Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Durandur

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 3.17/5
(3.17/5 pour 6 avis)

Amis de la poésie et de la dentelle de Bruges, bienvenue !


Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre Humour noir Trash

Amis de la poésie et de la dentelle de Bruges, bienvenue ! Des histoires courtes et glauques portant sur les thèmes de l'onanisme, de la torture, de la vieillesse, du sexe bizarre, du défoulement de la violence, autant de sujets noirs et durs traités sans soucis de tabou et dans le but de faire ressortir de l'humour là où on ne pourrait voir que de l'horreur et du dégoût. C’est choquant à outrance, ce qui le rend en un sens fascinant.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Août 2005
Statut histoire Histoires courtes 3 tomes parus
Couverture de la série Durandur

24/08/2005 | ArzaK
Modifier


Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

Voici une bd axée uniquement sur les déviations sexuelles, la jouissance ici passe toujours par des situations extrêmes, touchant des thèmes comme la pédophile, le sadomasochisme, la castration, l'inceste, le fétichisme (ici celui de la femme enceinte), l'exhibitionnisme, la nécrophilie, mais le plus souvent avec la scatophilie. Nous voici en présence de l'encyclopédie des dérangements sexuels. C'est intéressant dans le sens où l'auteur nous montre de façon très crue tous ces déséquilibres humains face au sexe. C'est juste un peu exagéré, mais je ne pense pas que dans la réalité toutes ces situations le soient moins, car ici ce ne sont que quelques dessins jetés sur du papier. Alors pour marquer toute l'horreur que cela comporte Durandur leur a donné un côté encore plus appuyé, plus trash. La façon dont l'auteur se met en scène est assez intéressante, ce sont d'ailleurs dans ces situations que passe une petite pointe d'humour. Il fallait oser faire une telle pléiade de déviances, mais encore faut-il apprécier. Je n'ai pas été touchée, ni même choquée, car les histoires se déroulant très vite et en quelques cases, elles n'ont pas eu le temps de me marquer réellement. De plus je connaissais déjà tous ces comportements sexuels, mais attention, ce n'est pas une bd à mettre entre toutes les mains. Le dessin est simple et il va à l'essentiel. Ce jeu de noir et blanc un peu baveux, à la limite du sale mais très maîtrisé est superbe. Ma note est un peu élevée par rapport au plaisir de lecture qui a été proche du néant et touchant à un sujet qui ne m'intéresse pas particulièrement, mais Durandur nous montre toute l'étendue de son talent, tant graphique que psychologique.

12/04/2009 (modifier)
Par herve
Note: 4/5
L'avatar du posteur herve

Cet avis porte sur la seconde partie : Durandur s'excuse O4 67 66 33 40 : Durandur revient avec ses plus plates excuses. En effet après un premier album, en solo, outrancier, il nous devait bien cela. Oui, Durandur s'excuse de n'être pas allé aussi loin qu'il le voulait dans "Durandur encule tout le monde". Aussi, il remet cela dans un ouvrage plus court (dommage !) et ne comportant que quatre histoires bien salaces. J'ai préféré la troisième, pudiquement intitulée "tu suces l'ami ?" (ami poète bonjour), histoire ahurissante et dégueulasse à souhait. Mais Durandur se laisse aller également à la mode des cahiers de voyage puisque sa vision de l'Inde n'a rien à envier à celle des Charles dans India Dreams... enfin vous jugerez par vous-même. Ah, j'oubliais un détail, quand vous passerez en caisse, ayez l'air dégagé et serein lorsque la charmante caissière scannera le quatrième de couverture. Et puis si vous n'êtes pas content, appelez le 04 67 66 33 40 pour recevoir les excuses de Durandur. C'est osé, très osé parfois à la limite du supportable mais j'ai vraiment aimé. Un bémol tout de même, cela se lit trop vite pour un prix assez élevé. Ce livre n'est évidemment pas à mettre entre toutes les mains.

24/08/2006 (modifier)
Par Vuzz
Note: 3/5

Dès la lecture du titre de l'album, la volonté de provoquer le lecteur est formulée. Bien évidemment, le contenu du recueil continue abondamment en ce sens puisque l'on peut y découvrir un pannel d'histoires courtes traduisant les aspirations malsaines d'un Durandur plus qu'inspiré. Mais cependant pour peu que l’on soit amateur du genre et capable d’en percevoir la dimension décalée et humoristique, si je puis dire, l’on passe un agréable moment à savourer ce type de créations marginales qui, à ce degré de qualité, tendent à disparaître. Représentant les travers de l’être humain, l’humour noir y est brillamment représenté avec une certaine propension à l’absurde et quelques trouvailles narratives des plus intéressantes. Fraîchement « enculé », le lecteur, avec toute la franchise qu’on lui témoigne ne peut qu’apprécier cette lecture singulièrement originale teintée d’une certaine subtilité dans les immondités admirablement représentées, pour peu qu’il puisse, et je le lui souhaite pour une agréable lecture, faire preuve d’une certaine ouverture d’esprit et non pas forcément se reconnaître dans ces tendances comme on le lui suggère mais dans tous les cas profiter d’un exercice de création réussi autour de sujets bien souvent laissés pour compte. En guise de conclusion, les amateurs d’humour noir trash sur fond d’histoire de cul y trouveront un bon divertissement réfléchi et inventif et se réjouiront d’une suite… Pour les autres, ils pourront probablement considérer doublement le titre de l’ouvrage.

