Marc Lebut et son voisin

Note: 2.63/5
(2.63/5 pour 8 avis)

Les aventures de deux franco-belges moyens, l'un beauf et l'autre emmerdeur...


Journal Spirou Les chieurs

Un grand concours organisé par les stations "5" permettait à toute personne apportant une vieille Ford T d'avoir une voiture neuve. Marc Lebut, un homme à l'esprit pratique, décida qu'il allait profiter de cette offre finalement très simple : il suffisait de trouver une Ford T ! Et pour cette recherche, il pouvait compter sur son voisin, monsieur Goular, un homme très serviable possédant une voiture. La première série d'aventures de Marc Lebut se déroula autour de ce thème sur 6 épisodes de 6 pages. Le bilan : 2 voitures détruites pour monsieur Goudar, 4 Ford T détruites ainsi qu'un train, 2 avions et 1 camion. Et pas de voiture pour Marc Lebut. La série se continua ensuite, dans Spirou, jusqu'en 1983 avec des dizaines de récits complets, gags et plusieurs grandes histoires en 44 pages sur le thème du héros plutôt odieux (Marc Lebut) qui profite de la gentillesse de son voisin en l'entrainant dans des aventures incroyables. (source : BDoubliées.com)

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1968
Statut histoire Une histoire par tome (série terminée) 15 tomes parus
Couverture de la série Marc Lebut et son voisin © Dupuis/Récréabull/Le Coffre à BD 1968

07/07/2003 | Spooky
Modifier


Par Josq
Note: 3/5
L'avatar du posteur Josq

Je ne juge pour l'instant cette série que sur trois albums : Allegro Ford T (tome 1), Balade en Ford T (tome 3) et Voisin et Ford T. Comme tous les avis précédents, j'ai été assez déconcerté par le caractère réellement méchant (et de manière totalement gratuite), non pas du "héros", mais du personnage principal. En effet, chacune de ces histoires est un petit concentré de méchanceté où l'on voit le pénible Marc Lebut s'amuser à martyriser son voisin, trop faible et trop gentil. Un retournement des codes de la bande dessinée traditionnels qui est à double tranchant, car, malgré son indéniable originalité, l'excès de méchanceté a tendance à hérisser le poil du lecteur. Néanmoins, je ne dirais pas que je n'ai pas aimé. Tillieux est au scénario, donc il faut s'attendre à une foule de jeux de mots plus ou moins poussifs, et reconnaissons-le, c'est parfois ici très poussif, et forcément moins bien dosé que dans Gil Jourdan, où les histoires n'existent pas que pour leurs gags, contrairement à ici. Mais bon, ça permet de rire ou sourire régulièrement face aux bons mots de Tillieux (ou parfois de se frapper le front), et aux situations cocasses qu'il développe. Le format "histoires en 6 planches" (parfois 4 ou 8) est finalement assez adapté, car l'atmosphère change rapidement et les scénarios s'enchaînent correctement, de manière à toujours susciter un minimum l'intérêt du lecteur, et à ne pas trop s'appesantir sur la méchanceté de Marc Lebut. J'ai préféré Voisin et Ford T à ce niveau, car Marc Lebut est légèrement moins présent, et les différents récits laissent plus de place au voisin, ce qui permet au lecteur de souffler un peu et de mieux profiter du ton résolument loufoque, voire carrément nonsensique que Tillieux s'amuse à glisser dans ses récits. Enfin, le dessin de Francis est vraiment excellent, et colle tout-à-fait à l'ambiance recherchée, dans un style "gros nez" qui fonctionne parfaitement. Graphiquement, rien à redire, donc. Une bande dessinée tout-à-fait plaisante à lire, donc, mais qui fait parfois grincer des dents à cause de la méchanceté ambiante, dont on n'arrive pas toujours à rire autant que les auteurs le voudraient. Mais ça reste une lecture à faire si on aime vraiment Tillieux et qu'on veut découvrir une facette moins connue de son œuvre.

