Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Aya de Yopougon

Note: 3.61/5
(3.61/5 pour 23 avis)

Angoulême 2006 : Prix du meilleur premier album. Aya aimerait devenir médecin, alors elle fait bien ses devoirs. Ses copines, plus adolescentes écervelées qu'elle, ne pensent qu'à draguer au "Ca va chauffer". Pour elles, la réussite consiste à trouver un gars qui a de l'argent...


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Afrique Noire Angoulême : récapitulatif des séries primées Auteurs africains Une histoire de famille

Côte d'Ivoire, 1978. Aya, dix-neuf ans, vit à Yopougon, un quartier populaire d'Abidjan. Ça sent le début des vacances mais très vite les choses vont commencer à se gâter… « Dans les années 1970, la vie était douce en Côte d’Ivoire. Il y avait du travail, les hôpitaux étaient équipés et l’école était obligatoire. J’ai eu la chance de connaître cette époque insouciante, où les jeunes n’avaient pas à choisir leur camp trop vite, et ne se préoccupaient que de la vie courante : les études, les parents, les amours… Et c’est cela que je veux raconter dans Aya, cette Afrique qui subsiste malgré tout car, comme on dit chez nous, « la vie continue »… » (Marguerite Abouet).

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 2005
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série Aya de Yopougon

05/12/2005 | ArzaK
Modifier


L'avatar du posteur Fanfan Villeperdue

Aya de Yopougon nous décrit les histoires d’Aya et son entourage, habitant le quartier populaire de Yopougon à Abidjan, en Côte d’Ivoire, à la fin des années 1970. Il y a une jolie galerie de personnages : Aya, qui veut devenir médecin et travaille dur à l’université, Bintou la « gazeuse » (fêtarde), Adjoua la timide, leurs parents respectifs, la bonne Félicité, Hervé qui ne paie pas de mine mais dont le garage marche de mieux en mieux, Mamadou le dragueur, Grégoire le parasite, Moussa Sissoko et ses riches parents, le coiffeur Innocent qui prendra de l’importance en milieu de série, etc. Tout ce petit monde est fort réussi, et on s’attache réellement à chacun d’entre eux, malgré – ou grâce à – tous leurs défauts ! Le dessin, faussement relâché (dans un style proche de celui initié par les auteurs de l’Association), est parfaitement adapté à l’ambiance du récit. Seul bémol : au début, j’avais un peu de mal à distinguer les différents personnages féminins, mais cela s’arrange rapidement. Avec ses personnages, l’autre grande qualité de cette série réside dans ces dialogues, qui utilisent de nombreuses expressions locales hautes en couleurs, tout en restant d’une grande fluidité et compréhensibles sans qu’il soit vraiment nécessaire de consulter le glossaire en fin d’ouvrage. Les répliques fusent, on s’engueule, on se réconcilie, bref, c’est très marrant. Ce qui n’empêche pas d’évoquer quelques sujets très sérieux, comme vous pourrez le découvrir à la lecture. Mais cela ne tombe jamais dans les poncifs ou dans le moralisateur plan-plan. Globalement, tout cela « sonne » très vrai ; on est bien loin des représentations simplistes sur « l’Afrique ». Tout en nous faisant ressentir beaucoup de sympathie et de tendresse pour ses personnages, Marguerite Abouet livre parfois une description assez caustique aussi bien du mode de vie d’Abidjan que de celui de Paris (à partir du tome 4). Mais bien que caustique, ça ne sombre pas dans la caricature absolue, et tout reste toujours très humain. Bref, une excellente lecture, qui rend un peu moins bête et qui donne la pêche ! À conseiller absolument !

07/03/2016 (modifier)
Par Superjé
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Ah là là, la belle Aya... "Aya de Yopougon", c'est comme si vous preniez un feuilleton américain assez long (par exemple 'Desperate Houswives' ) et vous le transposez dans la Côte d'Ivoire des années 70/80... (Ha, et aussi vous enlevé 20 ans aux héroïnes). Donc, pendant 6 très bons tomes, on suit Aya, Bintou, Moussa, Albet, Inno et pleins d'autres personnages (leurs familles et amis) vivre quelques aventures du quotidien. On voit leurs relations, leurs secrets de familles... Et au fil des épisodes, de nouveaux personnages apparaissent. Pour à la fin, conclure toute les intrigues dans un très bon final, légèrement ouvert, ce qui pourrait indiquer une suite un jour. Le dessin est lui aussi très bon. Dans le premier tome il est un peu immature et caricatural, mais très vite, il se transforme en un beau dessin semi-réaliste, dans un style assez laché (au niveau de l'encrage). Et les couleurs sont vraiment super belles, gaies et joyeuses, on a l'impressin de voir des photos de l'Afrique. Une merveilleuse BD.

