L'Immeuble d'en face

Note: 3.23/5
(3.23/5 pour 26 avis)

Tranches de vie des locataires des 3 étages de l'immeuble.


Académie des Beaux-Arts de Tournai Dans mon immeuble... La BD au féminin La Boite à Bulles

Au premier étage de "L'Immeuble d'En Face", réside une mère célibataire et enceinte. Au second, un couple entre deux âges. Et au troisième un couple de jeunes amoureux, Claire et Louis. Un immeuble comme tant d'autres avec ses croisements dans l'escalier. Là où vous ne vous y retrouverez pas forcément, c'est qu'au lieu de grommeler des bonjours entre voisins, ces gens se croisent et se parlent, se connaissent, s'aiment. C'est bête, mais c'est beau. .

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2003
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série L'Immeuble d'en face
Les notes (26)
Cliquez pour lire les avis

Par Jérem
Note: 3/5

Je dois avouer que j'ai dû m'accrocher pour ne pas laisser tomber la série dès les premières pages. Les scènes du quotidien des différents personnages s’enchaînent sans beaucoup d'intérêt et l'on ne voit pas bien où Vanyda veut nous emmener. Puis progressivement, les personnages se dévoilent, commencent à interagir, à révéler une partie de leur passé et les imbrications des petites histoires de chacun servent habilement la trame de la série. On ne sort jamais du concept des petites saynètes quotidien mais ces dernières s'étoffent, se développent et gagnent en profondeur pour donner de plus en plus de corps au récit. On s'attache à ces personnages ordinaires, qui malgré quelques clichés se révèlent être plutôt intéressants et touchants. Les dessins sont jolis et collent bien à l'ambiance de la série. L'influence du manga est manifeste mais ne gênera aucunement les habitués de la BD franco-belge. Touchante et réaliste, parfois un peu naïve, L'Immeuble d'en face est une série qui mérite d'être découverte.

06/10/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Je trouve que Vanyda possède un réel don pour raconter le quotidien et si elle a fait mieux depuis, cette série nous propose tout de même quelques beaux passages. Le dessin est lui aussi encore assez maladroit par moments mais, dans le style manga réaliste à la française, il n’est pas désagréable à l’œil. Le découpage est soigné avec, assez régulièrement, des décors fixes qui s’étalent sur plusieurs cases, chaque case se centrant sur un personnage différent. Après, faut aimer le genre roman graphique/chronique du quotidien parce que certaines scènes sont vraiment très anodines. Mais c’est justement la juxtaposition de ces courtes scènes qui nous permet d’entrer dans l’intimité de ces personnages. Malgré quelques longueurs et quelques maladresses de jeunesse, j’ai donc plutôt bien aimé. Pas mal du tout, en somme.

03/07/2014 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Je découvre cette oeuvre phare du catalogue de La Boîte à Bulles avec la sortie de l’intégrale : 500 pages de quotidien et de petits soucis, j’imagine que les allergiques au genre vont partir en courant. Je suis friand de « roman graphique », et pourtant moi aussi j’ai eu du mal avec le début de cette histoire. J’ai vraiment du me forcer pour ne pas abandonner lors des 100 premières pages. Un autre posteur parle de « vacuité », le terme peut sembler dur, mais il décrit parfaitement les scénettes insignifiantes des habitants de l’immeuble. Et puis je ne sais pas si je me suis habité aux personnages, ou si le niveau s’améliore au fils des pages, mais j’ai fini par me prendre au jeu. Je trouve que les situations relations entre personnages deviennent plus intéressantes. Le dessin claire, presque typé manga, sert parfaitement l’histoire. Bon, attention, ça reste du quotidien poussé à l’extrême. A réserver aux amateurs du genre.