04/02/2006 (modifier)

Bôf, du gore porno glauque pour le simple plaisir de l'être, un peu trop gratuit parfois ... au vu de certaines trouvailles pas mal du tout, ou de certaines situations pas mal trouvé, voire même cocasses (le coup des 4 pieds de tables ... je n'en dis pas plus) ... on a une bédé assez originale et suprenante mais bon ... le dessin est brouillon, dur à lire et une peu chiant. Ca se laisse lire mais ça s'oublie bien vite au rang d'une curiosité qui étonne sur le coup mais sans plus de génie que ça. Divertissant mais moyen !

15/10/2005 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

BD réservée à un public très averti ! En effet, moi-même qui connaissait Durandur par ma lecture de Gilles Hamesh (que je n'avais pas aimé), j'ai failli refermer très rapidement l'album quand je l'ai feuilleté et que j'ai vu à quel point c'était gore, choquant, glauque ! Le dessin est sombre, réaliste, étouffant, sinistre. Les scènes de cul y sont légions, glauques, sans aucune censure, repoussante bien souvent. Le gore y est souvent roi, avec force tripes et autres giclures de sang et d'autres liquides naturels. Et le tout sous un aspect sérieux, obscur, sinistre, dérangeant. Mais c'est après lecture, une lecture où je croyais m'arrêter très vite au départ, que j'ai découvert les qualités de cette BD. Il y a dans cet album un véritable humour, un humour un peu à la Goossens, utilisant un support visuel sérieux et "pince-sans-rire" d'une certaine manière pour nous offrir quelques perles d'humour absurde, de politiquement incorrect et d'originalité. Durandur encule tout le monde est à la fois un coup de pied dans les couilles balancé à tous les tabous et à ceux qui les entretiennent, mais aussi un bouquin d'humour vraiment original, allant à fond dans le politiquement incorrect et jouant là-dessus pour être d'autant plus drôle. Les personnages de ces histoires courtes savent souvent qu'ils ne sont que des personnages, le lecteur de la BD est directement interpellé, il est pris par surprise (par derrière ?) et c'est vrai que ça marche parfois franchement bien. Je n'ai guère aimé les premières histoires de cette BD mais j'ai été assez éclaté de rire sur la plupart des dernières. L'aspect sinistre du dessin ainsi que l'horreur des scènes glauques de torture et de sexe malsain contrastent fortement avec la lueur d'originalité et de drôlerie des récits. Une tranche de rigolade réservée à ceux qui sauront passer outre leurs préjugés, leurs tabous et le dégoût de certaines scènes sciemment utilisées pour déstabiliser le lecteur. Un OVNI de la BD en ce qui me concerne, mais pour public averti, je le répète.

31/08/2005 (modifier)
Par ArzaK
Note: 3/5

Y’a pas à dire, elle porte bien son titre, cette bd ! Ames sensibles, abstenez-vous ! Vous ne trouverez aucun plaisir dans cette lecture édifiante. Pervers en manque de sensations, régalez-vous ! C’est du sucre ! Ces récits improbables et nauséabonds cultivent le mauvais goût aussi sûrement que d’autres la médiocrité. L’avantage, avec le mauvais goût, c’est que lorsqu’il est assumé jusqu’au bout, sans aucune retenue, on entre dans le terrain de l’humour noir (très) trash. Tandis que la médiocrité ne fait jamais rire, même dans ses niveaux les plus ultimes. Si vous ne saviez pas comment une femme peut faire du saut à l’élastique avec ses grandes lèvres, si vous ignorez qu’il est possible pour un homme de faire l’amour à une table, et si vous n’imaginez pas quelle torture un dessinateur est prêt à infliger à un personnage qu’il vient de dessiner… lisez ce truc, y’a tout ça dedans. Cet album rappellera évidement les Gilles Hamesh que le même Durand (qui se fait appeler Durandur quand il donne dans le trash-porno-gore-humoristique) avait réalisé avec Jodorowsky. La veine est la même, saillante et purulente. Un tout petit peu moins inspirée peut-être, alors que certaines histoires sont proprement géniales, d’autres nous laissent sur la faim... Carabas a une nouvelle fois inventé une nouvelle collection pour ce livre hors norme. Comme ils avaient déjà eu l’idée géniale d’appeler une de leur collection « Alternative » (sic), là, ils ont carrément opté pour « Révolution », avec le R renversé en rouge…(re-sic). Bravo monsieur Carabas, très joli, très design, on s’y croirait presque, mais faudrait penser à les remplir vos collections au lieu d’en créer une pour chaque bouquin… Le prix est fleuri aussi. 20 euros pour un bouquin noir et blanc de 160 pages, ça reste cher pour ce que c'est vite lu (2 cases par planches en moyenne).

24/08/2005 (modifier)