Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Fujisan

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Le « Fuji-san », Mont Fuji, est plus qu’un emblème national pour les Japonais : cette montagne volcanique bordée de neige est symbole de force et de sagesse.


La Mort Sakka, l'autre manga Seinen Shogakukan

Le « Fuji-san », Mont Fuji, est plus qu’un emblème national pour les Japonais : cette montagne volcanique bordée de neige est symbole de force et de sagesse. Akira Sasô brosse ici une collection d’histoires courtes liées par un point commun : l’apparition systématique de ce géant majestueux, bouleversant la vie de protagonistes englués dans des existences aléatoires. Rinko, tentée par le suicide depuis la mort de son conjoint, sera rattrapée au dernier moment par le fil de la vie, tandis qu’un malade du cancer vivra sur les contreforts de la montagne des heures étranges. Point de mélodrame ici, juste la foi en une vie meilleure, blanche et pure comme les neiges du Mont Fuji.ý (texte : Casterman)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2005
Statut histoire Histoires courtes (série terminée) 1 tome paru
Couverture de la série Fujisan
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

20/07/2005 | ThePatrick
Modifier


Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Je me suis procuré « Fujisan » à bas prix chez un libraire « discounter ». Après lecture, il s’avère que ce manga n’est pas désagréable à feuilleter. « Fujisan » est décomposé en sept courts récits plus ou moins fantastiques ayant pour cadre le célèbre mont Fuji. Autre point commun de ces mini-histoires, c’est la présence de protagonistes ayant eu l’intention de se suicider, ayant eu connaissance d’un proche impliqué dans le suicide ou ayant eu une mort plus ou moins inexpliquée… sordide non ? Et pourtant, malgré ce thème, l’auteur a réussi –à mon avis- à nous proposer des historiettes assez agréables à suivre. Certes, comme la plupart des mangas (ou bds) qui comportent plusieurs récits différents, le lecteur préférera plus ou moins un chapitre à un autre… Personnellement, mon histoire préférée de « Fujisan » est « Il bouge ! » où le bédéphile découvrira la problématique de l’avortement au Japon (c’est un pays qui autorise cette pratique assez facilement). C’est un chapitre qui m’est apparu intéressant et touchant, et qui a le mérite de traiter ce problème sans présenter de scènes trop larmoyantes ou de propos moralisants. Graphiquement, le trait d’Akira Sasô est très lisible. Les personnages sont tout de suite identifiables au premier coup d’œil et les décors sont suffisamment détaillés pour que le lecteur sache où l’action se situe. La seule chose que je n’ai pas appréciée de la part de cet auteur, c’est l’absence de représentation des visages des protagonistes lorsqu’ils sont en arrière-plan ou lorsqu’ils ne font pas partie directement de l’histoire (comme la foule) : ça m’a dérouté tout au long de la lecture. Sans en être inoubliables, les différents récits qui composent « Fujisan » me sont apparus suffisamment intéressants et touchants pour que j’apprécie ce manga. C’est un album que je refeuillèterai probablement un de ces jours pour relire le chapitre « Il bouge ! » mais sans plus. Agréable à lire mais pas indispensable, voila ce que je retiens de ma lecture de « Fujisan ».

29/04/2010 (modifier)

On ne peut pas vraiment dire que le dessin de cet album soit attirant ni attrayant : le trait est très (trop...) fin, assez raide et il paraît assez souvent maladroit. Les différentes histoires vont du fantastique au thriller avec de larges emprunts au roman graphique. Le thème de la mort est omniprésent sous différentes formes, et la variété des nouvelles est intérressante, même si leur originalité n'est pas toujours débordante ni leur traitement passionnant. Il faut aussi faire un petit effort pour mettre de côté son incrédulité, moyennant quoi on parvient à les apprécier. Ceci étant dit, cet album ne marque pas vraiment et est à mon avis très dispensable.

20/07/2005 (modifier)