Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Rubine

Note: 3.14/5
(3.14/5 pour 14 avis)

Rubine, flic sexy :)


Institut Saint-Luc, Liège Les Roux !

Rubine a de beaux yeux qui ne servent pas qu'à séduire. Car si Rubine est très belle femme, elle est aussi très... flic. Et si elle garde toujours un oeil sur la balance de sa salle de bain, l'autre est fixé sur celle de la justice.

Scénariste
Dessinateurs
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Octobre 1993
Statut histoire Une histoire par tome 14 tomes parus
Couverture de la série Rubine

03/11/2001 | Lucky Luke
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

C'est une série sans prétention qui nous présente une héroïne généreusement fournie en courbes diverses et variées. Passer ce premier constat force est de dire que les intrigues dans lesquelles elle évolue au fil des tomes ne sont pas suprêmement exceptionnelles. En fait cette série s'adresse un public assez jeune avec des enquêtes policières assez basiques. Comme dit plus haut l'intérêt réside dans la plastique de la dame, et encore est il très soft, public oblige. En tout état de cause cela ne suffit pas pour provoquer chez moi un intérêt autre que poli pour ces histoires de bonne facture mais sans plus.

11/11/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

*Avis portant sur les 7 premiers tomes* Une série policière moyenne. Il n'y a que les tomes 3 et 5 que j'ai trouvé mémorables et c'était uniquement après avoir lu la conclusion de l'énigme. Le reste se laisse lire, mais il n'y avait rien qui faisait en sorte que je trouvais les histoires captivantes et qu'elles sortaient du lot des centaines de bandes dessinées de type policier. De plus, le personnage principal n'est pas intéressant et ne semble exister que pour montrer son corps et le dessin de Walthéry est franchement moyen. Cela se laisse lire si on est fan des histoires policières, mais si ce n'est pas le cas on ne manque rien en ne lisant pas cette série.

28/11/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Dans la réalité, on voit rarement d'aussi belles filles comme Rubine Killarney brandir une plaque de police et un gros flingue. Cette fliquette de choc a non seulement des courbes qui font rêver, une opulente chevelure rousse, des yeux magnifiques, bref, elle est ultra féminine et intelligente et dynamique. En plus, elle se voit confier des enquêtes criminelles importantes, elle s'attaque à de dangereux malfaiteurs, tout en esquivant les beaux partis conventionnels et ennuyeux que sa mère tente de lui faire épouser. C'est pas un peu trop tout ça ? Passé cette série de clichés et l'idée du "trop belle pour être dans la police" qu'il faut accepter ou pas, cette bande est très agréable; elle lorgne du côté de Natacha pour l'aspect physique de son héroïne, c'est normal puisque l'un de ses créateurs n'est autre que Walthéry, mais l'intérêt vient aussi des scénarios qui se révèlent bien construits, ingénieux, pleins de suspense, contrairement à l'idée reçue. Malgré son allure très sexy, ses vêtements moulants mettant en valeur ses formes, et ses séquences salle de bains, Rubine n'est jamais montrée nue, car la série s'adresse beaucoup plus à des lecteurs assez jeunes plutôt qu'à un public adulte, il y a donc juste ce qu'il faut pour émoustiller ce lectorat visé. Une bonne Bd de détente, sans génie, qui ne renouvelle rien, mais qui fait passer un bon moment de lecture.

17/07/2013 (modifier)
Par WiSiPo
Note: 4/5

J'aime bien Rubine. Cette série s'arrête au n°13 et je trouve cela bien dommage. D'ici 2 ans sortira une intégrale et on se dira : finalement c'était pas si mal. Ce que j'aime dans Rubine, c'est la fraicheur qu'apporte cette série. Niveau scénario, rien de révolutionnaire, rien de très marquant. C'est bon, ni plus ni moins. Un petit polar sympathique. Pour le dessin, c'est bon aussi, sans plus. Des beaux dessin de BD, filles aux jolies formes, et surtout de belles couleurs, bien présentes. Alors c'est banal, non c'est juste un poil plus, c'est bien, une bonne lecture du soir. En fait Rubine, c'est comme Julie Lescaux, un bon petit polar qui divertit et c'est déjà pas mal.

