Sara (Ennis/Epting)

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

La vie de sept tireuses d'élite pendant l'hiver 1942.


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Auteurs britanniques [Seconde Guerre mondiale] Front de l'Est

Nous sommes en Russie pendant l'interminable hiver 1942, et nous suivons le sniper soviétique Sara, tandis qu'elle résiste aux envahisseurs nazis avec ses camarades. Les femmes du campement sont isolées dans un baraquement à part et l'unité repousse vaillamment l'ennemi, mais pour combien de temps ? Une histoire complète inspirée d'une histoire vraie. Garth Ennis (The Boys, Preacher, Punisher) n'est jamais autant à l'aise que sur les histoires de guerre. Il est donc ici dans son élément aux côtés de l'efficace Steve Epting, qui illustrait entre autres le Captain America d'Ed Brubaker. Des dessins qui valaient bien un format un peu plus grand que le format comics habituel. Texte éditeur.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Traducteur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Décembre 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Sara (Ennis/Epting) © Panini Comics 2020

17/12/2021 | Cacal69
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Dans le genre récit de guerre, c’est vraiment bien fichu ! Pas de temps mort ni de fausses notes, on est happé par l’histoire de ces femmes snipers, leur lutte contre les Nazis – mais aussi contre les commissaires politiques. Les scènes de combats sont réellement très bien retranscrites, c’est très dynamique. Et les passages plus calmes, qui donnent du coffre à l’intrigue et éclairent les fêlures de Sara (la meilleure tireuse) sont eux-aussi réussi, l’ensemble est équilibré. Quant au dessin, très réaliste, il est lui aussi parfait pour ce genre de récit. Efficace, rendant très bien la désolation et le grand froid des paysages. Les tireuses sont toutes des bimbos, mais bon, on passera ce petit cliché, c’est vraiment un album qui satisfera les amateurs du genre je pense. Note réelle 3,5/5.

11/01/2022 (modifier)
Par karibou79
Note: 2/5
L'avatar du posteur karibou79

L'Armée Rouge est à l'honneur et mériterait de l'être plus souvent tant elle est à part, offrant le pire comme le meilleur. Ici le meilleur montre un solide bataillon féminin et le pire la haine les poussant au massacre. L'immersion lors des séquences d'action est excellente, la façon dont se déplacent les soldats, le climat... on y est. Alors pourquoi une note basse? Parce qu'on a un comics dans les mains faisant philosopher l'héroïne comme un Marv de Sin City. Parce qu'on tombe dans les clichés sur les allemands qui ne savent que crier les 3 mêmes insultes. Et cela gâche toute l'expérience, le scénariste épaulé par un passioné d'Histoire aurait fait gagner des galons à cette BD.

24/12/2021 (modifier)
Par Cacal69
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Cacal69

Saviez-vous que des femmes servaient dans l'armée russe pendant la seconde guerre mondiale ? Et plus particulièrement comme tireuses d'élite. Elles furent deux mille, la plus connue était Lioudmila Pavlitchenko, trois cent neuf ennemis tués confirmés. Cet album raconte l'histoire de plusieurs de ces snipers et plus particulièrement celle de Sara la meilleure de toutes. La meilleure pour tuer. Pendant le deuxième hiver de l'opération Barbarossa, sept tireuses d'élite soviétiques font des ravages dans les rangs des nazis, en particulier Sara. Bientôt elles devront affronter un invisible sniper. Le thème n'est pas nouveau mais le fait qu'il s'agisse d'une femme et du front de l'Est avec la vision soviétique du conflit, ça c'est nouveau et c'est surprenant. Garth Ennis dépeint une guerre invisible dans toute son horreur, sans concessions. Glaçant. Une guerre où l'ennemi n'est pas seulement dans le camp d'en face mais aussi en son sein. L'officier politique est toujours là, il encourage, il motive à grand coup de "mère patrie", de "éliminer les fascistes" et surtout il observe pour déceler la moindre défaillance. Un récit dur où la voix off de Sara déshumanise toutes les atrocités des combats, un job comme un autre. On vit aussi des moments intimes dans leur baraquement pendant leurs repos ce qui permet de découvrir de nouvelles facettes de nos tueuses et surtout ce qui ronge Sara. Des femmes aux tempéraments très différents mais si complémentaires. Une narration non linéaire sur trois espaces temps qui rend le récit captivant. Une fin qui ne m'a pas surpris mais avec la touche personnelle de Sara. Le dessin de Epting est magnifique, on ressent la morsure du froid. Un trait tout en précision constellé de détails. Une recherche de l'authentique, aucunes fausses notes. Nous sommes littéralement plongés en 1942. Un découpage dynamique et des prises de vue en contre-plongée saisissantes. Des couleurs aux tons hivernales. Une réussite sur tous les niveaux.

17/12/2021 (modifier)