Vasco

Note: 2.79/5
(2.79/5 pour 14 avis)

Les Aventures d'une jeune Siennois jouisseur et charmeur du 14ème siècle...


1300 - 1453 : Moyen Âge et Guerre de Cent ans Italie Journal Tintin

Au 14ème siècle, le banquier Tolomei a une puissance telle qu'il peut faire et défaire les Etats et les gouvernements. Son neveu Vasco parcourt le monde pour défendre les intérêts de son oncle. Jouisseur, charmeur, justicier, intrépide, malin, humaniste, le jouvenceau ne manque pas de qualités pour conquérir le monde et les jolies demoiselles. Il se joint à Cola di rienzo pour prendre de force la ville de Rome... Arrivera-t'il à la libérer du joug des envahisseurs ?

Scénaristes
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 1983
Statut histoire Série terminée (une histoire par tome ou diptyques) 30 tomes parus
Couverture de la série Vasco
Les notes (14)
Cliquez pour lire les avis

07/04/2003 | Spooky
Modifier


Par greg
Note: 2/5

Vous aimez Alix? Alors vous serez heureux. Pour les autres (dont je fais partie), j'avoue avoir beaucoup de mal : le style est effectivement proche de Alix, aussi bien graphiquement que dans la structure scénaristique. C'est assez lourd, chargé et académique, les intrigues mettent du temps à se mettre en place. Dans l´absolu, la manière dont le "héros" est intégré à l'intrigue est plus ou moins toujours la même (Vasco doit effectuer un voyage pour la banque familiale), mais devient à la longue peu crédible. On a du mal à s'imaginer un banquier italien du Moyen-Age se promener aussi facilement et rapidement aux quatre coins du monde, toujours tout seul, pour faire progresser ses affaires et comme par hasard être là au bon moment. Systématiquement, Vasco se retrouve mêlé à un complot (qui verra 9 fois sur 10 son frère impliqué, implication tout aussi peu crédible que celle de Vasco), et de manière toute aussi constante, notre histoire va s'achever de manière sordide, avec la mort de plusieurs des personnages découverts dans l´album. Je n'ai rien contre les "unhappy end", mais sur 26 albums cela fait beaucoup et il vaut mieux ne pas souffrir de dépression... Le héros est également anti-charismatique au possible. En positif toutefois les reconstitutions des cadres, décors et costumes. Mais est-ce suffisant pour justifier un achat ?

31/05/2017 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

J'avais un peu peur de lire cette série qui me semblait proche de ce que faisait Jacques Martin, un auteur que je n'ai jamais réussi à aimer. J'ai tout de même essayé de donner une chance à cette série sauf que je me suis rapidement ennuyé et j'ai arrêté ma lecture au tome 4. C'est dommage car l'époque choisie est plutôt intéressante et on voit que l'auteur était documenté quoique je ne saurais dire ce qui est historiquement correct. Le problème c'est que ses histoires qui auraient pu me passionner m'ont vite ennuyé. Je n'ai ressenti aucune dynamique et malgré tous mes efforts je ne suis jamais parvenu à rentrer dans les récits. En plus, le héros est peu charismatique et je ne suis pas trop fan du dessin. Peut-être qu'après le tome 4 la série devient meilleure, mais je n'ai pas trop envie de lire la suite.

17/06/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Dans la grande tradition de la veine historique à la française qui a occupé la décennie 1980-90, Gilles Chaillet organise sa reconstitution avec une minutie héritée de Jacques Martin avec qui il a collaboré sur Lefranc. C'est surtout très flagrant dans les 2 ou 3 premiers récits, son style clair propre à l'école de Bruxelles, et les poses hiératiques des personnages sont typiques de Jacques Martin ; Chaillet parviendra cependant à se débarrasser progressivement du graphisme martinien, tout en gardant un air de famille. Son sens du décor précis se déploie d'une façon magistrale dans de somptueux palais et édifices italiens qu'il restitue à l'aide d'une documentation consistante ; j'en ai discuté avec lui un jour lors d'une dédicace, et il m'a avoué qu'il regrettait un peu d'avoir sacrifié l'aspect dynamique de sa série au profit d'une méticulosité architecturale. C'est vrai, on peut le lui reprocher, ça manque un peu de vigueur dans l'action, mais cette série qui s'appuie aussi sur une véracité historique, reste pour moi l'une des plus intéressantes de la BD franco-belge classique, et pour un amateur de vieilles pierres comme moi, c'est un véritable festival. Son héros, Vasco Baglioni qui accomplit pour son oncle banquier lombard des missions, a le mérite de voyager à travers le monde médiéval dans plusieurs pays différents ; les tomes 7 et 8 le voient en France, c'est un vrai régal d'admirer les superbes reconstitutions de la Cité de Carcassonne (en double page), l'abbaye de Conques, Albi ou le château de Montségur, tant de lieux que j'ai visité et parfaitement restitués. Mais une Bd ne doit pas être qu'un beau livre d'images à regarder, il faut aussi de bons scénarios ; dans "Vasco", tous ne sont pas excellents, mais en règle générale, au soin du décor, Chaillet ajoute de multiples rebondissements, un sens dramatique travaillé, l'authenticité du détail, notamment sur les costumes, et un récit bien mené... autant d'atouts qui donnent envie de s'attacher aux pas de Vasco, héros valeureux.

