Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Donjon monsters

Note: 3.79/5
(3.79/5 pour 33 avis)

Un donjon de plus !


Donjon Lewis Trondheim Sfar

Jean-Jean et ses amis les monstres se morfondent dans leur auberge, sans un client à croquer ! Arrive Guillaume de la Cour, un escroc porteur de l'épée du Destin. Il sauve sa peau en promettant d'emmener la fine équipe jusqu'au Donjon Arrive Guillaume de la Cour, un escroc porteur de l'épée du Destin. Il sauve sa peau en promettant d'emmener la fine équipe jusqu'au Donjon. Le paradis des monstres !

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2001
Statut histoire Une histoire par tome 12 tomes parus
Couverture de la série Donjon monsters
Les notes (33)
Cliquez pour lire les avis

10/11/2001 | Fubuki
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Un Donjon de plus ! est-il écrit dans la fiche de présentation de la série. Je dirais moi un plus pour Donjon ! En effet, Donjon Monsters, qui s’imbrique dans tous les interstices des différentes séries de l’univers Donjon (même si la plupart peuvent se lire comme des one-shot), est d’un grand intérêt. D’abord par les développements apportés à l’histoire ou la personnalité de certains protagonistes. Mais aussi et surtout parce qu’elle a permis je trouve au « grand public » de se familiariser avec des auteurs qu’il n’avait pas forcément l’habitude de fréquenter : c’est un peu un tour d’horizon des dessinateurs de la « nouvelle vague », tournant autour du chef d’orchestre et de collections Trondheim. Beaucoup de lecteurs de Monsters ont dû découvrir le dessin – et le nom de Blanquet avec « Le Noir Seigneur ». Peut-être ont-ils ainsi été voir ce qu’il avait pu faire ailleurs… Alors, c’est sûr, la rançon de cette « revue d’effectifs » de dessinateurs entraîne plusieurs conséquences. Cela renforce le côté inégal de l’entreprise. Et cela peut éventuellement gêner le lecteur. Mais moi qui d’habitude n’apprécie pas trop les changements de coup de crayon à l’intérieur d’une même série, je n’ai pas eu trop de mal à m’y faire ici. Il est vrai que les scénaristes ont veillé à garder un « ton » commun, même en arrière-plan. Albums inégaux, donc, mais quelques très belles réussites ! J’ai par exemple beaucoup aimé les albums dessinés par Blutch (« Mon fils le tueur ») et par Bézian (« Des Soldats d’Honneur »), ce dernier un des albums les plus noirs et peut-être les plus « à part » de la série (je ne cite là que mes deux préférés de cette série, mais tous présentent un intérêt important). Note réelle d’ensemble 3,5/5.

12/09/2014 (modifier)
Par Yannis
Note: 4/5
L'avatar du posteur Yannis

Pas facile à noter cette partie de la série. Les tomes s'intercalent dans toutes les séries et on ne sait jamais si l'on va rire ou pleurer en ouvrant un album. C'est d'ailleurs là la grande force de la série. Chaque album a son dessinateur propre et pour la première fois dans la série j'ai eu l'impression de sortir du design habituel. Alors on reconnaît l'univers mais on sent la liberté de chaque dessinateur dans les albums. Certains sont très chaleureux, d'autres beaucoup plus froid. Certains dessins sont très travaillés alors que dans d'autres on est dans du plus "simpliste". Bref chaque album est une découverte et c'est pour moi la troisième série indispensable de l'univers Donjon.

09/10/2012 (modifier)
Par Miranda
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Miranda

