Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Petit Monde

Note: 3.38/5
(3.38/5 pour 8 avis)

Revisitation futuriste du thème de Peter Pan.


Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc, Bruxelles Jean-David Morvan Peter Pan

Sur une colline surplombée de superbes villas et ceinturée par une autoroute lui servant de rempart, vit Kumiko, la fille d’une famille très riche. En contrebas de l’autoroute, se situe « le petit monde », un sordide bidonville où survit Piedra, orphelin et chef d’une bande de gamins des rues. Tout s’oppose avec violence à ce que ces deux adolescents se rencontrent. Pourtant… Texte: Dargaud.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2005
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Le Petit Monde
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

30/10/2005 | ArzaK
Modifier


Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

Une lecture agréable surtout visuellement, dans son style manga je ne trouve quasiment rien à redire. Les couleurs sont belles et le trait dynamique, peut-être certaines cases ne se lisent pas d’emblée et il faut un petit effort pour tout déchiffrer, mais ce n’est pas un frein à la lecture. Ce conte de Peter Pan revisité dans un univers futuriste est assez original mais il table beaucoup trop sur l’action à mon goût, j’en suis sortie un peu frustrée. J’aurais aimé mieux connaître le petit monde ainsi que les personnages, en l’état je dirais que deux tomes auraient presque suffi, afin de condenser un peu l’histoire. Quant au discours manichéen de Morvan sur le tome 2 (je crois) : les riches sont des vilains, les pauvres les gentils, les premiers étant coupables de toute pauvreté, c’est un peu réducteur et agaçant, heureusement que ça ne dure qu’une toute petite flopée de planches. Sinon j’ai bien apprécié le côté gore mais qui reste contenu. Un moment divertissant mais sans plus.

28/02/2014 (modifier)
Par BDenis
Note: 3/5

(Avertissement : j'accorde toujours plus d'importance au scénario qu'au dessin) Dans un monde futuriste une petite fille des quartiers chics et ultra sécurisés se retrouve dans le Petit Monde où règne la délinquance, la loi de la peur et le système D. Aidée par son amoureux du crû habitué à la dure, elle doit y survivre au milieu des gangs. Sans être transcendante l’histoire se lit bien, et sous ses faux airs de BD enfantine induits par un dessin style manga gentillet cette trilogie est somme toute assez sombre et parfois sanglante.

