Le curé du diable

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Marseille, début du XVIIe siècle. Madeleine, une jeune religieuse, accuse le curé Louis Gaufridy de l’avoir séduite avec l’aide du diable. Le frère Michaelis, expert en questions occultes, est chargé de l’instruction de ce qui restera comme le dernier des grands procès en sorcellerie.


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII En Provence...

À Aix-en-Provence, une pénitente Ursuline souffrant de terreurs nocturnes et d’hallucinations est exorcisée à la veille de Noël 1609. Bientôt rejointe dans ses déclarations par d’autres femmes, elle accuse son confesseur marseillais, le curé Louis Gaufridy, de l’avoir séduite et ensorcelée. Reprenant ces accusations un peu plus tard, en 1611, le Parlement d’Aix conclura après « expertise médicale » que le prêtre, au terme d’un pacte avec le diable, est devenu rien moins qu’un « lieutenant de Lucifer ». Torturé, Gaufridy passe aux aveux. Il est condamné au bûcher et brûlé en public le 30 avril de la même année. Le Curé du diable retrace les principales étapes de cette authentique affaire de sorcellerie, objet d’un procès retentissant à l’orée du XVIIe siècle, dans la France de Louis XIII.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 03 Avril 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le curé du diable
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

12/06/2013 | Pierig
Modifier


Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Cette histoire vraie du 17e siècle met en lumière les rouages implacables qui conduisirent bon nombre d’innocents au bûcher, accusés de sorcellerie ou de pactiser avec le diable. Ce récit historique est traité de manière relativement « moderne », tant dans le découpage et la narration que dans le dessin. Point de lourdeur ou de complexité, la clarté et la fluidité sont privilégiées pour une lecture facilitée et plus agréable. Ca se lit vite mais l’intérêt reste bien présent. Côté dessin, le trait de Bogo est plein de promesses. Il nécessiterait encore quelques ajustements mais il évite l’écueil du réalisme qui est classiquement de rigueur pour pareil récit. Voici donc un bon moment de lecture sur un sujet qui devrait en intéresser plus d’un. A noter la présence d’un dossier de 8 pages en toute fin d’album qui vient éclairer le contexte historique de cette période trouble.

12/06/2013 (modifier)