ça. Mais ce n'est pas tout. Chaque album fait évoluer l'histoire et les personnages et apporte un éclairage nouveau sur chacun(e). Karine gagne en assurance. Les deux pestes s'étoffent, on en apprend plus sur leur passé et on comprend mieux leurs réactions. Elles aussi évoluent beaucoup et deviennent plus sympathiques. Les derniers tomes parus à ce jour donnent la part belle à Vicky. Je n'ai jamais été déçue par un album des Nombrils, chaque tome a apporté quelque chose de nouveau et son lot de surprises. Pas d'essoufflement, j'ai toujours pris un grand plaisir à lire cette série. C'est suffisamment rare pour être souligné. Hélas, l'avenir de la série est compromis, les auteurs étant aujourd'hui séparés. La série était initialement prévue en 10 tomes et huit sont parus. Il n'y a donc pas encore de conclusion à cette histoire, c'est pourquoi je ne mets "que" 4 étoiles. Un ou deux tomes pour conclure cette histoire, dans la lignée des précédents, feraient pour moi passer cette sympathique série au rang de "culte".

04/06/2022 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Ro

Mon avis datait de 2006 et avait besoin d'être mis à jour car la série Les Nombrils est devenue quelque chose de bien plus mature, profond et intéressant que les simples albums de gags qu'elle était initialement. Cette BD a été créée en 2004. Ses auteurs sont québécois, compagnons dans la vie, et elle est parue dans le Journal de Spirou dans la mouvance de la rubrique "33, rue Carambole", je pense. C'était une BD qui se voulait moderne, destinée plutôt aux filles mais que les garçons ne rechigneront pas à lire. De même que les adultes car je la lis avec plaisir. Les gags tournent autour de 3 héroïnes. Quand on les découvre, Vicky et Jenny sont deux petites con... heu... chipies superficielles, mignonnes mais sans cervelle, qui ne pensent qu'à draguer et à se faire belles. Et il a fallu qu'elles aient pour... amie, Karine, trop grande, trop naïve, trop maigre et pas féminine pour un sou, qui leur sert bien trop souvent de souffre-douleur. Autant les personnages des deux premières sont irritants au possible, autant celui de la pauvre Karine est attachant comme tout à mes yeux. Quand les gags ne tournent pas autour des plans drague des filles, ils tournent le plus souvent autour de la façon dont Karine va une fois de plus s'en prendre plein la face, la pauvre. C'est un zeste d'humour noir qui me fait facilement rire ou sourire. Quant au dessin, il est bon, dynamique, frais et moderne. Si cela s'était arrêté là, cela aurait donné une série d'humour sympathique mais pas inoubliable. Mais les auteurs ont décidé de faire évoluer l'esprit de leur série et de ses personnages au fil des tomes. Les différentes péripéties quotidiennes que vivent les héroïnes vont transformer leurs vies et leurs caractères. Les successions de gags vont peu à peu former de vraies histoires, avec parfois même un réel suspens voire du danger. Et surtout les héroïnes vont changer au fur et à mesure, avec avant tout la souffre-douleur Karine qui va fortement gagner en maturité, mais les deux autres aussi vont gagner en profondeur et devenir à la fois plus attachantes et surtout plus intéressantes. Les Nombrils est devenue avec le temps une excellente série pour adolescents mais aussi pour un public plus adulte, avec des personnages finalement bien plus complexes qu'ils ne le laissaient paraitre au premier abord. Par le biais de l'humour et des aventures qui se forment, elle va permettre à ses auteurs d'aborder des thèmes finalement sérieux et surtout très intéressants et humains. Je la conseille sans hésiter !

25/01/2006 (MAJ le 21/05/2021) (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Tiens je réécris mon avis vu que la série a bien changé depuis. Je me souviens d'avoir découvert la série dans le magazine québécois Safarir et que j'étais bien content de voir la série traverser l'océan Atlantique. D'ailleurs je pense que c'est vers cette époque qu'on a vu plus de québécois édité chez des éditeurs français ou belges comme Jacques Lamontagne que je lisais aussi dans Safarir, mais passons. J'avais tout de suite bien aimé le dessin, mais le scénario me laissait perplexe parce que si l'humour vache fonctionnait bien, il y avait un coté énervant à voir cette pauvre Karine être le souffre douleur de ses deux soi-disant amies. Puis la série a évolué au fil des tomes et est devenue plus qu'une suite de gags. Il y a de vraies histoires qui se construisent et on a même droit à du thriller dans le tome 6. Les auteurs font évoluer les personnages et si je comprends que certains lecteurs n'aiment pas ça, mais moi je trouve ça original de voir des personnages d'une série humoristique évoluer au lieu de rester prisonniers d'un rôle et de faire les mêmes choses à chaque album. Les auteurs abordent plusieurs problèmes sans tomber dans le moralisant et il y a toujours des surprises. En fait, le seul reproche que je peux faire est que pour une série humoristique, cela ne me fait pas trop rire ! Je souris souvent, mais je ne ris pas au éclats, mais cela ne me dérange pas parce que j'adore cet univers, les personnages et j'ai hâte de voir ce qui va leur arriver !

