Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

À cœur ouvert

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Nicolas Keramidas est atteint d'une malformation cardiaque à la naissance, la tétralogie de Fallot, ce qui l'oblige à subir une opération délicate et surtout inexpérimentée en 1973 : il devient ainsi le premier bébé en France à être opéré à coeur ouvert. 43 ans plus tard, lorsque son coeur s'emballe sur un terrain de foot, le mal se réveille et le conduit vers une nouvelle opération à coeur ouvert.


Autobiographie Douleurs intimes Gobelins, l'École de l'Image Les Alpes Médecine

Une expérience angoissante et douloureuse qu'il parvient à surmonter avec sa femme, Chloé, qui, comme lui, a tenu un carnet au jour le jour. C'est à partir de ces notes qu'il retrace en détails toutes les étapes de cette descente aux enfers médicale jusqu'à sa sortie définitive de l'hôpital. En usant d'humour et d'un savoir-faire acquis aux studios d'animation Walt Disney de Montreuil où il a travaillé pendant douze ans, l'auteur nous fait vivre l'expérience d'une opération chirurgicale lourde avec une sincérité touchante.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 29 Janvier 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série À cœur ouvert

20/01/2021 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Cette autobiographie de Nicolas Keramidas se lit très facilement. Le découpage est bien pensé, l’humour est très présent malgré la thématique assez sombre et la mise en page est intelligemment variée. Ce livre est très autocentré, c’est le récit d’une expérience intime (Keramidas a été opéré à deux reprises à cœur ouvert, la première fois, il était trop jeune pour en garder un quelconque souvenir, la deuxième fois le voit se débattre face à l’angoisse, la douleur, les appréhensions et la rééducation) bien racontée mais qui ne présente fondamentalement que peu d’intérêt pour le lecteur lambda. Et tout le talent de l’auteur a été de justement rendre cette expérience intime sans gros temps fort (l’opération se déroule bien, la rééducation se passe conformément aux prévisions et le couac de fin de revalidation restera finalement sans suite) plaisante à lire. Si vous aimez ce type de récit, c’est une bonne pioche. L’angoisse de l’auteur nous est livrée avec une bonne pincée d’humour et d’autodérision, ce qui n’empêche pas un traitement sérieux et exhaustif du sujet (on sait tout des différentes phases de l’opération et de la rééducation). Mais si cet album est bien fait, je ne me vois pas l’acheter. Une lecture m’a suffit.

10/05/2021 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Nicolas Keramidas, je l'associe à une style de dessin jeunesse très énergique, grandement influencé par son parcours chez Disney et par l'image que j'ai gardée de lui depuis le Lanfeust Mag. Du coup, forcément, ce n'est pas de sa part que je m'attendais à découvrir un témoignage intime sur un sujet aussi sérieux. Mais il s'avère que l'exercice s'en révèle d'autant plus touchant. Il nous raconte en effet ses ennuis de santé, en l'occurrence une opération à cœur ouvert qu'il a dû subir en 2016. Celle-ci le marque d'autant plus qu'il en avait déjà vécu une à l'âge d'un an et que, même si elle n'en a gardé aucun souvenir autre que de nombreuses cicatrices, il avait appris à vivre avec cette information comme un pittoresque élément de son passé mais sûrement pas comme une chose étant amené à se reproduire un jour. Sauf que, comme il allait finir par l'apprendre, il fallait presque forcément que cela se répète. Et c'est la quarantaine passée, alors qu'il se voit encore comme un adulte dans la force de l'âge, sportif et en pleine forme, que ça va lui tomber dessus d'un coup. Grâce au journal qu'il aura tenu ainsi qu'à celui de sa femme qu'elle tenait en parallèle, il va pouvoir mettre sur le papier le déroulé de ces évènements, comme un exorcisme, et amener le lecteur à le suivre dans les faits mais aussi dans ses états d'âme à chaque étape. Et il le fait avec autant de sincérité que de sensibilité et d'humour, afin de rendre cela aussi léger et agréable à lire qu'instructif. Graphiquement, il a assagi son style et c'est pour le mieux. J'aime la patte dynamique de Keramidas mais, même sur une série que j'aime vraiment comme Donjon monsters où il avait réalisé un album, j'avais toujours du mal à déchiffrer l'abondance confuse de ses traits. Là, il a fait le choix d'épurer ses planches en gardant son style pour les personnages mais avec des décors nettement moins remplis et des mises en page qui ressortent de manière bien plus lisible. Cela œuvre à la clarté du récit et à une meilleure transmission de l'information et de l'émotion. Alors que je ne connaissais finalement rien de l'auteur en lui-même, il a su se rendre attachant à mes yeux par le biais de cet ouvrage et j'ai ressenti de l'empathie pour lui. En même temps, nous sommes à peu près de la même tranche d'âge donc je m'imaginais assez facilement à sa place si la chose devait m'arriver un jour. Et d'ailleurs, elle est arrivée à mon beau-père et ce n'est qu'avec cet album que j'ai pu constater ce par quoi il est passé et pourquoi il en est ressorti si affaibli. Sur le fond, Keramidas ne raconte pas l'opération elle-même. Puisqu'il ne rapporte que ce dont lui et sa femme se souviennent et qu'il était anesthésié à ce moment là, l'acte chirurgical n'est ici qu'une ellipse, quoiqu'il nous offre en deux pages son descriptif textuel détaillé en termes médicaux exacts, insistant bien sur le fait que pour lui comme pour le lecteur lambda, c'est un dialecte incompréhensible. Mais ce qu'il nous transmet et qui compose les deux cent pages de cet album, c'est par contre bien tout son ressenti avant et après l'opération, ainsi que les complications qui ont suivi car le gars n'a pas eu de chance, qui plus est. Moi qui n'ai jamais été à l'hôpital et qui forcément n'ait jamais vécu ni opération ni rééducation, c'est tout un monde que j'ai découvert et Keramidas m'a permis de le faire de manière plaisante grâce à ce mélange d'humour et de confession intime. Sur un sujet qui a priori ne m'intéressait pas outre mesure, il a su m'emporter, m'informer et me toucher. Bien joué ! Mais inutile d'y retourner pour pouvoir écrire un second tome, hein !

20/01/2021 (modifier)