« Donjon Monsters » est un savant mélange des autres séries parallèles, on y trouve des tomes plutôt humoristiques et d’autres qui tombent dans le drame absolu, ce décalage est assez surprenant d’ailleurs, à chaque fois que l’on prend un tome des Monsters c’est une surprise, impossible de savoir quel ton il aura. Certains tomes m’ont retourné l’estomac comme « Mon fils le tueur » en comparaison avec l’ultra léger « Du ramdam chez les brasseurs » tout mignon et rigolo, qui sont les deux tomes les plus extrêmes de la série… jusqu’à présent. De plus je les ai tous aimés, - même si j'ai eu quelques petits pincements au cœur pour certains, - que ce soit au niveau de l’histoire ou du graphisme, toute cette variété d'aventures et de traits apportent une incroyable richesse de lecture, chaque dessinateur nous offre sa vision des personnages et de l’univers « Donjon ». Ce procédé est un atout, une… « carte majeure », une idée de génie… et vu la joyeuse équipe qui scénarise cette œuvre incontournable de la bd, que pouvait-on espérer d’autre qu’une réussite totale ou presque… oui presque... si les auteurs veulent bien accélérer le rythme des sorties… ce serait parfait ! J’avais commencé à lire quelques Monsters de-ci de-là, mais si l’on veut vraiment profiter du contenu de chaque récit il est préférable de les alterner avec les autres séries et suivre la numérotation établie pour tous les « Donjon ». Petit mot de fin Je passe ma note de culte à 4/5 car malgré sa grande richesse, cette série reste intrinsèquement inachevée. Par série j'entends absolument TOUS les donjons, car les différencier n'a pas de sens à mes yeux, même les "Donjon monsters" et ses histoires au tome par tome. Bref, ça laisse un goût amère qui aura du mal à passer, car la relecture sera très frustrante sachant tout que qu'on ne saura jamais.

19/06/2010 (modifier)
Par Jetjet
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Outre ses trois cycles principaux que sont Potron Minet (la génèse), Zénith (l'apogée) et Crépuscule (le déclin), la passionnante série fleuve Donjon s'entiche d'une série annexe qui la rend encore plus complète et indispensable. Concrètement chaque album peut être lu comme un One-Shot sur un personnage en particulier couvrant l'une ou l'autre période. Contrairement aux séries principales, il n'y a donc pas de suite logique ni d'ordre préétabli. D'ailleurs pour ce faire, nos magiciens farceurs, Sfar et Trondheim, se permettent une liberté encore plus grande sur le choix du dessinateur d'où une très grande variété de styles et de traits différents comme Blutch, Killofer ou Carlos Nine par exemple qui apportent leur talent respectif tout en restant dans la convention Donjon mais en bouleversant certains codes narratifs (voir Crève-coeur ou Des Soldats d'Honneur). Mais l'idée absolument géniale, que dis-je, cet instinct de génie qui porte l'ensemble de la série Donjon aux plus hautes strates, c'est que chaque album se lit peut aussi se lire par niveau et couvrir certaines zones d'ombre des séries principales comme Mon fils le Tueur et Crève-Coeur pour Potron-Minet. D'ailleurs chaque ouvrage porte une numérotation de niveau permettant de savoir où l'insérer dans les autres séries. Et de plus c'est toujours aussi drôle et crédible, je me surprends toujours à me demander comment une série qui met en scène des lapins et des canards dans un pastiche d'Heroïc Fantasy peut devenir aussi cruelle, réaliste, émouvante et ô combien terriblement humaine. Mettre en scène des personnages purement secondaires ou fantasmés dans une aventure qui leur est propre, met en avant leurs origines ou tout simplement éclaire leur véritable rôle au sein même de la trame principale tout en gardant un esprit aussi ludique (chaque livre est un one-shot rappelons le) est un tour de force unique que je plébiscite vivement ! Et les auteurs ne s'y sont pas trompés étant donné que la série Donjon Monsters est à ce jour la plus prolifique de leur œuvre, preuve de leur intérêt et de leur amour pour la liberté et la bouffée d'air frais qu'elle leur apporte... Passionnant et indispensable !

14/02/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Passé un premier tome un peu décevant, on retrouve avec plaisir les personnages de cette saga géante. La démarche de cette série est en effet différente des autres car elle ne se centre pas sur l'univers mais sur les personnages secondaires ou pas. J'ai beaucoup aimé le tome 8 sur Alexandra, tueuse et maîtresse de Hyacinthe qui est une véritable plongée dans l'horreur et la tristesse. Le tome 7 adoptait déjà un ton plus sombre en mettant de côté l'humour. Je trouve que tout cela enrichit encore plus cet univers passionnant. On pourrait penser que l'unité graphique est un peu mise à mal par les différents dessinateurs qui se succèdent dont certains ont incontestablement leur style personnel. Cela ne me dérange pas plus que cela. C'est même une expérience graphique intéressante. Donjon Monsters est à posséder si l'on est fan de l'univers atypique de Donjon. J'espère quand même qu'il ne va pas y avoir 300 tomes. Où vais-je ranger tout cela ?

