Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Complainte des landes perdues - Les Sudenne

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Avec ce quatrième cycle de la Complainte des landes perdues, magnifié par le graphisme de Paul Teng, Jean Dufaux plonge encore plus profond au coeur du destin de Sioban, cette femme légendaire qui n'a pas fini de nous révéler ses mystères...


Jean Dufaux Nouveautés BD, comics et manga

En compagnie de Seamus, Sioban, la reine des Sudenne, rend visite à son oncle, lord Heron. Ce dernier leur raconte comment, en compagnie du père de Sioban, il avait été confronté au terrifiant Cryptos. Sioban fait la connaissance de sa cousine, Aylissa, sur le point de se marier. Derrière son visage d'ange, celle-ci dissimule des emportements soudains. Certains prétendent même qu'elle serait folle. Lors d'une promenade à cheval, Aylissa lui lance un défi : franchir la faille de Pathmoor. Sioban échoue. Elle est précipitée au fond d'un ravin. Accident ou piège tendu par Aylissa ? Sioban ne doit la vie qu'à un homme du clan des O'Kallan. Ce clan qui, jadis, avait trahi les Sudenne, et dont les membres vivent depuis à l'écart du monde. Mais cette rencontre inattendue changera le destin de Sioban. En affrontant le Niddhog, ce monstre issu des légendes maudites, elle détiendra désormais un pouvoir encore plus grand, conféré par le Harfingg...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 29 Octobre 2021
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Complainte des landes perdues - Les Sudenne

09/11/2021 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Ce nouveau cycle des complaintes voit le retour de Sioban comme personnage principal. Pour ceux qui n’auraient pas suivi, Sioban est l’héroïne du premier cycle de ces aventures avant que les différents cycles ne remontent le temps pour revenir aux racines du mal (qui se love au cœur de l’amour et inversement, leitmotiv et fil conducteur du concept imaginé par Jean Dufaux). Bon ! Pour un premier tome, c’est plutôt pas mal, voire prometteur. Le dessin de Paul Teng est de qualité (un peu dans la lignée d’un Grzegorz Rosinski (Thorgal), ce qui tombe plutôt bien puisque Rosinski était le dessinateur du premier cycle), bien mis en lumière par Bérengère Marquebreucq, une coloriste on ne peut plus chevronnée et professionnelle. Côté scénario, le lecteur retrouvera avec plaisir les bases solides et indémodables de la série. De la fantasy un peu dark, avec pas mal d’influences nordiques, un soupçon d’érotisme très soft, des créatures démoniaques et une opposition entre le bien et le mal cristallisée autour de cette idée que l’amour est au cœur du mal et inversement. Il ne s’agit pas d’une œuvre majeure mais pour qui suit les différents cycles depuis le début, ce cycle des Sudenne ne semble pas mal parti du tout. En tous les cas, je vais continuer à la suivre avec plaisir.

09/11/2021 (modifier)