Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Medley (Orhun)

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Medley est un rêve. À vrai dire un cauchemar.


Carte à gratter Ecole Emile Cohl

Mais un cauchemar magnifique, entièrement réalisé à la carte à gratter par l’un des maîtres du genre, Emre Orhun. On y suit un personnage sans nom, mais affublé d’un grand nez. Il se réveille, blessé au genou, dans une ruelle sombre. Un clown inquiétant l’aperçoit et lui propose de l’aider. Notre héros accepte de le suivre, sans se douter de ce qui l’attend. S’ensuit un voyage halluciné et initiatique au cours duquel il va croiser des monstres obscènes, des pirates, des hippies morts, une secte adepte du bondage, la torture et l’amour, entre autres… Poème glauque et splendide, Medley invoque les figures grotesques de la littérature fantastique pour les accommoder à la sauce cyberpunk, quelque part entre Gustave doré et Marc Caro.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Medley (Orhun)

05/07/2021 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

L’histoire est difficile à résumer – à appréhender aussi parfois, il faut le dire. Mais il faut faire l’effort et ne pas la lâcher, malgré quelques longueurs, et des passages obscurs et inégaux. En tout cas, malgré quelques difficultés sur certains passages, j’ai été globalement captivé par ma lecture, car le côté graphique est vraiment emballant. J’apprécie le travail à la carte à gratter, et là, on est vraiment servi ! Dans la lignée de Thomas Ott, Orhun nous livre des planches superbes esthétiquement. Souvent chargées, baroques, avec quelques touches d’expressionnisme (je pense à Otto Dix), le fantastique s’invitant souvent dans le périple du héros que nous suivons, ces pages sont souvent très belles et justifient mon coup de cœur. Un peu de Blanquet pour certains passages, de Caro pour une esthétique punk qui apparait au fil des pages, nous avons là quelque chose d’inclassable, un roman graphique jouant sur le fantastique qui m’a bien plu. Je vous invite à le découvrir (à le feuilleter d’abord, car tous les lecteurs ne seront pas forcément sensibles à cette esthétique un peu underground et à ce travail très sombre et parfois glauque, mais moi, ça me touche). Note réelle 3,5/5.

05/07/2021 (modifier)