06/07/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Vasco, c’est le petit frère d’Alix. Le style de la série se rapproche en effet grandement de celui du héros de Jacques Martin, avec les mêmes faiblesses à mes yeux, mais aussi les mêmes points forts. Faiblesses : une narration omniprésente et très académique, très professorale et des histoires au dynamisme tout ce qu’il y a de plus relatif, peu voire pas d’humour et un héros peu charismatique. Points forts : un dessin d’une grande précision, surtout dans les décors, un cadre historique très crédible, des intrigues souvent bâties sur des réalités historiques instructives. Au final, et tout comme pour Alix, mon avis est partagé. Le soin accordé à la série est indiscutable mais après avoir lu un album je n’ai pas vraiment envie de me plonger dans le suivant tant c’est pesant à lire. Pas mal mais à consommer à faible dose, selon moi. Je recommanderais l'emprunt plutôt que l'achat.

09/04/2010 (modifier)
Par fred0873
Note: 2/5

Etant passionné d'histoire, je me suis loué quelques tomes de Vasco à la bibliothèque. Les dessins sont pas mal et collent bien à la série. En revanche, j'ai été gêné par la lourdeur des textes. C'est carrément indigeste. On est souvent obligé de faire marche arrière pour ne pas perdre le fil et la concentration est de rigueur. Le dernier tome n'a fait que confirmer mon avis, c'est pas fait pour moi et je n'en lirai plus. Pour moi la BD, c'est avant tout un plaisir et pas une prise de tête.

25/01/2008 (MAJ le 25/01/2008) (modifier)

Vasco, comme Jhen, m'enchante par ses aventures. Dessinateur et peintre, je me régale du dessin, que certains critiquent justement pour son classissisme. Je n'ai pu m'empêcher de reprendre à mon compte l'avis de Nijal, qui exprime, quasiment mot pour mot, le plaisir et les critiques (rares) que m'inspirent cette série. "Voilà une grande BD historique ! Dans la lignée d'"Alix", "Vasco" nous entraîne dans un monde troublé où déjà l'argent et le pouvoir, au gré des événements historiques, mènent les destinées. Il est vrai que cette BD n'est pas exempte de critiques : on lui reproche souvent des aventures trop rocambolesques, des personnages mollassons et sans saveur. Mais cela empêche-t-il de vibrer lors d'aventures dépaysantes qui nous entraînent aux quatre coins de l'Europe médiévale, mais qui nous rappellent étrangement notre époque, loin de tout romantisme ? Certes les épisodes de la série sont inégaux en qualité, mais quelques perles comme "la bête" ou "la Byzantine" nous réjouissent. Et que dire du dessin, dans la lignée classique de la grande bd franco-belge. Rien que les châteaux-forts et les villes valent le détour ! Quelle précision, quelle minutie ! Il y a néanmoins des critiques louables : soyons sincères, il est vrai que les personnages ne sont pas remarquables par leur expression, et surtout, l'auteur peine, souvent mais pas toujours, à insuffler à l'histoire ce genre d'action qui nous laisse en haleine. Je comprends bien que cette BD ne peut pas plaire à tout le monde, néanmoins je la conseille à tout les amateurs d'histoire, et autres ! " Ca fait toujours plaisir de rencontrer quelqu'un qui a une telle similitude de jugement. Raymond

13/02/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Vasco fait son apparition dans le "Nouveau Tintin" n° 257 du 8 Août 1980. Vasco ?... Il est né à Sienne, en Italie, et va évoluer dans l'Europe du 14ème siècle. Tolomei, son oncle, un puissant banquier lombard, le prend sous sa protection, l'éduque, et va lui confier diverses missions diplomatiques. Vasco va s'appliquer à les réussir, même si chacune d'elle ne sera jamais de tout repos. Ses missions vont l'emmener tout autant dans les régions asiatiques qu'au fin fond de l'empire germanique. Sur sa route, il rencontrera Sophie, la belle byzantine, dont il va tomber grandement amoureux. Vasco ?... C'est une admirable fresque d'une époque où, déjà, les grands argentiers, dans l'ombre, tirent les ficelles du pouvoir. Chaillet va nous restituer toute l'authenticité de ce temps. Pointilleux, il nous livre des décors et des histoires vraiment dignes d'éloges. Les premiers albums, il est vrai, sont un peu hésitants. Ses personnages manquent encore d'une certaine fluidité. On lui trouve -ce qui est vrai- un graphisme académique proche de celui de Jacques Martin (Alix). Mais il va vite s'en démarquer et nous offrir une des très belles séries actuelles de la bd franco-belge. Vasco ?... On n'aime ou on n'aime pas. C'est vrai que chaque histoire ne se lit pas en quinze minutes, comme c'est de plus en plus le cas actuellement. Il faut prendre son temps, essayer de se replonger dans l'atmosphère du récit, de l'époque, admirer le détail de certaines cases et AUSSI faire un léger effort intellectuel pour comprendre les embrouilles politiques, monétaires et religieuses dans lesquelles est régulièrement mêlé Vasco. Une excellente série dont j'attends impatiemment chaque nouvelle sortie d'album. L'auteur : Gilles CHAILLET, dessinateur-scénariste de nationalité française, est né à Paris le 3 Juin 1946. Un excellent auteur de réalisme historique.