27/02/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

On m'avait conseillé de lire expressement Rubine. Je croyais réellement que j'allais découvrir une série extraordinaire, ce qui n'est guère le cas. C'est sympa comme lecture mais sans plus. On a parlé d'une série policière qui semblait remettre à neuf tout les clichés relatif au genre en mettant en avant un bon petit bout de femme. En réalité, c'est une bd à l'architecture réellement vieillie comme on en faisait autrefois. Il n'y a rien de vraiment moderne. Notre héroïne n'est guère qu'un être superficiel, c'est à dire sans profondeur, qui assure la justice tout en ayant un oeil rivé sur sa balance. Si elle lâchait le flingue, peut-être qu'elle perdrait un peu de poids. Oui, mais cela ne serait pas marrant. Les deux derniers volumes qui forment un diptyque sont d'ailleurs plutôt macabres avec des cadavres qui s'amoncèlent. Il y a beaucoup moins d'humour. Or, on ne peut guère s'accrocher à un scénario alambiqué. Vous l'aurez compris : Rubine ne révolutionnera pas le genre. D'ailleurs, on lui préfère nettement Soda dans le même genre. Ah, le machisme n'a pas fini d'être !

22/05/2010 (modifier)

J'ai acheté le premier album de Rubine simplement parce que je trouvais une ressemblance surprenante entre ce personnage et une copine habitant pas loin de chez moi. Achat d'instinct sans autre raison. Puis, je me suis plongé dans l'album, et j'ai été surpris par la qualité du scénario, agréablement surpris, je dois dire, car je m'attendais à une sorte de Natacha bis. Contrairement à une aventure de Natacha, nous avions là un super scénario de polar, peut être pas nouveau, mais très bien monté, et avec une fin digne de ce nom, c'est à dire : qui vous laisse sur le c..... Au premier regard, (et j'ai eu cette impression à chaque nouvel album), je trouve le dessin "agressif" et un peu bâclé, et pourtant, on l'oublie très vite au fur et à mesure de la lecture de chaque épisode. Après le premier album, j'ai continué la série, et mon avis n'a pas changé : Super scénario, dont le thème est à chaque fois bien différent du précédent, dessin moyen. Néanmoins, Rubine, comme Soda auquel les autres intervenants la comparent, sont des séries qu'il est bon d'avoir chez soi dans ses rayonnages pour une bonne détente, c'est pourquoi, malgré les réserves concernant le dessin, j'en conseille l'achat. Un indice de qualité à mes yeux : je n'ai aucun mal à relire l'un ou l'autre de ces albums, et toujours avec le même plaisir. Raymond

02/03/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Rubine ?... elle démarre sa carrière dans "Hello Bédé" n° 25 du 22 Juin 1993. Elle n'y paraîtra que peu de temps, publiée directement en albums dès Octobre de la même année. Ses vrais débuts -plus anciens- sont des plus chaotiques : imaginée dans les années 80 par Mythic, elle aurait dû être -au départ- une jeune policière travaillant à Paris, sans que son père ne sache sa profession. Sollicité au graphisme, Walthéry -accaparé par Natacha- ne sut mettre le projet en route. Mythic remanie alors la trame de ses histoires. Rubine traverse alors l'Atlantique et devient un officier de police -d'ascendance française- dans le sud des USA. Mais le projet d'alors n'est pas accepté par l'éditeur potentiel qu'est "Le Lombard". Nouveaux remaniement. Rubine "déménage" du côté de Chicago. Et Walthéry décide de s'y mettre, en cela aidé par Dragan de Lazare au graphisme. La série est lancée. Et bien lancée... Rubine ?... une rouquine flamboyante, grande, athlétique, dotée d'une grande force de caractère. Elle ne craint personne, tant ses supérieurs que les nombreux malfrats qui peuplent Chicago. Rubine ?... c'est un excellent graphisme semi-réaliste, à la mise en page très dynamique, et au découpage des scènes qui mettent un sacré rythme aux scènes d'action. Ce sont aussi des histoires imaginatives, bien charpentées textuellement et dotées de dialogues souvent percutants et incisifs. C'est vrai, ça ne renouvelle pas le genre, et j'y ai même trouvé une sorte de parallélisme avec Soda. Mais je ne boude pas mon plaisir à la lecture des tomes de cette fille de choc... et de charme.