09/02/2008 (MAJ le 21/05/2021) (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Voila une BD qui m'a surpris de la plus agréable des façons ! Atteignant aujourd'hui les 7 tomes, cette BD est une des rares séries dont j'attends maintenant le prochain tome avec impatience. Car elle m'a vraiment conquis alors que je partais sur un petit a priori et de vagues souvenirs plutôt bof. Ce qui m'a plu dans ma découverte, c'est tout d'abord l'humour de cette série qui nous fait dire tellement facilement : "Quelles pouffes", mais surtout qui propose des situations d'adolescence hilarantes, et ce durant tous les tomes, malgré des variations progressives. Ensuite, la BD s'est surtout construite progressivement, passant de simples gags par planches sans liens construits à des histoires plus intéressantes et qui ont fini, dans les derniers tomes, par devenir le centre de la BD, qui n'a pourtant jamais négligé l'humour. Et ça fait plaisir de voir une BD autant progresser en se renouvelant sans perdre de vue ce qui faisait sa force (dit comme ça c'est un peu étrange comme phrase, mais j'ai du mal à l'exprimer). En plus, malgré son statut de BD "pour jeunes", elle ose aller plutôt loin dans certains concepts (familles étranges, homosexualité, hyper-sexualisation des jeunes, découvertes des sentiments, problématiques de violence des jeunes, dénigrement ou harcèlement ...) alors que la Bd aurait pu se contenter de simplement faire des gags sans suite. J'avoue avoir été franchement étonné de la façon dont les tomes se développaient et les deux derniers m'ont fait une forte impression. J'avoue que c'est culotté de la part des auteurs (notamment des personnages comme Megane que j'ai adoré), mais c'est agréable que le lectorat ne soit pas pris pour des imbéciles. Sans pour autant qu'on tombe dans du sérieux lourd. C'est toujours des gags très drôles sur ces filles prétentieuses et belles qui ne pensent qu'à paraitre la plus belle, mais en même temps c'est des petites saynètes sociales très justes et parfaitement appropriées à un tel récit. La BD m'a beaucoup plu, peut-être parce que j'ai eu l'occasion de découvrir l'intégralité des sept tomes d'un coup et de constater donc la progression énorme de la part des auteurs dans leur récit, mais également parce qu'en terme de BD s'adressant également aux plus jeunes et qui font rire, les nombrils arrivent pour moi au niveau de Lou! (pas taper, pas taper s'il-vous-plait) qui m'a autant fait rire en me faisant fondre et en arrivant presque à m'arracher une larme. Bref, de l'excellente Bd comme j'apprécie beaucoup et qui m'a bien touché, c'est avec impatience que j'attends les tomes suivants (tout en ayant hâte de découvrir ce que les auteurs ont prévu comme fin de série). Recommandé !

08/11/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Les histoires de ces trois filles là (Jenny, Vicky et Karine) sont assez plaisantes à lire. Il y a véritablement une fraîcheur de modernité que j'apprécie notamment dans les dialogues. Cela pourra néanmoins paraître un peu puérile pour des garçons qui liront cette série qui semble d'abord destinée aux filles préadolescentes. La réflexion qu'impose cette bd sous des abords comiques est plutôt celle-ci: le monde actuel est souvent superficiel... Accessoirement, il faut se méfier de ses meilleures amies. Les gags sont présentés sur une seule planche. Cependant, il y a derrière une véritable histoire qui évolue au fil des pages. Les auteurs québécois d'origine (respectivement mari et femme) nous livrent une vision cynique de l'adolescence dans ce qu'elle a de plus égoïste et parfois cruel. Par ailleurs, le tome 7 paru en 2015 s'est vendu à plus de 170.000 exemplaires. En d'autres termes, c'est la 9ème bd la plus vendue en France cette année-là. Inutile de préciser le succès rencontré par cette série qui a trouvé son public.

