Number 5

Note: 3.8/5
(3.8/5 pour 5 avis)

Dans un monde futuriste imaginaire, Number Five est en fuite. Il est tireur d'élite au sein du conseil Rainbow, une organisation armée pour la protection de la paix et a entraîné à sa suite la jeune Matriochka.


Seinen Shogakukan Taiyo Matsumoto

Dans un monde futuriste imaginaire, Number Five est en fuite. Il est tireur d'élite au sein du conseil Rainbow, une organisation armée pour la protection de la paix et a entraîné à sa suite la jeune Matriochka. Les Rainbows n'auront de cesse de le rattraper et de l'éliminer… Sur cette base dramatique, l'aventure se mêle à un univers onirique et énigmatique. Un graphisme incomparable et une narration éclatée font de ce manga de Taiyou Matsumoto un must à découvrir. (souce : Kana)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Mars 2004
Statut histoire Série terminée 8 tomes parus
Couverture de la série Number 5
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

07/03/2004 | ThePatrick
Modifier


L'avatar du posteur Yannou D. Yannou

Taiyou Matsumoto est un auteur avec un grand A. J'ai hésité entre un "franchement bien" et un "culte", car je ne mets quasiment jamais de note "Culte!". Mais l'hésitation n'a pas été longue, je dirais 2 secondes et 2 brouettes. Des auteurs, des dessinateurs et des univers comme ça il y en a pas par ballots. Lire Number 5 c'est entrer dans un univers, un dessin et partir assez loin, revenir, et voir qu'on est toujours très loin. Il y a une vraie forme de poésie dans cette oeuvre. Je vous conseille cette bd si : -vous aimez la bande-dessinée -vous aimez la vie et les fleurs -vous aimez Moebius

16/01/2018 (modifier)

Enorme ! Autant le dire tout de suite, cette BD fait partie de mon top 5 :o Certes, c'est toujours flou un Matsumoto, et effectivement, au départ on ne sait ni ou l'on est, ni de quoi il s'agit. La magie cependant, c'est qu'on ne décroche pas tellement l'ambiance est fabuleuse. Preuve qu'en BD même l'incompréhension la plus totale n'empêche pas d'être accroc. C'est ça la poésie, ca vous touche avant même que le cerveau interprète. Pour cela oui ! ca s'approche de Moebius. Puis tout de même, on passe vite à l'action, au tragique. Number 5 dézingue un premier ... puis un second membre des rainbows, et sans en percevoir tout de suite les enjeux, on s'engage dans un compte à rebours, une chasse à l'homme. Mais qu'est ce que les rainbow au fait ? A la tête de "l'armée pour la paix" (concept absurde s'il en est), on trouve le conseil rainbow : 9 membres, 9 super héros. Les rainbow sont à la fois un concept marketing pour "tenir" le peuple, mais se révèlent également surhumains puisque génétiquement issus du même papa créateur. C'est d'emblée la question de l'humain qui est posée, celle de la génétique et de l'intervention humaine dans l'évolution etc ... En bref, chez les rainbow, on porte un numéro, et le classement est celui du mérite : one est plus fort que Two lui même plus fort que Three etc ... Quel désordre donc, quand number 5 (homme révolté) perturbe le système et enlève la Matriochaka. Ensemble ils parcourent la planète et on découvre avec eux un monde étrange, au centre de toute les questions. La terre n'est plus que l'ombre d'elle même, désertique, et les lois de "limitation" (natalité, énergie, robotique) sont le reflet d'une planète contrôlée, génétiquement modifiée, et dont le système semble a bout de souffle. La voila l'ambition de Number one : changer le monde ! Number One ,cet être étrange, ce dieu vivant, véritable messie semble développer des capacités extraordinaires. Il porte en lui un tel amour du monde qu'il est sans doute capable de le changer. Il est d'ailleurs capable de le "manger" Seulement voila, l'amour du prochain, ce n'est pas vraiment la tendance, et pour certains la vie n'a de sens qu' a travers le combat. A l'utopie de Number one s'oppose donc la colère de Victor, la révolte de Number 5, et à travers ces personnages c'est toutes les facettes de l'humain qui s'illustrent Au fil des tomes on vit une course poursuite donc, il s'agit d'arrêter number 5. Et a chaque étape, chaque combat, chaque décès ... on va découvrir des émotions, de plus en plus fortes. le compte a rebours des morts correspond donc à un crescendo émotif pour le number one, pour les rainbow, et pour le lecteur. La magie de cette BD c'est que chaque évènement, chaque émotion est ressentie par tous les rainbow. La force de Matsumoto c'est d’être capable de nous infliger cette puissance émotive au même titre que ces êtres "télépathes" la ressentent en temps réel comme s'ils était au fond une conscience unique. On prend donc en pleine gueule cette résonance émotionnelle de plus en plus extrême: amour, bonheur tristesse, colère ... Difficile de tout analyser, mais les interrogations sont très profondes, et l'impression visuelle ne l'est pas moins. Cette BD pose la question de la condition humaine, avec un brio rarement atteint. La seule envie après l'avoir lu, la relire encore pour la comprendre un peu plus. Et puis revoir 2001 l'odyssée de l'espace aussi parce que quelque soit le média il y a des oeuvres "existentielles" qui vous bouleversent. Number 5 en est une, au même titre que "la condition humaine" ou le" meilleur des mondes".

