Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Pierre Desproges en BD

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Titre complet : Pierre Desproges en BD : Françaises, Français, Belges, Belges, lecteur chéri, mon amour. Un recueil de divers textes de Pierre Desproges, piochés dans différentes œuvres, adaptés en bandes dessinées.


Absurde Adaptations de romans en BD Collectif Ecole Estienne Paris Fabcaro Goossens Gotlib Hommages collectifs Lécroart, auteur oubapien par excellence

Pierre Desproges fut un humoriste comme on en voit peu. Il était drôle. Il écrivait bien. Il osait rire de tout. Il se moquait des jeunes, du football et des Restos du Cœur ; il déconnait autour du cancer et de la Shoah ; il n’aimait ni la droite ni la gauche. L’humour noir, grinçant, cynique et intelligent qu’il pratiquait lui interdirait tout passage télé s’il était encore vivant à notre époque. Aussi, dans son infinie bonté, Dieu (ou le cancer si vous n’êtes pas croyant) décida de le tuer jeune, en 1988. Ainsi, sa qualité de comique mort lui permet donc aujourd’hui de faire les beaux jours des émissions de rediffusions du très consensuel Arthur, d’être révéré même par ceux qui le vomissaient de son vivant, et lui a également évité la souffrance de voir son vieux complice Daniel Prévost devenir un supporter de Nicolas Sarkozy. Aujourd’hui, 25 auteurs de BD se font un peu de fric sur son dos lui rendent hommage en adaptant des extraits du Manuel de savoir-vivre à l’usage des rustres et des malpolis, de La Minute nécessaire de Monsieur Cyclopède ou bien encore des Chroniques de la haine ordinaire. A l’affiche, on trouve des noms plus ou moins connus : Alteau, Aquindo, Cabu, Cartier, Cazaux, Charb, Édika, Fabcaro, Gaudelette, Goossens, Gotlib, Grand, Guerse, Kokor, Lauzier, Lécroart, Maëster, Peyraud, Rabaté, Riff Reb’s, Rochette, Solé, Vandermeulen, Verron, Zou.

Scénariste
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2005
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Pierre Desproges en BD
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

22/03/2005 | Cassidy
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Desproges adapté en BD, j'étais d'emblée circonspect. Parce que Desproges, c'est avant tout un texte finement ciselé, mais aussi une façon de le dire, un ton employé. Alors adapter ça en BD, ce serait comme adapter un sketch de Raymond Devos : qu'est-ce que l'image peut bien apporter à ce type de texte ? Et comment y retrouver la force de la parole et de la diction de tels humoristes ? Eh bien, ça ne marche pas, ou pas vraiment. L'album comporte un ensemble un peu hétéroclite. Quelques textes complets, juste accompagnés d'une ou deux illustrations. Quelques pages façon strip comics ou dessins d'humour. Des gags en une planche, notamment de Minutes Nécessaires de Monsieur Cyclopède (Etonnant, non ?). Et des histoires courtes reprenant des chroniques humoristiques plus longues de Desproges, directement adaptés tels quels ou alors plus rarement inspirés par ceux-ci. Comme dans la grande majorité des albums collectifs, le graphisme est très inégal. Il est très bon sur une poignée de pages, mais aussi médiocre sur d'autres. Et globalement, je ne suis pas convaincu par le graphisme de cet album. Et pas convaincu du tout par l'humour car, comme dit plus haut, celui de Desproges passe très mal à l'écrit alors qu'il est formidable à l'oral. La plupart des planches sont trop bavardes, trop verbeuses, forcément. Et ainsi écrit, sans moyen de montrer les changements de ton et le rythme de la parole, beaucoup de gags du texte tombent complètement à plat, voire deviennent ennuyeux. Il y a quand même quelques bonnes pages, quelques beaux dessins, mais dans la globalité, c'est un album franchement dispensable.

03/04/2019 (modifier)
Par Cassidy
Note: 3/5

Après les adaptations de chanson, voilà les adaptations de sketchs… Autant vous le dire tout de suite, je ne vois pas trop l’intérêt de l’opération (sinon financier, pour l’éditeur et les auteurs). Si j’ai mis une note correcte à cet album, c’est uniquement parce qu’il contient quand même pas mal de textes bien marrants de Desproges, qui est l’un de mes humoristes préférés, mais à part ça, en tant que livre de bandes dessinées, Françaises, Français, Belges, Belges, lecteur chéri, mon amour ne vaut pas grand’chose. La Minute nécessaire de Monsieur Cyclopède a déjà été mise en scène à la télé : pourquoi vouloir refaire, sans imagination particulière, cette mise en scène en BD ? Ca apporte quoi ? Quant aux autres textes de Desproges, ils se suffisent à eux-mêmes, les illustrations présentées ici n’y apportent absolument rien, même quand c’est un auteur intéressant comme Charb qui s’y colle. Quelques auteurs, néanmoins, parviennent à produire quelque chose qui sort du lot : ceux qui n’ont pas cherché à adapter un texte, mais à créer quelque chose d’inédit autour du personnage de Desproges et de son œuvre. On trouve ainsi une planche de Gotlib (déjà publiée dans le tome 3 des Dingodossiers il me semble) assez rigolote (mais sans plus, quand même). Sa préface au bouquin est également pas trop mal (surtout si on la compare aux derniers éditos qu'il a écrit pour Fluide Glacial avant de se décider à prendre sa retraite, et qui étaient un peu poussifs). Lécroart nous offre un petit exercice OuBaPien plutôt marrant, même si le rapport avec Desproges n'y est pas évident. Goossens nous gratifie de 2 planches inédites de Georges et Louis, ce qui est toujours bon à prendre. Enfin, Gaudelette y signe la meilleure histoire de l'album, qui représente une de ses petites conversations entre Larcenet et lui comme on peut en voir régulièrement dans Fluide. On y retrouve un extrait d'un des textes les plus "osés" de Desproges (non pas au sens "coquin", mais au sens "s'il sortait la même chose aujourd'hui, il aurait droit au même peloton d'exécution que Dieudonné"), un bel hommage à son talent, et cerise sur le gâteau, un commentaire délicieusement sarcastique sur l'existence même de ce "livre-hommage" vain. Mais à côté de ces quelques petites pépites, malheureusement, il y a beaucoup de choses inutiles, et pire encore, il y a des trucs tellement nuls que c'est plus une insulte à Desproges qu'un hommage. Dans l'ensemble, je dirais que l'album est finalement mois un hommage au talent de Desproges (ces illustrations n'apportent aucune valeur, saveur, drôlerie supplémentaire à ses textes) qu'une façon, pour des auteurs pas très connus, d'essayer de se faire valoir en se servant du talent de Desproges. Bref, à moins de collectionner vraiment TOUT Desproges, ou au contraire de vouloir vous procurer un best of de ses textes plutôt que d’acheter tous ses bouquins, voilà un achat bien inutile, et dans l'ensemble, un livre largement superflu.

22/03/2005 (MAJ le 28/12/2007) (modifier)