Donjon Monsters

Note: 3.79/5
(3.79/5 pour 34 avis)

Un donjon de plus !


Andreas Auteurs allemands Auteurs argentins Auteurs canadiens Blutch David B. Donjon École européenne supérieure de l'image Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc, Bruxelles Gobelins, l'École de l'Image La BD au féminin Lewis Trondheim Sfar

Jean-Jean et ses amis les monstres se morfondent dans leur auberge, sans un client à croquer ! Arrive Guillaume de la Cour, un escroc porteur de l'épée du Destin. Il sauve sa peau en promettant d'emmener la fine équipe jusqu'au Donjon Arrive Guillaume de la Cour, un escroc porteur de l'épée du Destin. Il sauve sa peau en promettant d'emmener la fine équipe jusqu'au Donjon. Le paradis des monstres !

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2001
Statut histoire Une histoire par tome 18 tomes parus

Couverture de la série Donjon Monsters © Delcourt 2001
Les notes
Note: 3.79/5
(3.79/5 pour 34 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

10/11/2001 | Fubuki
Modifier


Par Miranda
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Miranda

« Donjon Monsters » est un savant mélange des autres séries parallèles, on y trouve des tomes plutôt humoristiques et d’autres qui tombent dans le drame absolu, ce décalage est assez surprenant d’ailleurs, à chaque fois que l’on prend un tome des Monsters c’est une surprise, impossible de savoir quel ton il aura. Certains tomes m’ont retourné l’estomac comme « Mon fils le tueur » en comparaison avec l’ultra léger « Du ramdam chez les brasseurs » tout mignon et rigolo, qui sont les deux tomes les plus extrêmes de la série… jusqu’à présent. De plus je les ai tous aimés, - même si j'ai eu quelques petits pincements au cœur pour certains, - que ce soit au niveau de l’histoire ou du graphisme, toute cette variété d'aventures et de traits apportent une incroyable richesse de lecture, chaque dessinateur nous offre sa vision des personnages et de l’univers « Donjon ». Ce procédé est un atout, une… « carte majeure », une idée de génie… et vu la joyeuse équipe qui scénarise cette œuvre incontournable de la bd, que pouvait-on espérer d’autre qu’une réussite totale ou presque… oui presque... si les auteurs veulent bien accélérer le rythme des sorties… ce serait parfait ! J’avais commencé à lire quelques Monsters de-ci de-là, mais si l’on veut vraiment profiter du contenu de chaque récit il est préférable de les alterner avec les autres séries et suivre la numérotation établie pour tous les « Donjon ». Petit mot de fin Je passe ma note de culte à 4/5 car malgré sa grande richesse, cette série reste intrinsèquement inachevée. Par série j'entends absolument TOUS les donjons, car les différencier n'a pas de sens à mes yeux, même les "Donjon monsters" et ses histoires au tome par tome. Bref, ça laisse un goût amère qui aura du mal à passer, car la relecture sera très frustrante sachant tout que qu'on ne saura jamais.

19/06/2010 (modifier)
Par Jetjet
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Outre ses trois cycles principaux que sont Potron Minet (la génèse), Zénith (l'apogée) et Crépuscule (le déclin), la passionnante série fleuve Donjon s'entiche d'une série annexe qui la rend encore plus complète et indispensable. Concrètement chaque album peut être lu comme un One-Shot sur un personnage en particulier couvrant l'une ou l'autre période. Contrairement aux séries principales, il n'y a donc pas de suite logique ni d'ordre préétabli. D'ailleurs pour ce faire, nos magiciens farceurs, Sfar et Trondheim, se permettent une liberté encore plus grande sur le choix du dessinateur d'où une très grande variété de styles et de traits différents comme Blutch, Killofer ou Carlos Nine par exemple qui apportent leur talent respectif tout en restant dans la convention Donjon mais en bouleversant certains codes narratifs (voir Crève-coeur ou Des Soldats d'Honneur). Mais l'idée absolument géniale, que dis-je, cet instinct de génie qui porte l'ensemble de la série Donjon aux plus hautes strates, c'est que chaque album se lit peut aussi se lire par niveau et couvrir certaines zones d'ombre des séries principales comme Mon fils le Tueur et Crève-Coeur pour Potron-Minet. D'ailleurs chaque ouvrage porte une numérotation de niveau permettant de savoir où l'insérer dans les autres séries. Et de plus c'est toujours aussi drôle et crédible, je me surprends toujours à me demander comment une série qui met en scène des lapins et des canards dans un pastiche d'Heroïc Fantasy peut devenir aussi cruelle, réaliste, émouvante et ô combien terriblement humaine. Mettre en scène des personnages purement secondaires ou fantasmés dans une aventure qui leur est propre, met en avant leurs origines ou tout simplement éclaire leur véritable rôle au sein même de la trame principale tout en gardant un esprit aussi ludique (chaque livre est un one-shot rappelons le) est un tour de force unique que je plébiscite vivement ! Et les auteurs ne s'y sont pas trompés étant donné que la série Donjon Monsters est à ce jour la plus prolifique de leur œuvre, preuve de leur intérêt et de leur amour pour la liberté et la bouffée d'air frais qu'elle leur apporte... Passionnant et indispensable !

14/02/2010 (modifier)