20/07/2008 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

C'est le premier "Donjon" que je lis et je trouve que c'est pas mal. Au début, j'ai eu peur d'être largué par le scénario parce que je n'ai pas lu les autres "Donjon", mais il s'est révélé que j'ai bien compris ce qu'il se passait. Les histoires sont sympathiques, mais pas exceptionnelles à mes yeux. Je passe un bon moment à la lecture d'un tome sauf que je ne vois pas en quoi ils seraient inoubliables dans mon esprit. Et puis je ne vois pas où est l'humour dit par les autres. J'ai ri deux ou trois fois ce qui n'est pas beaucoup dans 12 albums. Il n'y a que le tome 4 qui sort du lot. Dés que je l'ai vu, j'ai su que j'allais aimer le Grand Khan !

10/04/2008 (modifier)
Par Bedelisse
Note: 4/5

J’ai commencé par le Tome 12. Il venait de sortir et je l’ai acheté pour voir enfin ce qu’étaient les « donjons ». Je suis franchement tombé sous le charme avec des dessins et un humour présent à toutes les pages. J’ai donc repris la série depuis le début. Même si les albums peuvent se lire de façon indépendante les uns des autres, il y a malgré tout souvent des références aux titres précédents. Bravo pour le dessin : les expressions des personnages sont superbement bien rendus. Achat recommandé !

08/04/2008 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Après la lecture des 12 premiers tomes. Afin de m'adapter aux particularités de cette série que j'aime beaucoup je noterai chaque tome individuellement sur 3 critères : Scénario - Dessin - Note globale du tome (plaisir de lecture). Ca me paraît plus logique avec les changements de dessinateurs et le fait que ce sont des histoires indépendantes. Il est à noter que ces tomes apportent des informations sur les personnages et renforcent la cohérence de l'univers mis en place. Les notes seront sur 5 et parfois assez dures mais en fait j'aime vraiment cet univers. Tome 1 : Scénario : 4 - Dessin : 4 - Note Globale : 4 Tome 2 : Scénario : 3,5 - Dessin : 2,5 - Note Globale : 3 Tome 3 : Scénario : 3,5 - Dessin : 4 - Note Globale : 3,5 Tome 4 : Scénario : 4 - Dessin : 2 - Note Globale : 3 Tome 5 : Scénario : 5 - Dessin : 4 - Note Globale : 5 Tome 6 : Scénario : 3,5 - Dessin : 2 - Note Globale : 3 Tome 7 : Scénario : 5 - Dessin : 4 - Note Globale : 5 Tome 8 : Scénario : 4 - Dessin : 2 - Note Globale : 3 Tome 9 : Scénario : 4 - Dessin : 4,5 - Note Globale : 4,5 Tome 10 : Scénario : 5 - Dessin : 4,5 - Note Globale : 5 Tome 11 : Scénario : 3 - Dessin : 2 - Note Globale : 2,5 Tome 12 : Scénario : 5 - Dessin : 5 - Note Globale : 5

16/03/2008 (MAJ le 17/03/2008) (modifier)
Par Ro
Note: 5/5
L'avatar du posteur Ro

Outre le fait que le concept de Donjon Monsters permette toutes les libertés au scénariste, le fait de changer à chaque fois de dessinateur permet d'obtenir de vraies merveilles (je pense tout particulièrement à la Carte Majeure où Andreas a fait un boulot du tonnerre, ou Ramdam chez les Brasseurs qui est splendide, sans oublier Les Profondeurs et Des Soldats d'Honneur dans des styles très différents). Les Monsters sont des pierres angulaires des histoires de Donjon et permettent d'obtenir foule d'informations sur le donjon, ses personnages, son histoire, tout en permettant des histoires totalement libres et bien souvent très réussies. Tous les épisodes ne sont pas évidemment du même niveau, mais les perles qui en sortent rattrapent le tout.

