Striker

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Yu Ominaé, dit "Striker", fait partie de la fondation ARCAM chargée de protéger d'anciennes reliques archéologiques présumées dangereuses. Armé de son poignard en orichalque et de son armure musculaire capable de multiplier par 30 sa puissance et de le rendre insensible aux attaques conventionnelles, c'est le membre le plus puissant de son unité de combat.


Manga : avant 1995, la préhistoire Shogakukan Shonen

À la fin du XXI siècle, des explorateurs font une incroyable découverte au fond des montagnes de Turquie : une gigantesque arche, enfouie dans la glace, l'Arche de Noé ! Les scientifiques du monde entier sont mobilisés pour l’examiner, bien que la découverte reste relativement secrète, mais ce joyau suscite aussi des convoitises et des commandos armés ont déjà tenté de prendre d’assaut le site tout entier. Ainsi charge-t-on Yû Ominae, un étudiant, de protéger les lieux, en attendant que l’on perce le secret de l’Arche. Surnommé Striker, ce jeune garçon fait en réalité partie de l'élite de forces spéciales surentraînées et dotées d’une puissance psychique. Avec le Français Jean Jacquemonde, il sera amené à affronter le colonel Mc Dougal, un petit garçon surdoué, lui aussi très puissant, qui veut utiliser l’Arche pour créer un monde nouveau...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1995
Statut histoire Une histoire par tome 2 tomes parus
Couverture de la série Striker
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

27/12/2005 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Note approximative : 2.5/5 Voilà du shonen typique du début des années 90. Inspiré d'Akira (les auteurs ont d'ailleurs collaboré avec Otomo), de Gunnm et d'autres mangas de l'époque, c'est de la pure action à base de cyberpunk, de capacités sur-développées et d'armes exotiques customisées. La version française, deux tomes seulement parus en France, contient deux histoires indépendantes, le tome 1 ayant été adapté en film d'animation sous le nom de Spriggan. Le dessin est dans la veine d'Akira en moins réussi. Les personnages sont dessinés de manière correcte mais les décors sont très moyens. Quant aux scénarios, ils sont assez répétitifs. Des scientifiques ont trouvé une relique ancienne (l'Arche de Noé ou ce qui est sensé l'être dans le tome 1, un ancien Berserker dans le tome 2) et des militaires veulent s'en emparer alors l'ARCAM demande à Striker de protéger la relique. Et ensuite, place à l'action ! La version Française n'explique nullement l'origine de la puissance de Striker : celui-ci se dit immortel (et semble bien l'être vu ce à quoi il survit), bénéficie d'une super-armure musculaire le rendant ultra-puissant (pourquoi l'a-t-il, lui, jeune adolescent sans soutien militaire quelconque ?) et son ami professeur lui a fabriqué un poignard en orichalque ultra-perforant (il sort d'où cet orichalque ?). Il est probable que ceci soit expliqué dans le manga original japonais dont ont été extrait uniquement les deux histoires publiées en France. Mais pour le moment, il faut prendre pour argent comptant ce jeune guerrier surpuissant sans qu'on sache pourquoi il l'est. Il faut aussi prendre pour argent comptant son compagnon d'arme, le Français Jean Jaquemonde (arf, ce nom !) qui est lui aussi super fort, super rapide et qui se transforme en bête sanguinaire et incontrôlable quand il voit couler son propre sang. D'où sort-il ? D'où sortent ses pouvoirs ? On n'en saura jamais rien, nous pauvres Français (il aurait pu nous raconter tout ça pourtant notre compatriote Jean :?)). Le tome 1 a pour méchant un succédané de Tetsuo et autres Numéros d'Akira. C'est tellement visible que c'en est presque du copier-coller. Même le dessin du gamin en question et de ses attaques mentales est fait dans un style proche de celui d'Otomo pour Akira ou Dômu - Rêves d'enfants. Pour le reste, Striker lui-même et ses combats rappellent fortement Gunnm. Le poignard en acier de Dama... heu... en Orichalque, ça ne vous dit rien ? Le côté bourrin et sanglant des bastons, le Berserker du tome 2 ainsi que les ennemis parfois démesurément plus grands et puissants que le héros, suffisent à rapprocher encore les deux séries. Ces points font pour beaucoup considérer Striker comme un ersatz bourrin et cyberpunk d'Akira et de Gunnm et je ne suis pas loin de penser la même chose. Cependant, la narration est plutôt bonne. L'action est la pièce maîtresse de ce manga et elle est relativement réussie. Et si on ne se pose pas trop de questions sur le réalisme de tout cela, sur les origines des super-pouvoirs de nos héros, et si on se rappelle bien que ce manga est destiné au adolescents mâles amateurs d'actions, de bastons et de gros flingues avec un semblant de scénario assez potable derrière, Striker reste assez efficace et pas désagréable à lire.

27/12/2005 (modifier)