The Ex-People

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Une croisade de fantômes… qui ne voulaient plus l’être. Un matin de 1271, sept étranges pèlerins ont pris la route pour la Terre Sainte. Sept à traîner des histoires improbables. Sept à être passés de vie à trépas. Sept à continuer d’arpenter la terre sous la forme de fantômes. Sept à être des ex-gens, des ex-people.


Prêts à tout pour retrouver leur intégrité physique, ils ont uni leurs forces, direction Jérusalem avec l’espoir que Dieu leur pardonne leurs erreurs. Ils jubilent pensant avoir les moyens de payer cette rédemption divine, mais Dieu n’accepte que de l’or gagné par de bonnes actions. Commence alors pour eux une croisade d’un genre nouveau…

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 31 Août 2022
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus

Couverture de la série The Ex-People © Bamboo 2022
Les notes
Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

30/08/2022 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

The Ex-People est une série d'aventure médiévale-fantastique qui attise la curiosité dès ses premières pages. On y découvre en effet une bande de sept personnages complètement hétéroclites, allant d'une sorte de chevalier en armure à un perroquet défiguré en passant par un chat tout plat et un cheval qui parle. Ils arrivent à Jérusalem au temps des Croisades pour y trouver un prêtre qui saura les guérir de leurs malédictions. Qui sont-ils ? Comment une telle bande a pu se former ? Et quelles malédictions les ont frappés ? Autant de questions qui donnent envie d'en savoir plus. Au dessin, Alexander Utkin, auteur Russe qui a déjà produit plusieurs albums faisant la démonstration de son style semi-naïf aux couleurs chaudes et puissantes. Le graphisme est une force de cette série qu'on prend plaisir à regarder et à parcourir. Son ambiance graphique et le ton de son récit, entre fable, humour et aventure, m'ont rappelé Les Cinq Conteurs de Bagdad, de Vehlmann et Duchazeau que j'avais beaucoup aimé. Cependant le titre très anglophone ainsi que des enseignes de tavernes et autres en anglais dans le récit donnent l'impression d'un récit destiné en partie au public américain, ce qui est un peu surprenant. Après une entame enthousiasmante et intrigante, la suite du récit consiste à progresser doucement dans l'intrigue tout en nous dévoilant successivement les origines de chaque protagoniste et de leur association. On y notera une affinité au fantastique de conte de fées, où l'on ne s'étonne pas de voir des animaux parler, des sorcières brûlées vives qui ne meurent pas vraiment ou encore un garçon enfermé cinq ans sans manger avec un casque vissé sur la tête. Même si la plupart d'entre eux sont clairement originaux, la trame narrative se révèle plus conventionnelle, avec notamment des rencontres qui paraissent arrangées et faciles. L'histoire a le bon goût de se terminer en deux tomes seulement mais elle laisse un peu sur sa faim. En effet, après près de deux albums passés à nous faire découvrir les vraies origines de chacun des protagonistes, on aurait pu espérer davantage de développement permettant de mieux savourer la réunion de personnages aussi divers que fantasques. Au lieu de cela, on a une conclusion qui est mignonne et tient la route mais qui clôt un peu vite une histoire dont l'originalité n'est pas pleinement exploitée. Petit sentiment de frustration mais une histoire sympathique tout de même, et joliment dessinée.

30/08/2022 (MAJ le 05/01/2024) (modifier)
L'avatar du posteur Tomdelapampa

Une entame de série qui m’a plutôt charmé, je suis sorti agréablement surpris et ravi de ma lecture . Je ne mets que pas mal mais si la suite est du même tonneau (et pas trop longue) j’augmenterai ma note. Je n’attendais pas Desberg dans ce registre, malgré des ingrédients déjà vu ici ou là (les cinq conteurs de Bagdad, la collection 7 …), j’ai trouvé le tout frais et original. La trame narrative (voix off, nombreux flash-back…) ne m’a pas du tout gêné bien au contraire. J’ai adoré l’univers proposé, c’est composé de personnages hétéroclites et attachants, qui sont loin d’être fades (hormis peut être le chevalier). J’aime leur côté « décalé » et la douche froide qui s’ensuit lorsqu’ils pensent arriver au bout de leur quête. Les dessins et couleurs d’Alexander Utkin, que je découvre, accompagnent magnifiquement le récit, c’est bien construit et détaillé. Un peu réticent au début, ça m’a finalement vite conquis. J’ai vraiment passé un super moment, ma seule déception vient de ne pas connaître la suite derechef tellement j’étais happé.

02/06/2023 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Je rejoins l'avis de Ro. Il y a une certaine originalité dans les personnages et leurs personnalités. Cela fait du bien de voir que Desberg a encore un peu d'imagination en lui après des années à faire des trucs purement conventionnels. Sauf que le développement du récit n'est pas très passionnant. Il se passe des trucs sympathiques (j'aime bien les raisons pourquoi les héros sont morts), sauf que c'est pas raconté de manière trop lourde. Ça manque de dynamisme dans la narration et la voix-off devient énervante au fil des pages. C'est étonnant de voir ça de la part de Desberg qui même dans ses pires moments m'a toujours semblé fluide. A-t-il ressorti un vieux scénario d'un tiroir ou quoi ? Sinon, hormis le défaut sur la narration, je trouve qu'il est agréable à l'œil. Un premier album avec de bonnes idées, mais la manière dont c'est raconté me donne pas envie de lire la suite.

27/04/2023 (modifier)