24/09/2006 (modifier)
Par JAMES RED
Note: 3/5

Gilles Chaillet est un disciple de Jacques Martin et cela se ressent sur les deux premiers albums de la série "l’or et le fer" et le "prisonnier de Satan". Cependant, avec l’histoire "la Byzantine" Chaillet se démarque du style du maître. C’est d’ailleurs avec cet album, que j’ai commencé à apprécier la série. N’étant pas un adepte des séries historiques, j’ai trouvé celle-ci très bien documentée et facilitant la connaissance d'une période plutôt obscure. Vasco est issu d’une famille de banquiers lombards du XIVème siècle et parcourt le monde médiéval de l’époque. On le voit dans des lieux mythiques : comme Venise, Samarkand, Ispahan ou en Chine. Les intrigues sont souvent bien ficelées et se mêlent à l’histoire : la guerre de cent ans, le personnage de Cola di Rienzo (sorte de dictateur romain qui voulait faire revivre la puissance et la culture romaines de l’antiquité). On observe également la longue agonie de l’Empire byzantin qui cherche un hypothétique soutien des Princes italiens, en filigrane des aventures de Vasco. Certains pourront trouver la série un peu ringarde, à mon avis, c’est un peu excessif et je pense qu’on peut y jeter un œil, bien sûr tout n’est pas excellent (les albums La Bête ou "les ombres du passé" m’ont relativement déplu). Par contre je peux citer quelques bons albums : "la Byzantine", "les barons", "ténèbres sur Venise", "le royaume interdit", "poussière d’Ispahan"…

22/08/2006 (modifier)
Par Gevaudan
Note: 2/5

Il y a plusieurs choses que je n'aime pas chez Vasco. La première c'est le dessin, extrêmement figé et académique. Il est dans la droite ligne du style de Jacques Martin et de son Alix, mais il réussit l'exploit d'être encore plus statique et moins vivant. Je reconnais et salue bien bas le travail de documentation de l'auteur et ses efforts pour nous restituer un bas Moyen Age des plus fidèles et crédibles mais tout cela manque terriblement d'originalité et de peps dans la mise en page et dans les prises de vue. Les scenarii ensuite sont assez inégaux. Les idées de départ sont souvent bonnes, bénéficiant d'un contexte peu traité en BD et étayées par une solide recherche préalable, mais les intrigues sont molles et se traînent désespérément. C'est souvent très, très fastidieux. En fait, ce que je reproche le plus à Vasco, c'est de donner raison à nombre de lecteurs qui jugent la BD historique ennuyeuse et rébarbative, alors qu'elle bénéficie d'un potentiel énorme. Du gâchis, en quelque sorte.

11/04/2005 (modifier)
Par Nijal
Note: 4/5

Voilà une grande BD historique! Dans la lignée d'Alix, Vasco nous entraîne dans un monde troublé où déjà l'argent et le pouvoir, au gré des événements historiques, mènent les destinées. Il est vrai que cette BD n'est pas exempte de critiques: on lui reproche souvent des aventures trop rocambolesques, des personnages mollassons et sans saveur. Mais cela empêche-t-il de vibrer lors d'aventures dépaysantes qui nous entraînent aux quatre coins de l'Europe médiévale, mais qui nous rappelle étrangement notre époque, loin de tout romantisme? Certes les épisodes de la série sont inégaux en qualité, mais quelques perles comme "la bête" ou "la Byzantine" nous réjouissent. Et que dire du dessin, dans la lignée classique de la grande bd franco-belge. Rien que les châteaux-forts et les villes valent le détour! Quelle précision, quelle minutie! Il y a néanmoins des critiques louables: soyons sincères, il est vrai que les personnages ne sont pas remarquables par leur expression, et surtout, l'auteur peine, souvent mais pas toujours, à insufler à l'histoire ce genre d'action qui nous laisse en haleine. Je comprends bien que cette BD ne peut pas plaire à tout le monde, néanmoins je la conseille à tout les amateurs d'histoire, et autres!

29/01/2005 (modifier)