28/04/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Ro

Voilà un récit simple mais vraiment plaisant à lire. Ayant vécu 2 ans à Abidjan un peu plus de 10 ans après l'époque des aventures d'Aya, je reconnais vraiment l'ambiance Abidjan-Village. Une ambiance tout en humour, en poésie dans la débrouille, avec une bonne part d'insouciance pour les jeunes, aussi bien les Ivoiriens que les blancs d'ailleurs même si on n'en voit pas dans le tome 1 de cette BD. Le dessin n'est pas très sophistiqué mais plaisant à lire et regarder. Le scénario n'est pas très compliqué non plus mais très plaisant. Les dialogues représentent sans doute ce qui fait la plus grande force du récit. Ecrits en "langue local", mélange de Français et d'expressions typiques Ivoiriennes, ils sont à la fois pleins d'humour et pleins d'authenticité. Le seul petit reproche que je pourrais faire, c'est à quel point j'ai eu tendance à confondre les personnages d'Adjoua et de Bintou au cours de ce premier tome. Mais pour le reste, tous les personnages et toutes les situations sont réussies et vraiment justes. Drôle, frais et léger. Un vrai petit plaisir de lecture dont je suis heureux de savoir qu'il y aura en plus une suite puisque ce n'est qu'un premier tome. J'ai pris encore beaucoup de plaisir à la lecture des troisième et quatrième tomes. C'est toujours frais, amusant, diversifié, et les personnages sont très attachants. J'étais une fois de plus heureux de me replonger dans l'ambiance insouciante des villes africaines des années 80 et aussi un peu du Paris pluvieux de l'époque à partir du tome 4. Un vrai petit bonheur de lecture, léger et piquant sur la langue. Et voilà la série qui se termine avec son 6e tome. Le plaisir sera resté intact du début à la fin. Cette dernière se révèle légèrement frustrante car j'aurais aimé en savoir plus sur le devenir d'Aya ou encore d'Albert, mais elle est tout à fait satisfaisante pour la plupart des autres personnages de la série, notamment pour Moussa qui termine en apothéose. Avec une telle fin, les auteurs se laissent éventuellement des possibilités de poursuivre la série, et laisse en même temps une douce sensation aux lecteurs qui auront suivi durant ces 6 agréables tomes les petites aventures drôles et touchantes de ces habitants de l'Abidjan des années 70.

29/04/2006 (MAJ le 22/12/2010) (modifier)
Par Anne Cart
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie nous racontent l’histoire d’Aya, jeune fille de 19 ans, de sa famille et de ses amis à Yopougon, quartier d’Abidjan. Dans les années 70, la vie était douce en Côte d'Ivoire. « J'ai eu la chance de connaître cette époque insouciante, où les jeunes n'avaient pas à choisir leur camp trop vite, et ne se préoccupaient que de la vie courante : les études, les parents, les amours... Et c'est cela que je veux raconter dans Aya, une Afrique sans les clichés de la guerre et de la famine, cette Afrique qui subsiste malgré tout car, comme on dit chez nous, "la vie continue"... ». Marguerite Abouet. Cette série pleine de couleurs chaleureuses est riche d’expressions très imagées propres aux fous rires. Les héros dialoguent en Nouchi, l’argot de la jeunesse ivoirienne. En fin d’ouvrage, vous trouverez toujours un petit lexique, des recettes de succulents plats ivoiriens et divers trucs et astuces tel que le portage du bébé dans un pagne…

16/07/2010 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

C’est très bien Aya ! Le principe de la série est de raconter le quotidien d’un petit village de Côte d’Ivoire, avec ses joies, ses peines, ses heurs et ses malheurs. Le contrat est pleinement rempli pour Marguerite Abouet. On s’attache très vite aux personnages, et Aya n’est en fait qu’une sorte d’Amélie Poulain, qui essaie de faire le bien autour d’elle, d’amener la paix dans les couples et les familles, sans pour autant négliger sa propre vie, voire son bonheur. Après trois tomes, ce bonheur n’est pas atteint et de nouveaux problèmes surgissent constamment autour d’elle, ce qui fait qu’elle est très occupée. J’ai lu la plus grande partie de ces trois tomes avec un sourire sur le visage, car de nombreuses situations sont cocasses et ne manquent pas de piquant. Bravo aussi à Clément Oubrerie, dont c’est je crois la première œuvre publiée, qui relève le défi avec brio ; on se sent bien dans l’ambiance africaine. Une belle série, peut-être bien un futur classique.

18/07/2008 (modifier)
L'avatar du posteur carottebio

Etonnante histoire, là. Plusieurs personnages d’un même quartier et de différents milieux sociaux vont et viennent, se rencontrent, se fâchent, s’aiment, se déçoivent… L’ensemble paraît gai. Les couleurs sont vives, le style du dessin naïf, les dialogues truculents, de multiples rebondissements… l’ambiance de fête à l’africaine, quoi ! Mais ne nous trompons pas. Il y a derrière tout cela une profonde lutte, ou espérance selon les cas, de chaque personnage contre son destin imposé/supposé. Certains évènements sont même dramatiques. Et pourtant, la vie continue. On se résigne, en trichant un peu peut-être, à être heureux avec ce que l’on a. C’est là, je trouve, la grande réussite de cette BD. Une mention spéciale aussi à l’humour omniprésent. Un régal.

24/11/2006 (modifier)
Par nikola
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Cette bd est vraiment rafraîchissante. C'est vrai qu'elle n'occulte pas les problèmes, mais elle les traite avec humour et légèreté comme on sait si bien le faire là-bas. Une foultitude de personnages gravite autour d'Aya, la jeune fille sage et sérieuse : des tontons fêtards, des copines délurées, des amoureux éconduits, des papas ambitieux, une femme du patron plutôt revêche, des dragueurs en Toyota, et j'en passe. L'ambiance monte petit à petit jusqu'au coup de théâtre final. Le ton est très moqueur, les dialogues truffés d'expressions croustillantes, les ambiances de couleur magnifiques, bref, vous avez compris, j'ai adoré.

15/12/2005 (modifier)