29/10/2003 (MAJ le 28/10/2007) (modifier)
Par narvik
Note: 5/5

Bon, je commence par mon album préféré, c'est-à-dire le tome 10, "Des soldats d'honneur", dessiné par Bézian. Epoustouflant. Peut-être le meilleur Donjon si on le considère comme un one-shot, mais il faut avouer qu'il manque un peu de l'esprit général, notamment l'humour qui est inexistant ici. Mais sinon, il est difficile de trouver un défaut: le scénario est noir, très noir, je dirais même qu'il dégouline de noirceur. Et dur de trouver un rayon de soleil là-dedans. On ressort de la lecture de cet album franchement époustouflé. Jusqu'à la fin qui n'est pas lésinée, on ne peut pas décrocher de la bd. Et les dessins de Bézian sont magnifiques, avec beaucoup de traits, assez sombre, ce qui s'accorde à l'histoire. Un chef d'oeuvre. Dans un style très différent, j'aime beaucoup également les tomes 2 et 6, qui sont eux très drôles, mais avec un humour très différent. Le premier, "Le géant qui pleure", dessiné par Menu, a été très critiqué à sa sortie, désigné comme le moins bon des Donjon. Personnellement, je pense qu'il s'agit de l'un des meilleurs. Faire un album comme personnage principal un gros niais qui n'arrête pas de pleurer était osé, et je trouve que le pari est réussi. L'humour est partout, et certaines situations sont vraiment géniales. Pour les dessins par contre, il faut dire ce qui est: c'est moche. Mais bon, étant donné le type de scénario, ça passe plutôt bien. Le tome 6, " Du ramdam chez les brasseurs" est lui aussi très drôle. Mais il s'agit d'un humour plus enfantin, burlesque. Là le héros est un personnage charismatique de Donjon, qui part dans ses aventures alors qu'il n'est bon à rien. Pour les dessins, Yoann a fait quelque chose de franchement beau et très original. C'est un style tout en couleurs feutrées et contours ronds, et le rendu est sublime. Ensuite viennent les tomes 5 et 7, qui sont plus ou moins liés car l'histoire du second découle du premier, quelques années plus tard (on est ici dans la période potron-minet). Le tome 5, "La nuit du tombeur" est dessiné par Vermot-Desroches, un auteur qui n'avait rien publié avant cet album. Et pourtant, le style est franchement beau, très crayonné et assez détaillé. Pour le scénario, c'est pas mal, on se laisse porter assez facilement par l'histoire qui est prenante. On a droit à une bataille finale, ce qui n'est pas commun dans Donjon même si on en a une aussi dans le tome 7, "Mon fils le tueur", qui est comme la suite du précédent. Cet album est intéressant principalement car il raconte la rencontre entre deux personnages majeurs de Donjon sous fond de complot secret dans une ville. Le scénario est bien mené et donne un album très réussi, qui est sublimé par les dessins de Blutch, qui sont tout simplement beaux: des traits nombreux mais surs, des personnages très expressifs et le tout qui reste léger. Les tomes 3 et 4 se passent exactement en même temps et racontent l'histoire du point de vue de deux personnages différents. Le premier, "La carte majeure" ne m'a pas beaucoup plu. D'abord à cause du vocabulaire, j'ai toujours du mal à lire des expressions trop familières sur une bd. Une insulte ne me gène pas, mais par exemple "grave", ça je ne supporte pas. Et le personnage principal que j'aimais bien dans les premiers Crépuscule est ici énervant. Heureusement, l'album se rattrape sur les dessins d'Andreas qui sont précis (qualité rare dans Donjon) et agréables. Le tome 4, "Le noir seigneur" est plus réussi à mon goût. Bien que les dessins de Blanquet soient assez grossiers, l'histoire est drôle et est importante pour la suite des Donjon. C'est donc un album indispensable à tous les fans de la série. Un petit mot sur les autres albums: le tome 1, "Jean-Jean la terreur" est pas mal, même si je trouve l'histoire un peu longuette et les personnages énervants. Quant aux dessins de Mazan, c'est un style grand public, mais personnellement, je n'aime pas trop, je les trouve un peu plats, sans âme. Le tome 8, "Crève coeur" se traîne en longueur et est très répétitif. On se rend d'ailleurs compte à la fin que tout ce qu'on nous a raconté aurait pu l'être en quelques pages. Le scénario n'est pas si mauvais que ça, mais il faut dire que les dessins de Nine sont assez étranges, très grossiers et avec beaucoup de traits; pour tout dire, je ne pense pas que grand monde aime, et c'est mon cas. Enfin, le tome 9, "Les profondeurs", n'est pas mal même si je n'aime pas trop les dessins tout en rondeurs de Killofer. Pour le scénario, c'est plutôt réussi, bien que je trouve que la noirceur est trop abusive ici.

27/12/2006 (modifier)