Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

En toute conscience

Note: 4/5
(4/5 pour 2 avis)

Un récit poignant mais pas larmoyant, inspiré de faits réels, sur le droit à l’euthanasie et le suicide assisté


« En toute conscience » est une association qui milite pour le droit à la fin de vie. Le lecteur suit dans cet album le petit groupe de militants qui y travaillent et accompagnent les membres dans leur dernier voyage. À l'asso « En toute conscience », on milite pour le droit à l'euthanasie, mais on aide surtout dans l'illégalité totale ceux qui veulent abréger leur souffrance. Jusqu'au jour où débarque Vincent, 25 ans, qui veut en finir suite à un chagrin d'amour. Sidérés, ces vieux militants font mine d'accéder à sa requête, et sous couvert de l'aider à mourir, vont tout faire pour lui redonner goût à la vie.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Avril 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série En toute conscience

24/05/2021 | Blue boy
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Un one-shot pas mal qui traite d'un sujet grave: le suicide assisté ! J'ai bien aimé comment les auteurs ont traité le sujet tout en pudeur sans tomber dans le larmoyant facile. Tout le coté dramatique du récit est bien maitrisé et jamais je n'ai eu l'impression que les auteurs exagéraient. J'ai aussi aimé qu'ils montrent la dure réalité de cette pratique. Même si on peut deviner qu'ils sont pour le suicide assisté, vu que les personnages principaux sont membres d'une organisation qui aide les gens à s'enlever la vie, on voit très bien que c'est un choix difficile et que ceux qui le prennent ont le choix entre la mort douce ou la souffrance de la maladie pour le reste de leurs jours. C'est vraiment une bonne idée de faire intervenir dans le récit un jeune dépressif qui voit dans cette association qu'un moyen pour en finir alors qu'il est en forme et a toute la vie devant lui. Le point fort du récit est vraiment les relations entre les personnages, comment les membres de cette organisation ont des disputes et des opinions différentes, malgré le fait qu'ils luttent dans le même camp et aussi la relation qu'ils vont développer avec le jeune dépressif. Une BD à lire pour tout fan de roman graphique !

15/10/2021 (modifier)
Par Blue boy
Note: 4/5
L'avatar du posteur Blue boy

Pour réaliser cette histoire consacrée à ce sujet d’actualité qu’est le « suicide assisté », que certains préfèrent remplacer par des expressions moins frontales comme « aide à la fin de vie », les auteurs se sont inspirés de faits réels, l’un étant lui-même directement concerné par le sujet, à travers son père militant dans l’association « Ultime liberté ». Le projet est ainsi né de la rencontre d’Olivier Peyon, scénariste et réalisateur de documentaires, avec le père de son ami dessinateur Livio Bernardo. Avant d’entamer cet ouvrage on pourrait s’attendre à quelque chose de lénifiant voire plombant. Or il n’en est rien, bien au contraire. La narration est très dynamique, éloignée de tout pathos inutile. On sourit souvent en voyant ces « vieux fourneaux » forts en gueule et attachants, qui souvent ne sont pas d’accord entre eux et le font savoir, mais unis par une même cause, le droit à mourir dans la dignité. Courageux, ils n’hésitent pas à braver la loi pour aider des mourants à partir, en toute bienveillance, mais également lucides, car ils savent que c’est leur propre mort qu’ils affrontent par leurs actions, et celle-ci n’est pas une perspective très éloignée… Mais c’est avec deux personnages-clé que l’intérêt du récit va se trouver renforcé. Deux personnages jeunes qui veulent mourir, mais pour des raisons diamétralement opposées. D’un côté Vincent, un jeune ambulancier qui n’arrive pas à se remettre du départ de sa copine et veut en finir. Tel un cheveu sur la soupe, Vincent va se mêler aux « vieux schnocks » de l’association, déterminé à tirer sa révérence. Ces derniers, désemparés, vont tenter d’en dissuader le jeune homme, beau gosse en pleine santé, contrairement à Eléonore, qui, à 35 ans, a l’air d’une vieillarde grabataire. Atteinte d’anorexie depuis l’enfance et détraquée par les… (lire plus)

24/05/2021 (modifier)