08/12/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai lu 2 albums de la série : le premier, « Allegro Ford T » avec Tillieux au scénario, et « La Ford T récalcitrante », pour lequel Francis est seul à la baguette. Une découverte tardive me concernant, qui ne m’a pas convaincu d’aller plus loin en tout cas. Le dessin de Francis est ce qui passe le mieux. On se retrouve en terrain connu, avec un style typique de ce qui se faisait chez Spirou à l’époque, du franco-belge à gros nez dynamique, classique donc sans être original. En tout cas un dessin efficace et agréable. Ce sont les scénarios et les dialogues qui m’ont davantage laissé sur ma faim. En effet, j’ai trouvé l’ensemble poussif, répétitif et manquant clairement de punch dans les gags. En fait, une fois qu’on a compris que Lebut est un raseur, voire un gros con égoïste, et que son voisin Goular est son souffre-douleur et se trouve embarqué à son corps défendant dans les histoires de Lebut, on a tout vu, les personnages n’évoluent plus. Pourquoi pas ? Mais si le canevas ne se renouvelle pas, il aurait alors fallu le dynamiser par des gags percutants, et là ce n’est pas le cas. N'est pas Franquin qui veut ! Pire, on peine à s’attacher aux personnages. Lebut se révèle rapidement insupportable, mais aussi transparent, sans réelle personnalité. Et Goular, personnage plus attachant et finalement mieux servi, plus fouillé, m’a aussi soulé par sa propension à accepter toutes les situations, la maltraitance de Lebut, sans réelle révolte. Si Tillieux dans le tome 1 place quelques gags amusants, ils sont trop rares, et lorsque Francis est seul au scénario, rien ne m’a fait rire, ses nombreux jeux de mots, lourds et vieillots m’ont rapidement lassé, et j’ai peine à croire que l’album date de 1979 tant cet humour fait daté.

30/11/2021 (modifier)
Par Ro
Note: 1/5
L'avatar du posteur Ro

Quand j'étais jeune, j'avais une aversion pour cette série. D'une part je ne la trouvais pas drôle, mais surtout le personnage de Marc Lebut m'était franchement détestable. Juste en lire quelques pages suffisait à m'énerver et à me donner envie de refermer l'album. Je viens d'en relire récemment pour me refaire une idée avec des yeux plus adultes. Objectivement, le dessin n'est pas mauvais. C'est le style franco-belge d'humour typique de l'école de Marcinelle, celle du Journal de Spirou. Rien à redire sur le plan graphique donc, il y a le potentiel d'une bonne série humoristique. Mais cet humour n'est pas au niveau. Ce sont des gags lourds, téléphonés, convenus et trop souvent artificiels. On les sent laborieusement amenés et ça ne me fait pas rire du tout. Et il y a donc toujours ce personnage de Marc Lebut, volontairement rendu odieux par les auteurs. Il m'insupporte toujours, même si c'est moins viscéral que dans ma jeunesse. Avec mes yeux d'adultes, je suis juste devant une perplexité face aux scénarios de ces aventures et gags : comment les autres protagonistes peuvent-ils simplement supporter ce personnage, et ne pas l'envoyer balader, éviter véritablement et pour de bon de croiser sa route à jamais, voire même appeler la police pour ce qui est de certains gags où ce fameux Marc attente à la vie et aux biens de son voisin ou d'autres comme si c'était normal. Le fait que ces derniers acceptent le personnage tel quel, se contentant de râler et de se lamenter, et que ce dernier puisse continuer sa vie égocentrique en méprisant ses semblables m’apparaît dès lors comme une trop grosse facilité du scénario qui m'exaspère trop rapidement. Pour passer outre ce sentiment subjectif et revenir à de l'objectif, disons simplement que cette série m'ennuie autant qu'elle ne me fait pas rire.

05/04/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Marc Lebut, beau jeune homme indolent, et M. Goular son voisin, bonhomme rondouillard au petit chapeau, sont les 2 héros principaux de cette bande fort drôle ; il est assez rare que d'autres personnages aient un rôle plus étendu. C'est une série humoristique aux gags farfelus et au ton loufoque, où fonctionne encore le duo dissemblable comme il y en tant dans la BD franco-belge. Ici, contrairement à Modeste et Pompon ou Achille Talon, le voisin n'est pas l'individu détestable, car le pauvre Goular collectionne une série de tuiles, le plus souvent générées presque inconsciemment par Lebut, car celui-ci n'est pas foncièrement méchant, il est seulement profiteur et indifférent, Goular est son faire-valoir, mais c'est aussi le personnage le plus intéressant, Lebut étant plutôt falot. La richesse d'invention dans les gags due à Maurice Tillieux, déja bien rôdé avec César et Ernestine, se marie bien avec le dessin tout en rondeur de Francis, proche du graphisme de Tillieux justement, et qui s'était bien exercé sur Capitaine Lahuche. Son dessin possède aussi des similitudes avec les styles de Peyo et Gos, on est en plein dans l'école Spirou. Cette bande me faisait sourire, même si je trouvais certaines situations un peu répétitives, son ton joyeux et loufoque la sauvait d'un certain ennui.