20/04/2013 (modifier)
Par Jetjet
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Une vraie gifle sortie de nulle part, mais du genre de celles qui vous carressent pour mieux vous surprendre ! De Morvan je ne connaissais rien ou si peu, qu’il est prolifique et apprécié et basta mais j’ai beaucoup apprécié ce qui ressort comme étant surement le meilleur opus de la série 7 à savoir son « 7 Yakusas ». C’est un peu le Jodorowsky de la culture japonaise, un type à l’imagination débordante sachant s’entourer des meilleures révélations au crayon. Et ce n’est surement pas « Le Petit Monde » qui m’empêchera de prétendre le contraire tant cette œuvre est unique par son style et sa narration débridée… Imaginez vous l’univers de Peter Pan déclinée en fable futuriste et violente et vous aurez une idée du voyage en apnée que nous offrent sur un plateau JD Morvan et son mystérieux dessinateur chinois Terada. En effet sans être nécessairement familier à l’univers de J.M Barrie, on en reconnait vite les personnages et l’univers transposé dans une société éclatée en plusieurs strates et dont chacun des 3 tomes de cette œuvre nous y fera descendre tels les niveaux d’un jeu video complètement barré. Car si l’ensemble se lit vite et de façon particulièrement claire, tout va vite dans ce petit monde dont le titre faussement naïf rappelle celui de Aldous Huxley et de son ironique chef d’œuvre « Le meilleurs des mondes ». Morvan délivre un univers cohérent où les classes sociales se superposent dans les bidonvilles aux accents latins d’Amérique du Sud. En haut, on se déplace en jet privé ou petite voiture british, les contours sont arrondis et les droides remplacent les devoirs parentaux. La meileure communication ? se plonger dans des rêves virtuels illicites afin de se sortir d’un quotidien trop aseptisé. En bas dans les « favelas », tout le monde est solidaire, se serre les coudes et la technologie laisse place à des épaves. Les angles se resserent et deviennent anguleux et la violence règne en règle. Les notables « descendent » des beaux quartiers pour y trouver de quoi se shooter ou prendre du plaisir avec des filles faciles… La fée Clochette devient un délire de junkie… Tout n’est qu’une quête à lutter contre la solitude et l’ennui… Au milieu de tout cela, Kumiko, fille d’un ambassadeur japonais, va tenter de trouver du réconfort avec l’écorché vif Piedra mais le Capitan Gancho, rival manchot de ce dernier, n’hésitera pas à les traquer par pure ambition vénale et/ou sentiment de jalousie… Le bel univers cruel de J.M. Barrie est un écrin de qualité pour permettre à JD Morvan de se lâcher à toutes berzingues sur les dessins dingues et inspirés de l’inconnu Terada ! Un joli prétexte qui offre des angles et des perspectives de folie avec des séquences d’action voire même d’animation absolument démentes ! Les couleurs pastel sont tout à fait adaptées pour un spectacle visuel qui n’omet pas la poésie et de jolis moments d’accalmie. Le fait de mixer format franco-belge et dessins d’influence manga est un choix judicieux. Terada ne manque pas de talents ni d’humour dans la façon très particulière de mettre tout ce petit monde en scène sans perdre le lecteur ni le prendre par la main. Qu’il s’agisse d’une poursuite de véhicules sur autoroute, de gunfights à la Tarantino ou d’un assaut sur les eaux, on est pris à la gorge comme devant un film à grand spectacle. Au final je me demande si le gamin qui ne veut pas grandir, ce n’est pas un peu moi qui ai pris un pied pas possible à lire une histoire qui a le mérite de rester cohérente de la première à la dernière page… Lire Peter Pan à la sauce Dragonball au rythme d’une séquence d’action à la Matrix, ça n’arrive pas si souvent mais je veux bien me shooter également pour m’y replonger et en redemande encore car le seul véritable défaut de cette série, c’est qu’elle est finie ! :( Merci à la communauté BDT pour m’avoir fait découvrir presque par erreur cette série qui mérite amplement d’être reconnue à juste titre… Un gros, gros, gros coup de cœur !

17/02/2012 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Eh ! Je ne pensais pas accrocher à cette BD et pourtant si ! Et si la suite sort vraiment un jour, je pourrais peut-être bien voir ma note à la hausse. Je croyais ne pas y accrocher car je n'ai été convaincu par aucune collaboration franco-japonaise jusqu'à présent. Le "manga à la française" m'a toujours paru un mélange du pire de ce que les deux genres peuvent donner. Là, par exemple, pour ce que j'en avais feuilleté je craignais de voir les accumulations d'actions superficielles et de courses-poursuites dont Morvan commence à faire sa marque de fabrique associées à un dessin tout en compositions outrées et autres effets de mouvements lourdingues. Bon, c'est vrai qu'il y a un peu de cela dans cette BD mais ça passe bien car le scénario se révèle prenant et bien construit. J'ai quand même eu du mal avec le dessin au départ. Les couleurs sont délavées et assez laides; visiblement ce n'est pas le fort d'un dessinateur issu du manga noir et blanc. Et je trouve les visages assez laids, en particulier les bouches en "bec de poulpe" des petites filles dont fait partie l'héroïne. Cependant, le trait est efficace et façonné pour l'action et le récit rythmé de Morvan. Et globalement, ça marche bien. De même pour le scénario qui, quand on y réfléchit, apporte peu de choses vraiment innovantes, mais le tout est combiné de manière à rendre l'intrigue captivante et intéressante. On veut vraiment en savoir plus et découvrir ce qu'il va se passer ensuite. L'univers un peu cyberpunk décrit ici est en outre assez bon et permet d'imaginer beaucoup de développements possibles. Bref, j'attends de voir la suite mais c'est un bon début en tout cas. PS : Et je viens de lire l'avis d'Arzak ci-dessous et j'admets qu'effectivement, la métaphore avec Peter Pan est vraiment là, discrète car je ne l'avais pas repérée mais bien foutue et tout concorde vraiment. Pas mal ! Bien vu !