28/02/2007 (modifier)
Par Brotch
Note: 4/5

Une perle, ou plutôt un rubis. Pour tous ceux qui apprécient Natacha évidemment. Car "Rubine" est une bd 100% pur Walthéry. Oui, ça se passe dans une grande ville, comme Soda, oui, elle est rousse, comme Soda, et elle manie le flingue de la même manière que lui. Mais que dire d'autre que "du pur bonheur". Tous les ingrédients d'une bonne enquêtrice, comme on les aime. Pas cruche pour un sou, puisqu'elle déjoue continuellement les embrouilles auxquelles elle se retrouve mêlée, Rub nous fait partager ses préoccupations dans cette belle (mais trop souvent dangereuse) ville qu'est Chicago. Tout le mal qu'on lui souhaite étant de trouver son prince charmant, moins écervelé que toutes les pauvres cloches sur qui elle n'arrête pas de tomber (à quand un peu plus de chance ? pour pouvoir développer un autre aspect : les relations de couple). Bref, à quand le spin-off entre les deux meilleurs inspecteurs des USA ?

31/08/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Note approximative : 2.5/5 Ma lecture récente de cette série m'a franchement laissé complètement indifférent. Pour commencer, je ne suis pas amateur d'histoire policière et il faut vraiment qu'il y aie un plus, une vraie originalité dans une telle histoire pour m'intéresser. Là, il n'y a rien. Ensuite, concernant le dessin, on reconnait de loin le style de Walthery mais la qualité du trait, des personnages et le nombre de fautes indignes de l'expérience de ce dernier indique nettement qu'il ne fait que guider le dessinateur qui, sur 8 tomes, est Dragan De Lazare avant de laisser la main à Boyan à partir du 9e tome. Franchement, ce dessin de De Lazare n'est pas excellent, manquant singulièrement de maîtrise et j'aime moyennement. Concernant le scénario, il y a vaguement une touche à la Soda mais très vaguement. Cela tient uniquement au fait que nous sommes dans une grosse cité Américaine (ici Chicago contre New-York pour Soda), que chaque album forme une histoire complète et que l'héroïne cache aussi vaguement son métier à sa mère sans que cela fasse vraiment l'essentiel du background de l'histoire. Pour le reste, les scénarios de chaque album sont assez moyens, sans réelle surprise. Et la narration semble un peu destinée à la jeunesse plus qu'à un lectorat âgé : Rubine use de son ros flingue comme dans une bagarre de Cow-boys et d'Indiens, elle est souvent affublée de faire-valoirs inutiles et ridicules (son frère Jay dont les actes sont assez pitoyables dans le tome 1 notamment), et surtout elle joue elle-même un rôle de potiche destinée à la montrer le plus souvent possible en tenue sexy ou déshabillée. Des histoires très passables pour lesquelles je suis indulgent car je considère que le public visé est sensé être jeune, un dessin très moyen, une série qui se laisse lire pour passer le temps mais vraiment sans plus.

23/08/2005 (modifier)

Une B.D. soi-disant pour changer un peu des héros masculins et misogygnes. Finalement, cette B.D. décrit ses personnages féminins de manière extrêmement machiste. Rubine est une vraie potiche qui, comme indiqué sur le dos de la couverture, a l'oeil rivé sur la balance de la salle de bain et qui ne cesse de penser à sa ligne quand elle course les malfaiteurs. Finalement, Waltéry n'évite pas l'écueil habituel. Il nous peint l'habituel gonzesse-flingueuse aux gros nibards qui fait fantasmer les mecs pasqu'elle manie le Magnum et met des coups de pied renversés, tout en étant une vraie cruche. Il faudrait les aventures d'une grosse dondon moche mais intelligente dans une vie routinière de flics pour atteindre les objectifs d'authenticité et de "renversons un peu les clichés machos" plutôt que cette bien pâle poupée barbie flingueuse, plus objet des fantasmes de son auteur et destinée a faire se pourlécher les babines aux lecteurs en dégainant son flingue et en éructant ses platitudes toutes féminines tournant autour de "Beauté, épilation, régime, penser a ma ligne, tiens, si je me mettais à poil dans ma baignoire ?". Une B.D cependant bien dessinée (quand même) et avec des petits scénarios potables. Déjà vu ailleurs, et en mieux.

30/10/2003 (modifier)