CosmoBacchus

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Un caviste et un auteur de bandes dessinées nous embarquent dans un road trip à la découverte des domaines viticoles, et nous font partager leurs découvertes stupéfiantes.


Agriculture et élevage Bouffe et boisson Documentaires Environnement et écologie Le vin

La biodynamie est à la mode dans la viticulture et certains vignerons se révèlent de fervents adeptes de la pensée « steinerienne », l'anthroposophie, aux pratiques ritualisées, parfois étranges et inattendues, souvent occultes. Mais nos deux compères abasourdis par leurs explorations, n'en perdent pas pour autant de vue leurs multiples dégustations !

Scénario
Dessin
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Février 2018
Statut histoire Série terminée (Disponible en intégrale) 3 tomes parus

Couverture de la série CosmoBacchus © Eidola 2018
Les notes
Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

07/02/2024 | gruizzli
Modifier


Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

J'avais cette BD dans l'oeil depuis longtemps, notamment parce qu'elle était souvent présentée conjointement aux Les Ignorants de Davodeau et que j'étais intrigué par ça, d'autant que la BD parle de l'anthroposophie, pseudo-science aux dérives sectaires dont j'ai déjà entendu parler. L'ouvrage est conséquent et pas forcément attractif de par son dessin, qui semble chargé et brouillon au premier abord. Mais à la lecture, on est vite embarqué dans le récit et la lecture ne fut jamais problématique, sauf lorsque l'auteur à décidé de faire son texte en spirale volontairement. Parce qu'il y a des planches travaillées dans les compositions, et on comprend pourquoi. Tenter d'expliquer le délire mystico-cosmique de Steiner nécessite quelques fulgurances visuelles ! Mais globalement, c'est parfaitement lisible même si les cases m'ont semblé souvent trop petites. Niveau scénario, nous suivons l'auteur de BD accompagné d'un caviste, sorte d'Obélix hédoniste qui aime boire son vin, dans une découverte de la biodynamie, de sa face la plus connue : les vins, jusqu'à sa face la plus sombre : l'anthroposophie. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que les découvertes sont nombreuses ! L'auteur a privilégié la forme du dialogue entre les deux personnages qui découvrent progressivement tout l'ensemble de croyances et mythes qui sous-tendent l'agriculture biodynamique, mais aussi les contradictions que celle-ci contient, les polémiques et problématiques au sens large. Cependant, l'auteur ne se prive jamais de rappeler qu'une critique de la biodynamie n'est pas une apologie de l'agriculture conventionnelle. Car si nombreux sont ceux qui veulent échapper au pesticides et autres saloperies allègrement projetés à tout va, rares sont les alternatives structurés, scientifiques et rigoureuses. La biodynamie, dérivée agricole de l'anthroposophie, semble alors la seule alternative viable, notamment en terme économique. Je referme immédiatement cette parenthèse qui ouvrirait un long débat inutile dans un avis, mais vous avez une idée du foisonnement de questions qu'on peut avoir en sortant de la BD : critiquer le charlatanisme est salutaire, mais lorsqu'il s'oppose à la destruction systématique des sols, n'est-ce pas critiquer la seule alternative ? En soi, c'est une mauvaise réponse à une bonne question, mais nous n'avons que ça ... Sauf que la BD rappelle bien que les dérives sont nombreuses : homéopathie et refus médicamenteux (qui peuvent conduire à des décès), dérives sectaristes notamment à l'école, pseudo-sciences et magie considérées comme réelles, enseignement privé avec des grandes zones d'ombres ... Tout n'est pas que mystico-philosophique au pays de la théosophie, et il y a de vrais soucis derrière, parfois liés à des noms connus du grand public. Distinguer ceux qui veulent une culture agricole propre de ceux qui croient aux lutins et aux réincarnations des planètes devient un travail de longue haleine, qu'il faut faire individuellement. La BD développe son propos dans plusieurs sens, ce qui donne l'impression un peu fouillis et fourre-tout d'ailleurs, notamment dans le troisième volume qui interroge le concept de rationalité et de folie, tout en replaçant les délires de Steiner dans un contexte qui fait froid dans le dos. Les critiques des partisans de Steiner, égrenées tout au long du récit, semblent presque résonner juste avant que les arguments retour n'arrivent. Et ce débat montre la complexité de la chose mais aussi l'urgence de traiter ce sujet, alors que l'écologie devient de plus en plus parasité par le new-age et les croyances. Sauver nos sols nécessite plus que la foi ! Bref, c'est une BD qui a des défauts que je note, mais qui permets d'introduire à tout ce qui se cache derrière un vin "biodynamique", la face cachée de l'idée sympathique de changer notre agriculture. Le pire étant sans doute que le débat devient choisir entre deux alternatives qui ne me satisfont pas ... C'est une BD qui ouvre le débat et pose beaucoup de questions pour notre future agriculture. Un sujet dans l'air du temps et qui mérite qu'on s'y attarde au vu de sa gravité. Lecture recommandée donc, pour comprendre et s'interroger !

07/02/2024 (modifier)