La Légende de Potosi

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 4 avis)

Au début du 16ème siècle, un jeune homme se trouve embarqué dans la conquête du Nouveau Monde. Mais sa guerre contre les Incas prendra un tour personnel car il est parti, lui, pour se réapproprier une montagne d'argent qu'un personnage étrange et mystérieux lui avait promis.


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII Amérique du sud Auteurs Italiens Civilisations précolombiennes Sergio Toppi

Au début du 16ème siècle, un jeune homme se trouve embarqué dans la conquête du Nouveau Monde. Mais sa guerre contre les Incas prendra un tour personnel car il est parti, lui, pour se réapproprier une montagne d'argent qu'un personnage étrange et mystérieux lui avait promis. Toppi fidèle à ses habitudes de narration mêle subtilement les faits historiques avérés et le fantastique dans l'un de ses seuls albums en couleur directe qui avait été produits pour le marché espagnol.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 2003
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Légende de Potosi
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

28/04/2004 | ThePatrick
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

J'aime beaucoup le début et la fin. Les dialogues entre les deux personnages sont très bien trouvés et intéressants. Rien que pour ça, je mettrais bien 4 étoiles. Malheureusement, ce qu'il y a entre ses deux parties est franchement ennuyeux. Comme le dit ThePatrick, rien n'est vraiment développé. Les personnages ne sont pas intéressants et j'ai refermé l'album en me disant que j'avais assisté à un beau gâchis. Le dessin de Sergio Toppi est bon, mais je pense que je l'aurais mieux apprécié si c'était en noir et blanc car la couleur m'a semblé un peu superficielle.

01/04/2010 (modifier)

Amérique latine, XVIe siècle. Un pauvre jeune homme est chargé par son maître d’abattre le loup qui menace son troupeau. En chasse, le héros rencontre un étrange individu, qui lui prédit son avenir. « Il est une terre très lointaine, au-delà des mers, et sur cette terre une montagne qui se dresse jusqu’au ciel… toute d’argent. Tu l’escaladeras et elle sera tienne », sont ses termes. Le jeune homme passera donc sa vie, crapahutant à travers la Colombie, le Pérou et les Landes, en quête du trésor promis. Le trait particulier de Toppi est magnifique. Contrairement à son habitude, l’auteur n’a pas opté pour le noir et blanc. Les couleurs ne sont pas désagréables, même si leur choix est parfois étrange. Ainsi ne s’étonne-t-on finalement plus de la teinte bleuâtre que prend quelquefois la peau du héros. Pour ma part, je préfère le noir et blanc et les hachures nerveuses qui font le charme de ce dessinateur. Si Sergio Toppi est indéniablement un auteur à découvrir, sans doute vaut-il mieux réserver cet album-ci aux puristes. Pour prendre la réelle mesure de son talent, les néophytes se pencheront plutôt sur les chefs d’œuvres que sont Sharaz-De et Le collectionneur.

13/03/2010 (modifier)
Par Nurl
Note: 4/5

Pour ma part, mon avis seras peut-être influencé par le fait que je connais Toppi et que je suis très admiratif de son travail. La légende de Potosi est comme son nom une légende. une sorte de conte. La structure narrative du conte sert quasiment uniquement une morale et un propos très précis. C'est le cas ici et il est vrai que cela donne lieu a des raccourcis qui accélèrent la narration et font que l'on pourrait se trouver désorientés dès lors qu'on attend une justification à tout acte et action. Cette histoire est baignée dans une sorte de fatalité qui suit son court inéluctable, en emportant le héros vers sa destinée, quoiqu'il fasse. De son côté, le trait vif et très composé de Toppi est toujours un vrai régal, bien qu'effectivement s'éloignant parfois de la pure expression pour verser dans la quasi abstraction. Cet album est une assez bonne approche du travail de Toppi, bien que je lui préfère ses traitements en noir et blanc comme Sharaz-De , Myetzko ou Warramunga.

28/04/2004 (modifier)

Je ne connaissais pas Toppi, aussi mon avis en sera-t-il forcément influencé. Le dessin de Toppi fait montre d'une qualité appréciable, c'est certain. Une sorte de charme s'en dégage, les couleurs sont très belles à leur manière, et la mise en page est parfois vraiment plaisante, originale juste ce qu'il faut pour surprendre agréablement sans dérouter ou être pesante. Mais de même que pour Battaglia, ce dessin me semble tout de même mieux convenir à de l'illustration qu'à de la bande dessinée... Là où le bât blesse, c'est l'histoire. Bien sûr on peut s'amuser à dégager le thème du destin et du libre arbitre, dire que Potosi en voulant suivre sa destinée qui lui avait été annoncée a manqué de belles opportunités et par extension une autre vie... Mais la lecture en tant que telle révèle surtout un album d'aventure qui me paraît peu développé (tout est très rapide, résumé au maximum ou presque) et assez convenu dans son propos...

28/04/2004 (modifier)