25/02/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Je n'ai rien contre les histoires racontant la vie quotidienne, mais pour que j'accroche il faut au moins deux choses que je n'ai pas retrouvées dans cette série. Premièrement, il faut que je m'attache assez aux personnages pour que j'aie envie de connaître leur vie et cela marche généralement quand ils ont une personnalité intéressante. Ici, les personnages sont génériques avec une personnalité vague. J'imagine que c'est pour permettre aux lecteurs de s'identifier à un des personnages, mais personnellement je n'aime pas quand un personnage semble avoir autant de personnalité qu'un mannequin. Deuxièmement, pour que j'accroche au scénario il faut qu'il se passe des trucs captivants dans la vie des personnages ou qu'il y ait au moins des anecdotes amusantes. Ici, je n'ai trouvé qu'une suite d'anecdotes plates et banales. Il y a quelques trucs qui m'ont fait sourire comme lorsque le jeune couple est dérangé alors qu'il commençait à faire l'amour, mais même ces moments m'ont paru peu mémorables.

01/01/2012 (modifier)
Par Chéreau
Note: 3/5 Coups de coeur expiré

Ils sont six habitants d'un immeuble de Lille : un couple d'étudiants amoureux, deux quinqua, une mère célibataire et son petit Rémi. Vanyda raconte leur quotidien par petites touches, en saynètes de quelques pages, présentées comme autant de micro-actes d'un théâtre du dérisoire. Il ne se passe rien de notable, sinon un accouchement qui démarre dans l'escalier, des désirs d'adultère, une porte qui se referme avec les clés à l'intérieur... Mais on dévore ce livre dessiné comme un manga sans même voir passer les pages. Malgré son jeune âge, Vanyda a su rendre vrais et attachants ses personnages par quelques détails simples, un geste, un mot, un regard qui sonne vrai. Cette jeune dessinatrice qui s'est d'abord publiée à compte d'auteur a un vrai talent à raconter les histoires. Bravo !

04/04/2007 (MAJ le 22/07/2010) (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Il existe des bd qui nous transportent dans un univers imaginaire qui nous apporte du rêve loin de toute réalité. Et puis, il y a celles qui traitent du quotidien afin de sonder l’âme des gens. C’est un peu si on opposait des films d’auteurs intellectuels à des cinéastes de film d’action populaire. C’est curieux de retrouver ce même phénomène dans la bd. Alors, je ne suis ni partisan d’un type de bd, ni de l'autre puisque que je l’aime dans son ensemble et dans sa diversité. Bien sûr, il peut y avoir des bd de type action excellentes et d’autres moins bonnes. Idem en ce qui concerne la bd intimiste. Il ne faut pas à mon humble avis s’enfermer dans un genre jusqu’à le vénérer en méprisant le reste. C’est ce qui arrive parfois. Pour en revenir à l’immeuble d’en face, c’est plutôt très bien dessiné. On peut être toute jeune et avoir déjà un très bon coup de patte. J’ai été séduit par le graphisme qui m’a tout de suite plu. Par contre, en ce qui concerne le scénario, il n’est pas très intéressant car on ne sort pas du monotone. Cependant, il y a des effets de case qui jouent sur la juxtaposition des trois locataires que j’ai bien appréciés. Je sais bien qu’on ne se situe pas dans la grande aventure mais je n’arrive pas à trouver mon bonheur le plus manifeste dans le quotidien de la banalité et des relations de voisinage qu’elles soient pacifiques ou orageuses. Si encore, on pouvait s’amuser par des anecdotes croustillantes ou s’il y avait une certaine poésie un peu planante ! Non, c’est quand même assez plat mais suffisamment sympa pour qu’on manifeste de l’intérêt à la lecture. C’est toute l’ambiguïté d’une telle première œuvre. L’auteure a encore de beaux jours devant elle.

03/03/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Après lecture du tome 1, je m'arrêterai là. J'ai l'impression d'avoir perdu mon temps avec cette BD. Elle me semble trop simpliste au niveau des interactions entre les personnages. Il manque aussi quelques personnages pour étoffer ces petits récits du quotidien. Je n'ai pas été touché par les évènements relatés, il me semble tous d'une banalité consternante. Le dessin est simpliste mais correct et ne peut en aucun cas justifié à lui seul l'achat. Donc une déception à titre personnel.

