Gigantik

Note: 2.8/5
(2.8/5 pour 5 avis)

Un mélange de Valérian, Star Trek, Battlestar Galactica, Star Wars, et tant d'autres séries SF grand public...


Auteurs espagnols Space Opera Super As

Un homme, une femme, deux robots (un petit intello et un gros costaud), tous quatre au service de l'organisation de défense terrienne Gigantik. Ils vivent des aventures, combattent des méchants, découvrent de nouveaux mondes et de nouvelles sociétés... En résumé, ces histoires (courtes ou en un tome) sont un condensé de tout ce qui s'est fait dans d'autres séries plus connues comme Valérian, Star Trek, etc...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Décembre 1979
Statut histoire Histoires courtes 7 tomes parus
Couverture de la série Gigantik
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

30/01/2004 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Cette bande espagnole est parue en France dans le magazine Super As en 1979, je me souviens l'avoir aperçue dans quelques numéros qui me tombaient sous la main, mais je l'ai vraiment redécouverte grâce à un prêt d'albums très opportun ; je n'ai lu que 3 albums édités par Novedi (de 1981 et 82) mais c'est suffisant pour se faire une idée. C'est un space opera très caractéristique de son époque de parution (les derniers albums sont parus en 1984), de la SF classique dramatique et sérieuse, jalonnée par des épisodes amusants et un peu d'humour, on y reconnait le style de Victor Mora qui avait écrit aussi les scénarios de Dani Futuro dessinée par Carlos Gimenez dans les années 70. Il n'est donc pas étonnant qu'on ressente une petite impression de déjà vu car c'est très inspiré de Dani Futuro avec des composants assez proches : immense vaisseau spatial commandé par un scientifique, un couple de héros, 2 petits robots rigolos, une puissance maléfique etc...). Même le dessin s'inspire du trait de Gimenez (que je préfèrais dans Dani Futuro car plus peaufiné), mais il est suffisamment attrayant pour me plaire. On peut aussi trouver quelques ressemblances avec Valérian ou Tärhn, prince des étoiles, autres bandes de SF de la même période dont les graphismes ont peut-être aussi inspiré Cardona. Cette science-fiction là, je la comprend mieux que celle qui viendra bien plus tard dans les années 90 et 2000, car elle est simple et facile à capter, s'il n'y avait pas le décor spatial, ça pourrait tout aussi bien être une bande d'aventure. Je sais pas si c'est très connu mais cette lecture ne fut pas désagréable, les récits sont assez conventionnels mais plaisants, bref c'est une découverte intéressante, même si ce n'est pas marquant.

24/12/2018 (modifier)
Par zbah
Note: 3/5 Coups de coeur expiré

Alors là, c'est une sacrée surprise que cette série. J'en avais lu un, étant gamin, et j'ai retrouvé cet album au grenier. Mais, quel dépaysement ! De la SF inspirée, à la Buck Rogers, mâtiné de Star Wars (le couple de robots). C'est ludique, intéressant, comique parfois, bien plus prenant qu'un Valérian (où l'humour prend trop le pas sur les intrigues, à mon avis). Franchement c'est une petite perle ce Gigantik. Le graphisme fait un peu daté dans les deux premiers albums, mais s'améliore au fur et à mesure, la narration est plutôt bonne, et bien menée, malgré des baisses à certains moments (précipitation d'évènements) et certaines expressions assez grotesques, risibles et vieillottes, mais qui ont leur charme : "panndanslespace !" [sic] A acheter, pour tout amateur de space opera, et de SF. Edit : les deux derniers albums sont vraiment moins bon, redites, running gags lourds, et manque d'inspiration sur le scenario... Il etait temps que ça s'arrete. Note rabaissée a 3/5.

19/02/2009 (MAJ le 22/07/2009) (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Ca, c'est de la TRES bonne BD de science-fiction !... Gigantik ?... C'est un énorme astéroïde transformé en un nouveau monde. Serti dans une énorme bulle, habité de milliers de personnes triées sur le volet, cette Nouvelle Terre va partir à l'assaut du ciel à la découverte de mondes inconnus. Et cette sorte de mini planète, ce gigantesque astronef se suffit à lui-même : on y produit l'eau, l'air, la lumière, toutes les ressources nutritives. Il est accompagné de son "chien de garde" : Balmung, un satellite de défense équipé des toutes dernières technologies de combat. Ces deux énormes "machines" vont ainsi vivre de concert. L'idée de base est simple, mais traitée de bien bonne façon. Mora, le scénariste espagnol, est très connu dans son pays. Féru de technologie, il a ainsi imaginé ce nouveau monde dans lequel habitent, entre autres, quelques "héros" qui seront la ligne rouge des scénarii imaginés. Un très bon dessin de Ribero, dont la patte graphique fait quand même penser au Le Vagabond des Limbes, parachève l'ensemble de belle façon. Des couleurs "hors du temps" (pour l'époque !), des mondes nouveaux imaginés, une technologie qui pourrait -pourquoi pas- exister dans le futur : c'est ça, Gigantik. Une série pas trop connue mais qui mérité VRAIMENT d'être (re)découverte. Très bon... mais ce n'est que mon avis...

11/02/2007 (modifier)
Par PatrikGC
Note: 2/5

Un tutti frutti SF... Ca se laisse lire, ce n'est pas impérissable mais ça délasse. Le truc qui me gêne le plus dans cette série B, c'est que parfois je découvre une case pompée à 95% sur "les Naufragés du Temps" de Gillon... Exemple, dans la planche montrée ici, la deuxième case est exactement Christopher (avec une moustache) dans la même attitude. Que dire de la vignette 5 dont le personnage ressemble beaucoup lui aussi à un des protagonistes des "Naufragés du Temps"... Où s'arrête l'admiration et commence la copie ? Amusant pour chercher toutes les références lors d'un WE pluvieux :)

06/11/2004 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Une très vieille curiosité de la BD SF pour la jeunesse. A lire cette série, on jurerait avoir déjà lu ça avant, on est en terrain connu. En effet, cela reprend des idées de tout ce qui existe déjà en SF Grand Public (Star Trek, Star Wars, Valérian, etc etc...). Le couple de héros rappellent bien évidemment Valérian et Laureline, sans le côté humoristique et intelligent qui les unit. Les deux robots, un petit et un grand, font furieusement penser à un couple tel que 6-PO et R2-D2. Le physique du gros robot ressemble d'ailleurs beaucoup au robot-tueur dans le film de Disney (le Trou Noir). Bref, une série sans grande qualité. Je me souviens néanmoins l'avoir lu, étant tout jeune, avec tout l'interêt et l'avidité d'un gamin qui lit de la SF. Mais maintenant... une curiosité, voilà ce que c'est devenu.

30/01/2004 (modifier)