03/12/2007 (MAJ le 04/12/2007) (modifier)
Par klechko
Note: 3/5

La collaboration entre Morvan et Terada est réussie avec un dessin et un découpage surprenants mais très réussis et finalement appropriés à l’histoire. Je suis intrigué par ce que pourra donner cette très libre adaptation de Peter Pan dans cet univers. Une série bien lancée par ce premier album suffisamment attrayant pour au moins avoir envie de connaître la suite.

12/02/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Curieux : un scénariste français qui s'associe à un dessinateur japonais ; et ce pour la réalisation commune d'un "manga français". Morvan est un grand curieux et il m'a ainsi "offert" la première vraie collaboration entre un auteur de chez nous et un graphiste de l'extrême Orient. La trame de fond est esquissée, et rien dans ce premier tome -je pense qu'il faut bien le reconnaître- n'est éventuellement spectaculaire ou innovant. Par contre, c'est au niveau du dessin que ça "déménage". Une vraie gifle. Le découpage archi-nerveux, la mise en scène des personnages -violente- est le fait d'une "patte" très surprenante : celle de Toru Terada. Ce dernier est un jeune mangaka inconnu, mais dont le trait précis permet une belle adaptation du style manga au format "à la française". Mention également pour la colorisation en ton "sépia". Un one-shot de bonne facture qui, peut-être, en appelle à d'autres collaborations futures. Ma cote réelle : 3,5/5.

10/01/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Je ne sais pas pourquoi, j'avais des a priori négatifs avec ce premier album. Par crainte que Morvan , voulant céder à la mode manga, écrive un scénario bâclé. Par crainte de découvrir un mangaka au style pas forcément intéressant. Par crainte d'être déçu par la mise en couleurs de ce qui reste un manga. Eh bien ce premier tome de la série "Le Petit monde" a balayé toutes mes craintes. Le scénario de Morvan, bien qu'allègrement inspiré par le Peter Pan de James Barrie (Clochette, le Capitaine Crochet, Wendy et sa fratrie), comme le dit ArzaK, en propose une variation futuriste plutôt alléchante. Pas forcément drôle ou heureuse, mais plutôt intéressante. Morvan s'est adjoint les services de Toru Terada, inconnu en nos contrées, mais diablement efficace, utilisant à fond les codes de la bande dessinée d'action pour nous livrer un découpage haletant et surprenant. Et enfin, un manga en couleurs, c'est plutôt pas mal. Ici tous les tons sont un peu sépia, afin de nous faire rentrer en douceur dans ce "Petit Monde". Suivons Piedra !

09/07/2006 (modifier)
Par ArzaK
Note: 4/5

L'enjeu de la collection Cosmo se précise avec cet album. Morvan nous livre une version futuriste de Peter Pan, les références sont assez évidentes, tout est là : Wendy et sa fratrie, le capitaine Crochet, la fée Clochette... masqués sous d'autres noms, bien sûr, mais les similitudes sauteront aux yeux de tous ceux qui connaissent au moins un peu l'oeuvre de Barrie ou ses adaptations. Ce premier tome, bien que contenant beaucoup d'action est déjà très consistant, sur le fond. On sent Morvan tout de même beaucoup plus à l'aise avec ce type de pagination que dans le format 46 planches couleur traditionnel dans lequel il a quelque peu enfermé Spirou. Le dessin du Japonais Toru Terada marie véritablement les qualités et caractéristiques de la bd européenne à celle de la bd japonaise. Le manga en grand format et en couleur, c'est pas mal, finalement...

30/10/2005 (modifier)