15/08/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Cette série dispose d’une particularité très originale : le gentil n’est pas celui que l’on croit ! Pour l’époque, cette inversion des rôles est très novatrice et fournissait à Marc Lebut et à son voisin un style qui leur était propre. Nous avons donc affaire à un duo dont l’un, beau, élégant, volubile, dynamique et à la démarche altière, se révèle être un vrai salopard tandis que l’autre, laid, timoré, terne et triste, est en fait le véritable gentil de l’histoire, et celui que, finalement, le lecteur prend en amitié. Les histoires se centrent sur l’exploitation de l’un par l’autre et ont comme ressort comique principal, outre le gag burlesque, le fait qu’il est bien plus facile de se sortir d’une situation délicate si l’on est un salopard gâté par la nature que si l’on est un gentil moche. Finalement, ce parti pris se révèle très cynique et très osé pour l’époque. Il évoluera d’ailleurs au fil des tomes vers une approche plus acceptable vis-à-vis de la morale. Cet aspect original m’a toujours bien plu, et je regrette l’évolution de la série vers une plus grande sagesse. Heureusement, le graphisme est un second atout pour la série. Dans un style franco-belge à gros nez très conventionnel pour l’époque, Francis excelle à tout niveau. Les personnages ont de la gueule (et le voisin, ce brave Goular, en particulier), le trait est aussi lisible que dynamique et les décors sont plaisants à l’œil et relativement bien étoffés (surtout si l’on tient compte des impératifs de production de l’époque). Un manque de renouvellement dans les situations, et un retour vers une morale plus « acceptable » font que je n’attribue qu’un « pas mal » à la série. Elle demeure cependant à mes yeux comme l’une des plus audacieuses de l’époque, mine de rien …

29/10/2009 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Les aventures de Marc Lebut et de son voisin m'ont bien fait rire quand j'étais jeune. Aujourd'hui, ça me fait moins marrer, mais c'est toujours aussi agréable à la lecture grâce à la loufoquerie des histoires. Le dessin de Francis est aussi très agréable à regarder. Toutefois, il y a une chose qui m'énerve à chaque lecture : Marc Lebut ! C'est un 'héros' très insupportable et antipathique. Si les auteurs voulaient nous faire ressentir ses émotions à la vue de Lebut, ils ont parfaitement réussi. Heureusement qu'il y a ce voisin attachant dans les récits.

26/03/2008 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Cette (bonne) série voit le jour dans l'hebdo Spirou n°1452 du 10 Février 1966. Le postulat de départ est simple : Marc Lebut, propriétaire d'une antique Ford-T, arrive toujours à entraîner son voisin -Monsieur Goular- dans une série d'aventures loufoques. Marc Lebut ?... Une sorte de "profiteur". Goular ?... Un brave homme plutôt naïf... Le décor ? Celui d'une petite ville de province. C'est simple, mais c'est -assez- marrant. Les aventures de nos deux amis (?) vont paraître sous forme de gags, d'histoires à suivre, de courts récits. Un bon mélange de genres qui n'engendrent pas la mélancolie. Maurice Tilllieux va scénariser la série jusqu'à son décès -en 1978-. Quelques épisodes seront scénarisés par Maric. Francis, le dessinateur poursuivra les aventures de nos deux gugusses jusqu'en 1983. Un ultime opus, scénarisé par Lucien Froidebise, sera édité en 1986. Reverra-t-on un jour ce duo explosif ?... Rien n'est moins sûr... Tillieux et Francis ne sont -hélas- plus de ce monde... Les auteurs : Maurice TILLIEUX, ici scénariste, de nationalité belge, est né à Huy le 7 août 1922. Il décède le 2 Février 1978. Une énorme production.. dont je vous parlerai un jour. Francis BERTRAND, dit FRANCIS, dessinateur-scénariste de nationalité belge, est né à Uccle le 24 Avril 1937. Surtout connu pour cette "saga", il a participé à "Jacky et Célestin", "Capitaine Lahuche" et autres séries. Il décède à Rixensart le 26 Octobre 1994.

03/09/2006 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Cette bande dessinée est distrayante, drôle mais pas hilarante non plus. Ca délasse. Les enfants aiment bien ce genre d'histoires qui tournent souvent à la loufoquerie. Si vous avez un voisin sans gêne et insupportable, vous apprécierez d'autant plus cette série ... La série a été créée par Maurice Tillieux (scénario) et Francis (dessins). A la mort de Maurice Tillieux (1978), elle est continuée par Francis seul. Quelques épisodes (je n'ai pas réussi à identifier lesquels) ont été écrits par Maric.

07/07/2003 (modifier)