Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Réfugiés climatiques & castagnettes

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Le réchauffement climatique a obligé les populations du sud de l'Europe à fuir vers les pays plus au nord. L'ensemble des pays accueillants mettent donc en place des politiques de réquisition des chambres inoccupées. Un immeuble parisien se voit donc imposer l'arrivée de familles espagnoles réparties dans chaque appartements de la montée d'escalier.


Anticipation Paris Réchauffement climatique

Suites au grandes inondations du sud de l'Europe, les autorités réquisitionnent les pièces inoccupées. Paris est en émoi, chacun se demande qui il devra admettre dans son intimité. Au RDC, un jeune fils à papa un peu coincé va accueillir une grand-mère espagnole, à chaque étage, d'autres membres de la famille, se répartissent chez les voisins...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 2021
Statut histoire Série en cours (2 tomes prévus) 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Réfugiés climatiques & castagnettes

06/06/2021 | Canarde
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Ce diptyque de David Ratte s'entame de manière sympathique mais... sans plus pour le moment. Il faut dire que l'auteur avait mis la barre haut avec ses deux séries Le Voyage des Pères qui étaient à la fois originales et drôles. Ici, on a toujours un fond d'originalité, mais l'humour est nettement moins présent et on a au final plutôt droit à une sorte de roman graphique léger, en apparence empli de bons sentiments. Le concept initial est ce qui fait la force de l'intrigue. Le dérèglement climatique est tel que les pays du Sud de l'Europe sont inondés et leur population doit se réfugier vers d'autres pays, notamment la France. Et là, les habitations sont réquisitionnées par le gouvernement pour que chaque foyer ayant une chambre de libre accueille au moins un réfugié, qu'il le veuille ou non, sans séparer les familles si possible. Cependant, ce contexte de départ aboutit finalement à une histoire relativement classique de cohabitation forcée entre deux protagonistes que tout oppose. D'un côté un jeune homme de bonne famille, gentil mais assez névrosé et agoraphobe, et de l'autre une grand-mère espagnole bonne vivante, discrète mais entreprenante, et veillant sur sa famille comme une mère poule. Pour ce qui est du premier tome actuellement paru, le récit ne décolle pas vraiment. On a droit à la mise face au fait accompli de cette vie forcée à plusieurs, aux désagréments que cela implique pour le héros, toutefois légèrement compensés par les visites régulières de la charmante petite-fille de sa colocataire. On a droit aussi à quelques quiproquos et à une critique assez classique de l'esprit égoïste d'une bourgeoisie caricaturale. Mais pas de véritable développement de l'intrigue jusque là, pas plus que de vraie communication entre le jeune homme et la vieille dame. Donc je reste un peu circonspect envers cette lecture qui est certes plaisante mais qui ne marque pas pour le moment ni par son originalité ni par son impact émotionnel ou humoristique. A voir si le second tome apportera quelque chose de plus concret.

23/06/2021 (modifier)
Par Canarde
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Canarde

Le pitch de cette montée des eaux sur le sud de l'Europe est finalement assez réaliste, même si le délai n'est pas facile à mesurer (mais après l'épisode "covid", on ne pourra plus jurer de rien, ma bonne dame !) et que les réfugiés pourraient aussi venir du nord. La question de devoir accueillir des étrangers chez soi pourrait se poser, à plus ou moins brève échéance ; donc cette mise en situation m'a paru assez intéressante, et pas si gratuite que ça. On s'identifie facilement à ces bourgeois parisiens qui se voient obligés d'ouvrir leur intérieur douillet à des inconnus qui ne parlent pas leur langue. Le point de vue reste humoristique, comme d'habitude chez Ratte, et je lève mon chapeau devant la justesse de ses personnages, même dans la rigolade. Il a une habileté particulière pour saisir les caractères, les liens entre les personnes, les carcans sociaux, les niveaux de langage des différents milieux et générations. C'est un auteur tout terrain qui excelle par la physionomie de ses personnages (dessin vigoureux) et la drôlerie de ses dialogues (langue parlée très actuelle). Pour mémoire : Le voyage des pères (réinterprétation biblique) ou Mamada, (aventure surnaturelle au temps du tourisme de masse) Il s'essaye ici au scénario d'anticipation. Bref cela m'est très sympathique, mais... La rançon du succès de Ratte, c'est que les éditeurs cherchent à allonger les histoires pour s'assurer des revenus. Comme pour Mamada, je pense qu'on l'a poussé à la production d'un tome supplémentaire, du coup ça sent les pages à rallonges, avec des grandes cases muettes qui n'ont rien à faire dans une BD d'humour où le rythme est capital. Par ailleurs, le format un peu plus grand que nécessaire, 24/32cm ajoute à ce sentiment de vacuité, par moments. Donc messieurs (dames ?) les éditeurs un peu de respect : l'humour, ça ne se délaye pas.

06/06/2021 (modifier)