Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Dingo Romero

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Histoire loufoque et surréaliste.


Format à l’italienne

Dingo Romero est un bandit mexicain, coureur de jupons, buveur et castagneur. Il a un chapeau, un poncho, et deux revolvers. Sa bouche est constamment ouverte en une moue qui évoque vaguement un sourire. Il a des petits yeux fous. C’est un chien. Un chien fou qui va vous entraîner à cent à l’heure dans la Pampa. Déjà paru en Espagne dans un format à la française, Lucas a entièrement adapté son histoire pour une parution dans un format à l’italienne. (site éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Dingo Romero
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

07/10/2020 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

C’est un album que je trouve moins riche que Thé de noix (aux niveaux narratif et esthétique), et qui me semble sans doute encore moins facilement abordable. Lucas Nine reste ici dans un univers surréaliste qui part dans tous les sens, sans laisser au lecteur le temps de faire le point, sans non plus lui laisser prendre pied sur du solide pour s’accrocher à un quelconque repère. Non seulement l’histoire (que je serai bien en peine de résumer) se développe au fil de l’imagination de l’auteur, avec des dialogues presque poétiques, parfois loufoques (et je pense qu’on gagnerait à le lire dans sa langue d’origine), mais en plus le dessin renforce carrément l’obscurité de l’ensemble. Dans un style que j’ai trouvé influencé par certains dessins de Goya, avec un trait gras, frénétique, nerveux, Lucas Nine nous livre parfois de simples esquisses de personnages, comme un story board rageur renforçant l’impression de « premier jet » de l’ensemble. C’est à la fois beau et difficile à appréhender (dans tous les sens du terme) – mais je pense que le Larcenet de Presque a dû aimer cet aspect ! Reste que, globalement, j’ai moins été attiré par cet album que je ne l’avais été pour Thé de noix. C’est en tout cas à feuilleter avant d’acheter, et je pense réserver aux amateurs de curiosités, de publications poétiques un peu obscures. Note réelle 2,5/5.

07/10/2020 (modifier)