17/10/2008 (MAJ le 27/01/2016) (modifier)
Par Pierig
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pierig

L’idée de départ est simple : faire coexister deux bimbos sans cervelle avec une grande asperge un peu coincée servant de souffre-douleur. Malgré des débuts prometteurs (un premier opus vraiment pas mal apportant une certaine fraîcheur), la série peine à se renouveler et ce n’est que dans le tome 4 que les choses évoluent. Karine s’affirme enfin (et non sans peine). Mais un peu tard selon moi et cela se fait au détriment de l’humour. Une fois passée la découverte, le soufflé retombe. Les gags sont pas mal mais ne tiennent pas la longueur. Bref, j’ai lu la suite dans le journal de Spirou et j’ai complètement décroché. Quant au dessin, il est sympa et possède une vraie personnalité. Le trait souple permet de croquer en quelques mouvements les personnages et leurs expressions. Seul le tome 1 est recommandable. La suite largement dispensable.

25/09/2009 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Le premier tome fut une très agréable surprise. Deux pestes superficielles et égocentriques qui utilisent leur prétendue meilleure amie comme souffre-douleur, faut avouer que c’était osé comme point de départ d’une série humoristique destinée au grand public. Et le talent des auteurs est tel que la série fonctionne ! J’ai très souvent souri à la lecture de ces gags en une planche, tout en m’attachant à cette grande asperge trop naïve qu’est Karine. Malheureusement, les tomes suivants voient le profil psychologique des deux « nombrils » (Vicky et Jenny) évoluer. En les dotant d’une famille, Maryse Dubuc nous prive partiellement du plaisir de les détester. En effet, leurs comportements trouvent un embryon de justification dans la présence pour l’une d’une mère irresponsable et d’une petite sœur très peste, et pour l’autre de parents trop exigeants et d’une grande sœur prétentieuse et arrogante. Bien entendu, l’adjonction de nouveaux personnages permet de varier agréablement les situations, mais cette nouvelle distribution des rôles rompt l’idée initiale. Résultat : les gags sont plus variés mais moins amusants. En parallèle, les capacités intellectuelles du duo infernal se schématisent. L’une (Vicky) est le cerveau machiavélique tandis que l’autre (Jenny) joue le rôle de la blonde de service. Une évolution malheureuse, que je trouve trop réductrice et caricaturale. Je soulignerai également l’évolution de la structure du scénario. De gags en une planche dans le premier tome, il évolue vers une histoire en 44 planches tout en gardant le principe de la chute en fin de page. C’est très audacieux, car il n’est pas évident faire coexister ces deux principes narratifs. Et, personnellement, je trouve le résultat peu convaincant. L’histoire demeure décousue (surtout dans le deuxième tome), tandis que bien des chutes ratent leur cible, tant elles paraissent forcées ou déplacées. Je pense que les auteurs devraient privilégier l’un des deux systèmes, quitte à alterner recueils de gags en une planche et histoire complète. Au niveau graphique, je n’ai pas grand-chose à dire. Le dessin de Delaf est sympa et souple, bien dans la lignée des productions actuelles pour ados (Malika secouss, par exemple). Rien d’extraordinaire, mais un style qui convient bien à ce type de série. Les couleurs sont informatisées et sans beaucoup de nuances (on est proche d’une série comme Kid Paddle à ce niveau), rien de spécial là non plus. Pour résumer : un premier tome dont je conseille franchement la lecture (4/5), un deuxième très décevant (un petit 2/5) et un troisième juste acceptable (2,5/5). Un petit 3/5 de moyenne, donc.

04/06/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Je m’attendais à quelque chose de « bof » mais, l’air de rien, c’est quand même pas mal. Pas mal car la bonne idée du scénariste a été de créer un trio composé de deux + une (ça va ?… vous suivez ?…). Ben oui, d’un côté vous avez Jenny et Vicky et, de l’autre, Karine. Elles sont normalement copines. Mais les deux premières sont de franches chipies prêtes à tout pour être le centre d’attraction de tous et toutes. La troisième, Karine, c’est la « bonne poire », une grande bringue fort gentille, pas trop gâtée par dame nature et qui est le souffre-douleur des deux autres. Mais elles sont copines. Enfin, c’est ce qu’elles disent. Et cette « amitié » donne une série qui « déménage » par moments. C’est qu’elles sont l’art de semer la zizanie, de créer les embrouilles, les coups bas, les trahisons… Ces « nombrils » donne à sa façon un vrai « coup de jeune » aux séries dites « pour jeunes filles » mais que tout le monde peut vraiment apprécier. Le graphisme est énergique, sympathique, créatif même et donne à l’ensemble une véritable ambiance « djeune ». Une série méritante qui ne se prend pas du tout au sérieux, et c’est pour ça que je l’apprécie.

29/04/2009 (modifier)