Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Waldo's bar

Note: 3/5
(3/5 pour 5 avis)

Rien ne va plus à Donaldville... Disney revisité par Blutch, c'est pas triste...


Blutch Cochons, Porcs et Cie Magazine Fluide Glacial

Rien ne va plus à Donaldville... Le grand méchant loup est de retour et les trois petits cochons chient dans leur froc. L'oncle Grigou, l'homme le plus riche en femme du monde saura-t-il préserver ses trésors de l'apétit sexuel des frères Rapetus? Le commissaire Nicky Mosse réussira-t-il à résoudre l'enquête sur laquelle il planche depuis 40 balais? Vous le saurez en lisant les aventures de Waldo, le détective-piano-bar... . Texte Fluide Glacial : Découvrez huit épisodes inédits des aventures de ce détective de charme qui partage sa vie entre les jolies femmes et le Waldo's, boîte de nuit de Greenwich Village où il est pianiste de jazz. BLUTCH y dépeint des aventures incroyables, pleines de références aux standards américains des années 60, auxquelles se mêlent des personnages imaginaires (des anges, des animaux humanisés...). Après quelques histoires de Pecos Jim et de Donaldville, BLUTCH a définitivement conquis les lecteurs de FLUIDE GLACIAL qui attendaient avec impatience la sortie de ce premier album. Son découpage très cinématographique, un humour hors normes, l'originalité de ses scénarios, et surtout son graphisme incomparable, l'ont déjà fait accepter par les "grands" de la BD comme un des leurs.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Février 1992
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Waldo's bar © Fluide Glacial 1992

14/07/2003 | ArzaK
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Le premier album de Blutch, un auteur dont j'aime bien le dessin, mais qui pour l'instant m'a surtout passionné par son travail chez Fluide Glacial. Je trouve que pour l'instant c'est le moins bon album que j'ai lu de lui chez cet éditeur, mais en même temps c'est normal pour un premier album. Le dessin est déjà dynamique et expressif quoiqu'il fera mieux par la suite. Au niveau du scénario, il y a des bonnes idées et des gags fonctionnent bien, mais il y a aussi des idées moins intéressantes et des gags qui tombent à plat. Le gros problème que j'ai avec cet album c'est que l'auteur mélange plusieurs choses et je ne suis pas certain oû il voulait en venir. Par exemple, ça se passe à Donaldville et on a droit à des parodies trash des personnages de Disney, mais pas dans toutes les histoires et le personnage principal est un humain qui ne parodie aucun personnage et j'ai trouvé cela un peu confus.

22/11/2017 (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

J'ai acheté cette bd, donc il a bien fallu je la lise et après l'échec de Mish Mash c'est aussi le cas ici. Waldo's bar, est d'un très beau noir et blanc mais en dehors de ça je n'ai absolument pas apprécié sa lecture. Toutes ces courtes histoires tombent à plat ou ne tombent pas du tout n'ayant pas de fin ; ou alors elles ont une chute totalement incompréhensible qui part dans l'absurde le plus total. Pourtant il y a quelques bonnes idées mais qui ne sont pas développées, elle sont juste jetées sur le papier, à nous de nous dépêtrer avec. Globalement je n'ai pas trouvé d'intérêt à la plupart d'entre elles.

18/08/2009 (modifier)
Par JAMES RED
Note: 4/5
L'avatar du posteur JAMES RED

Fluide Glacial vient de rééditer le premier album de Blutch : Waldo’s bar, des séries de courtes histoires ayant pour thème la ville de Donaldville (du Walt Disney style roman noir) où vit le détective Johnny Staccato. De toute la nouvelle génération d’auteurs de bande dessinée, style Blain, Larcenet ou Trondheim, Blutch est sans doute celui qui va le plus loin dans ses expérimentations. Si toutes les histoires ne sont pas du même tonneau, il y a de réels chefs-d’œuvre dans cet ouvrage. Car le monde de Blutch est absurde, drôle, noir et violent. La ville de Donaldville est un lieu horrible où règnent toutes les perversions ; l’oncle Grigou collectionne les « femmes à poil » et Donald ne pense qu’au sexe, quant aux trois petits cochons, ils ont toujours très peur du grand méchant loup… Johnny Staccato erre donc dans ce monde sinistre, accoudé au piano du Waldo’s Bar, entouré de très belles femmes et se trouve confronté à des situations qui frisent souvent le délire et l’irréel. Quant au dessin de Blutch, il est magnifique, bénéficiant d’une très grande maîtrise et s’adaptant parfaitement au noir et blanc. Un incontournable pour tous les fans de Blutch…

13/04/2007 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Je ne suis pas fan de Blutch, ni de son dessin ni de ses scénarios. Ici, nous avons une série d’histoires courtes dont peut considérer comme points communs la musique jazz et l’amour. Le dessin y est typique de Blutch, lisible et expressif, mais pas ma tasse de thé même si je comprends qu’on puisse aduler son style graphique. Les histoires sont à mi-chemin entre drames sociaux, humour et un peu d’absurde et d’onirisme. Comme souvent dans les récits de Blutch, les femmes y sont pleines de personnalité et de force, faisant s’effacer les hommes à leurs côtés par leur supériorité psychologique. Mais aucune de ces histoires courtes ne m’a intéressé, ni amusé, ni marqué. Bref, pas pour moi.

20/04/2006 (modifier)
Par ArzaK
Note: 4/5

Attention Mesdames et Messieurs, ceci n'est pas n'importe quel album, c'est le premier album de Blutch... ARGGG Blutch!!! Mon Dieu du dessin! Un génie graphique incomparable, avec lui chaque case est une aventure, une merveille de causticité, de tendresse ou de sensibilité (ça dépend des cases). Et dire que ces histoires date de 1991-92! Franchement Larcenet, Sfar, Blain et consort lui doivent tout. Le gars qui a remis l'invention graphique, la pulsion scribouillarde au premier plan de la bd, c'est lui. Côté scénar ce n’est pas triste non plus. Sur les neufs histoires de cet album, 5 sont carrément géniales. Loufoques et décalées, maniant l'art du sens entendu et de l'équivoque avec un savoir-faire rare. Dommage que tout l'album ne soit pas du même tonneau. Cela aurait été le premier album et le premier chef-d'oeuvre de Blutch (pour la petite histoire, le chef d'oeuvre de Blutch, c'est "Le petit Christian")... Franchement, pour un premier album, c'est épatant, peu d'auteurs peuvent se vanter d'en avoir fait un premier aussi bon, on sent d'emblée la profonde originalité de cet auteur qui a toujours cherché à faire plus qu'une simple bd d'humour.

14/07/2003 (modifier)