Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Myetzko

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

L’album rassemble deux histoires. OGONIOK : « un petit bureaucrate arrogant se retrouve confronté à un shamann au fin fond de la taïga ». MYETZKO : « durant la première guerre mondiale, sur le front de la Galicie, un officier autrichien est sauvé par les pouvoirs de son aide de camp » (www.editionsmosquito.com)


Auteurs Italiens Sergio Toppi

Galicie. 1915. Batko Baborka est capitaine de l’armée austro-allemande et Myetzko Goglowa est son ordonnance. D’après la légende, les lignées des deux hommes sont liées depuis un accord conclu par leurs ancêtres. Les Goglowa, soi-disant sorciers, servent les nobles Baborka de génération en génération. Les deux soldats sont envoyés dans le no man’s land, pour une périlleuse mission de reconnaissance, qui sera l’occasion pour Myetzko d’honorer le pacte ancestral.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 03 Septembre 2001
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Myetzko
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

08/01/2010 | Aurélien V
Modifier


L’album rassemble deux histoires : • OGONIOK (3,5/5) Semion Gennadovich Polumin, haut fonctionnaire du tsar, se perd dans la taïga lors d’une partie de chasse. Trois misérables indigènes se proposent de lui offrir le thé. Semion leur fait part de son projet de traque dans les environs. Les hôtes le mettent en garde : les bois alentour sont le domaine d’Ogoniok, le shamann ; sans doute vaudrait-il mieux pour le chasseur passer son chemin et laisser en paix le gibier qui s’y trouve. • MYETZKO (5/5) Galicie. 1915. Batko Baborka est capitaine de l’armée austro-allemande et Myetzko Goglowa est son ordonnance. D’après la légende, les lignées des deux hommes sont liées depuis un accord conclu par leurs ancêtres. Les Goglowa, soi-disant sorciers, servent les nobles Baborka de génération en génération. Les deux soldats sont envoyés dans le no man’s land, pour une périlleuse mission de reconnaissance, qui sera l’occasion pour Myetzko d’honorer le pacte ancestral. Les dessins de Toppi se révèlent une fois de plus majestueux. Dans ‘Ogoniok’, son bestiaire (élan, coq de bruyère, mammouth, lapin, etc.) est de très bonne qualité. Mais c’est véritablement dans ‘Myetzko’ que mes yeux ont pris le plus de plaisir. Toutes ces carcasses de mitrailleuses et de pièces d’artillerie. Tout ce métal déchiqueté. Magnifique ! Le second récit est plus long et, partant, plus approfondi que le premier. Dans ‘Myetzko’, les talents de conteur de l’auteur et son habileté à mélanger événements historiques et fantastiques sont à leur apogée. Du grand art… Les préférences de Toppi en matière de couleurs (quand il en utilise) vont très clairement pour le bleu, le rose, le mauve et le vert. Il ne se servira du rouge qu’exceptionnellement. Ce fut notamment le cas pour la couverture de 'Myetzko'. Et à cette occasion, l’auteur a, selon moi, été très bien inspiré. En effet, il s’agit là de la plus belle couverture de bd qu’il m’ait été donné de voir ! Remarque : j'ai cru comprendre que l’album était épuisé. Les éditions Mosquito prévoient une réédition pour mars 2010, avec une nouvelle structure, sous le titre « Saint-Acheul ». Pour de plus amples informations, voyez leur site.

08/01/2010 (modifier)