08/03/2008 (modifier)
Par Tetsuo
Note: 4/5

Un album sans prétention qui a le mérite de toucher juste. Le démarrage du premier tome est un peu surprenant, on assiste à des tranches de vies en ayant une impression de flou, de brouillon. Puis, petit à petit, l'album gagne en maturité pour atteindre une vitesse de croisière où l'histoire prend tout son sens. Les relations entre les personnages s'étoffent, on pénètre plus en avant dans leur intimité. Et du coup, on les connait mieux, on anticiperait presque leurs réactions. Bref, on se laisse porter par le quotidien de nos héros, un quotidien banal, sans intérêt... sans intérêt ? Eh bien, non et c'est sûrement là la force de cet album. Vanyda manie à merveille son scénario et accroche son lecteur dans la vie de Claire, Louis, Fabienne, Jacky, Béatrice et Rémi. Elle parsème son récit de petites touches d'humour, de tendresse, de vie. Tout l'intérêt de ce roman graphique tient à cette alchimie ténue entre son histoire et la façon de la raconter. L'exercice est casse-gueule, puisque cela peut rapidement virer à l'ennuie le plus complet. Mais Vanyda alterne ses prises de vues, ses situations, ses cadrages avec brio et un réel talent. Elle donne un souffle à son récit à ce qui n'est en fait que la chronique des habitants d'un immeuble. Et puis les personnages sont criants de vérité. Tout lecteur se retrouve dans les situations ou alors les as déjà vues et entendues. Le réalisme, poussé à son maximum, rend cet Immeuble d'en face attractif et intéressant. L'album peut être lu à tout âge et surtout relu à tout âge. Je pense qu'on y retrouve des éléments propre à chaque période de la vie. A croire que l'auteur a vécu plusieurs vies ! Une réussite.

05/03/2008 (modifier)

Bon. Commençons par le dessin : je le qualifierais d’honnête noir et blanc, pas transcendant mais assez fin, vivant, et avec un tramage plutôt judicieux, qui le rend assez agréable à l’oeil. Ce n’est donc pas lui qui explique la sévérité de ma note. Non, c’est l’histoire (ou plutôt -devrais-je écrire- son absence) qui vaut à cet album ce 1/5 bien senti. De quoi s’agit-il ? De la chronique de la vie au quotidien des habitants d’un immeuble. Ce n’est pas palpitant, loin de là. On suit donc au jour le jour, les petites mésaventures de l’étourdie du 3ème, qui claque la porte sans prendre ses clefs, qui, un autre jour s’aperçoit qu’elle a les fesses plates, qui un autre jour encore, se dispute avec son copain la fin d’un tube de dentifrice,... Enfin, bref, c’est pas passionnant tout ça, et même assez cucul la praline, par moment. Et leurs voisins sont encore moins attachants. Alors, mon impression globale, en refermant l’album : une chronique douce-amère d’un quotidien affligeant de banalité, qui ne s’éloigne que très rarement des contingences bassement matérielles, qui se laisse quand même lire, certes, mais dont je n’attends nullement la suite. Bref, maintenant que je sais qu’on peut vendre ce genre de... euh... scénario (?), je me dis que je devrais peut-être m’y mettre. Enfin, si vous aimez ce qu’écrit Philippe Delerm, allez-y, vous y trouverez peut-être votre bonheur. Personnellement, ce n’est vraiment pas ma tasse de thé,...euh... ma chope de bière ! ;)

25/07/2006 (MAJ le 04/11/2007) (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Ah enfin je lis cette BD qui bénéficie d'un des meilleurs buzz de ces derniers temps. Bon alors tout de suite, là, comme ça, je trouve que ce n'est pas très original au niveau du sujet. Des histoires du quotidien, on en a lu, vu, entendu des tonnes, et le premier tome ne sort pas vraiment des sentiers battus. Ensuite, le dessin de Vanyda est quand même un peu hésitant. C'est dommage, d'ailleurs, que les personnages aient un peu tous la même tête. Parce que j'ai lu auparavant L'Année du dragon, dessinée par la même personne, et qu'il y a une réelle différence graphique. Là où "L'immeuble d'en face" se démarque du tout-venant du roman graphique, c'est bel et bien dans son traitement. Un discours et des situations modernes, plutôt dynamiques, des dialogues plutôt bien sentis, je pense qu'il y a une part de vécu dans ces pages, mais aussi une analyse assez fine de notre société occidentale urbaine. C'est frais, c'est intelligent, c'est très sympathique.

22/09/2007 (modifier)