Julie Wood

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 6 avis)

C'est le western de l'an 2000, le casque a remplacé le grand chapeau, et la moto leurs cheveaux.


Motos et motards Sport Super As

Blonde, jolie, sportive. Julie Wood possède pleinement les connaissances mécaniques et les qualitées physique nécessaires à la compétition motocycliste, domaine dans lequel elle se révèle rapidement une grande championne. Cette série a été imaginé par Jean Graton en 1976.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1976
Statut histoire Série terminée 8 tomes parus
Couverture de la série Julie Wood
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

06/11/2005 | Wulc
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 J'aime pas trop Michel Vaillant, mais j'ai tout de même lu la première intégrale de cette série qui regroupe les trois premiers tomes. J'ai mieux aimé que Michel Vaillant, mais je ne suis pas totalement convaincu. Parmi les qualités, j'aime bien comment les histoires se suivent et qu'il y a une progression dans les personnages, notamment Julie et Gary et d'ailleurs j'ai bien envie de lire la suite pour savoir comment cela se termine. Julie est une héroïne attachante et il y a des bonnes scènes. Sauf que bon je n'arrive pas à me passionner pour le monde de la moto (ou pour la course automobile dans le cas du premier tome) et donc il y a plusieurs scènes qui m'ont laissé indifférent. Et puis je n'aime pas trop la narration de Graton lorsqu'il écrit des trucs du genre "Attention Julie !" C'est donc une série avec des qualités et des défauts qui au final ne me semble pas un indispensable sauf si on aime la moto.

06/03/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cette création de J. Graton en 1976 évolue dans l'univers des courses de moto, dont Julie la jolie blonde aux yeux bleus se révèle une grande championne. Graton utilise les mêmes recettes que pour Michel Vaillant dans cette série qui mêle sport, amitié et sentiments. Cette fille aimant l'action était aussi une occasion d'amener une touche féminine dans un monde très masculin à l'époque. La série n'est ni pire, ni meilleure que celle de son grand frère, mais elle a souffert de sa diffusion directement en albums, car dans les années 70 encore, le succès d'une Bd passait d'abord dans une prépublication en journal spécialisé si possible, comme Tintin, Spirou ou Pilote; la politique éditoriale d'albums n'était pas aussi installée qu'aujourd'hui. Sinon, on retrouve les mêmes qualités de précision graphiques que dans Michel Vaillant, le même souci du travail bien fait, un univers un peu différent mais mécanique quand même, et aussi les mêmes défauts, à savoir les visages des personnages presque tous semblables et une certaine raideur. Mis à part ça, c'est une série distrayante et un peu plus moderne, qui n'a pas l'étiquette sixties de Vaillant, mais qui en 1982, est en manque de succès (ou manque de temps pour Graton de bien s'en occuper ?), aussi, Julie Wood perd son indépendance et rejoint Michel dans ses aventures, où cette fois, en guest-star, elle sera très appréciée. Les albums sont faciles à trouver en occase, ça vaut le coup.

11/07/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

La « petite sœur » de Michel Vaillant. Dans le milieu de la moto, elle vivra le même genre d’aventures que son grand frère. Je vois dans cette série une volonté de la part de Jean Graton de retrouver un second souffle en abandonnant l’univers automobile pour ce qui lui semblait alors être un monde plus propice à la véritable aventure sportive. Il en profitera pour essayer de gommer certains défauts récurrents de Michel Vaillant. Julie Wood ne gagnera pas toutes les courses (mais presque, quand même) et l’histoire se décalera parfois de son héroïne centrale au profit de personnages secondaires. Ce qui fut trop peu souvent le cas chez Michel Vaillant. Au niveau graphique, une moto est moins visuellement intéressante qu’une voiture. Les modèles sont par conséquent moins spectaculaires, ce qui appauvrit l’univers de Julie Wood. Mais le souci d’exactitude est toujours bien présent et ne peut que séduire l’amateur du genre. La série s’éteindra vite et Julie Wood intégrera l’œuvre majeure de l’auteur, sans grande réussite (un album comme « Steve et Julie » (NdM : tome 44 de la série Michel Vaillant) étant par exemple profondément ridicule).

26/03/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Imaginée par Jean Graton, Julie est une sorte de cousine très proche de Michel Vaillant. Pas de voitures de Formule 1 ici, mais une série relative à la compétition motocycliste. Julie est blonde, sportive, possède pleinement toutes les connaissances relatives à la conduite d'une moto, domaine dans lequel elle va vite se révéler en tant que grande championne. Mais, de temps en temps, elle va avoir fort à faire pour s'intégrer dans ce milieu macho. N'empêche, elle saura faire le coup de poing quand il faut. Malgré une apparence gracile, Julie est quelqu'un au caractère bien trempé. Le dessin ?... On reconnaît immédiatement le style Jean Graton. Les bolides et décors sont magnifiquement dessinés, mis en page. Où le bât blesse, c'est -encore- au niveau du graphisme des personnages. Peu de fluidité dans les mouvements, poses parfois hiératiques, gestuelle minimaliste et expressions du visage souvent trop "rigides". Une série dans la lignée de Michel Vaillant. Celle-ci est agréable, se laisse lire, est vivante, (très) bien documentée ; mais je n'en ai pas retiré un grand plaisir en fin de lecture des divers tomes, si ce n'est "Ouragan sur Daytona" (n° 7). Ca, c'est du tout bon !... Allez, pas mal quand même...

11/02/2007 (modifier)
Par ppol
Note: 2/5

Voila un Michel Vaillant Féminin sur 2 roues. C'est très (trop) proche des Michel Vaillant de la même époque. C'est aussi bien fait, aussi bien pensant et aussi ennuyeux. Le genre de série ou qui sont construites sur une mécanique bien huilée mais qu'on n'a pas vraiment envie de lire. Les dessins sont, comme on peut s'y attendre avec jean Graton, efficace et bien fait mais font un peu vieillot aujourd'hui.

19/06/2006 (modifier)
Par Wulc
Note: 3/5

Étant un amateur de moto, j'apprécie bien cette petite série dont l'auteur et dessinateur est Jean Graton qui produit aussi Michel Vaillant. Le personnage de Julie Wood apparait dans le numéro 41 Paris-Dakar de cette même série.

06/11/2005 (modifier)