27/01/2010 (modifier)
Par karibou
Note: 3/5

Cela m'embête de ne mettre que 3/5 et de déconseiller l'achat car il le mérite. Mais il est beaucoup trop complexe et plus contemplatif que nécessaire. Sinon très bel hommage à un des pères spirituels de l'auteur, Moebius. Et surtout merveilleuse assemblée de personnages mystérieux constituant ce conseil Rainbow. Cette série est une sorte de rêve éveillé dans lequel il est parfois bon de s'évader au risque de s'ennuyer subitement et d'être happé dedans à nouveau peu de temps après.

17/02/2009 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Après le tome 1, mon sentiment sur cet ouvrage n'est pas clair. Si la trame de l'histoire n'est pas exagérément complexe - il s'agit d'une organisation pour la paix appelée les Rainbow, dont un des membres est en fuite - son déroulement quant à lui est très obscur. Qui est cette matriocka par exemple au comportement vraiment bizarre ? En fait ils ont tous un comportement étrange. Ce sont 9 membres qui portent un numéro, le number 5 étant l'un d'eux, et au long de ce premier tome, on essaie de comprendre qui est qui, et qui fait quoi. On n'a aucune notion de temps et seulement une vague notion d'espace par la carte au début du tome. On ne sait rien du passé en fait, que fait cette organisation ? Pourquoi number 5 s'est "révolté" ? Au final, on a un manga assez court par rapport à la moyenne (environ 150 pages) et on réfléchit sur le peu d'informations qu'on a compris. Le dessin de Matsumoto est toujours dans son style très inhabituel pour la manga, très inspiré par l'Europe. Par contre j'ai remarqué des décors souvent très peu fouillés. J'ai oublié de parler de la faune très étrange sur cette planète - qui est la Terre on en doute point au vu de la carte - où les animaux ne sont pas dans leurs lieux de vie actuels, et certains je ne les ai tout simplement pas reconnus. En tout cas on en voit beaucoup de ces bestioles. L'édition de Kana est réussie et avec un effet de relief très sympa sur la jaquette. Le sens de lecture est conservé, les pages couleur aussi, le format est assez grand et je n'ai pas relevé de faute d'orthographe. Je trouve quand même le prix un peu élevé, ça ne le met pas à la portée de toutes les bourses.

30/05/2004 (modifier)

Tome 1 :
Etrange. Voilà sans doute le mot qui représente le mieux mon avis sur ce premier tome. Le dessin a un aspect nettement moins "soigné" que "Amer Béton" ou même Ping Pong. L'histoire semble à la fois très classique (un personnage se révolte, tue quelques hommes d'un puissant "rival" et se retrouve en fuite) et pourtant elle est complètement atypique, la narration est totalement destructurée, éclatée. Quelques combats assez saisissants, avec des cadrages étonnants se mêlent à des scènes nettement plus oniriques ou, plus précisément, symboliques. Aucun "ordre" n'est véritablement respecté et cela entraîne parfois une certaine confusion. L'histoire peut apparaître comme une aventure mais en même temps c'est autre chose. Dont un peu de SF, avec un design qui rappelle fortement l'univers de Moebius par moments. Etrange et confondant, donc. Cependant, on est complètement happé dans cet album, qui malgré sa difficulté à lire, a quelque chose de vraiment fascinant. Je ne saurais dire précisément quoi pour l'instant, et d'ailleurs vous remarquerez que sur l'album ne figure aucun résumé, rien. Même l'éditeur a préféré renoncer. :) Cela me paraît risqué. Le graphisme de Taiyo Matsumoto est très atypique, les albums sont chers. Et ne pas savoir de quoi il est question ne risque pas de donner plus envie de lire "Number 5"... Bref, j'ai l'impression que Kana essaie de jouer "la carte Matsumoto", au même titre que "la carte Taniguchi"... ce qui fait inévitablement penser que la collection "Made in Japan" vise un public intellectualisant et qui a les moyens de se payer ce genre d'album. La présentation aurait tendance à confirmer cette impression : la couverture est fort joliment doublée, et la jaquette en relief est superbe. L'adaptation est très soignée : à la différence du sommet des dieux, les onomatopées sont conservées, et les symboles que portent les personnages sont discrètement traduits dans un petit cartouche qui s'intègre très bien au graphisme général. Personnellement je souhaite du succès à "Number 5" -- son auteur le mérite amplement -- mais bon, si vous fonctionnez plutôt "par auteur", je ne saurais trop vous conseiller de commencer par Ping Pong, certainement plus abordable dans tous les sens du terme.
Tome 2 :
** A venir **
Tome 3 :
Très difficile à appréhender, j'ai dû le relire pour l'apprécier. On sait que Matsumoto introduit dans ses récits un symbolisme parfois très important. Quand en plus la majorité du récit concerne les hallucinations hyper-réalistes suscitées par Number 4, il devient d'une complication assez impressionnante, et le comprendre dès la première lecture est loin d'être facile. Pourtant il faut bien dire qu'ainsi l'album se détache d'une façon remarquable du reste de la série, sa complexité devenant un vrai petit bonheur à savourer. Complètement atypique, mais certainement remarquable.
Tome 4 :
Changement complet de genre. Dans ce tome 4 règnent en maître les flashs backs concernant le passé de l'armée de la paix et de ses principaux protagonistes. Les haines montrent leurs origines, les germes des dissensions deviennent apparents. Evidemment indispensable à la série.

07/03/2004 (modifier)