Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

We stand on guard

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Un nouveau pamphlet contre la guerre signé Brian K. Vaughan, avec deux belligérants inattendus : les Etats-Unis contre le Canada...


Anticipation Canada Froid. Neige. Glace Image Comics Les coups de coeur des internautes Mecha Robots

Dans un futur proche, les États-Unis envahissent le Canada, dernière grande réserve d'eau naturelle. Face à l'adversaire, la résistance canadienne s'organise. Mais que faire lorsque votre agresseur possède une avance technologique qui renvoie vos lignes de défense à l'âge de pierre ? Engager une lutte sans pitié pour la liberté et être prêt à tous les sacrifices, même les plus abjects, pour voir votre cause triompher.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Juin 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série We stand on guard
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

29/07/2020 | Josq
Modifier


Par Josq
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Josq

J'ai un peu le cul entre deux chaises, là. D'un côté, j'ai vraiment aimé la lecture de ce comics et j'aimerais en dire le plus de bien possible, et d'un autre côté, il a des faiblesses évidentes, qu'on ne peut pas ne pas souligner. Commençons donc par les faiblesses : le pitch de Brian K. Vaughan est très bon sur le papier, mais à la lecture, il se révèle bien trop classique pour créer la moindre surprise. Le problème majeur de We stand on guard, c'est qu'il est trop court. L'exposition est excellente, et annonce le début d'une potentielle grande saga, qui sait prendre son temps pour présenter ses personnages et instaurer des enjeux puissants. Alors pourquoi tout faire tenir en un one shot de 140 planches ? Avec de tels enjeux, cela aurait mérité d'être largement plus développé... Cela contraint Vaughan à effectuer des raccourcis scénaristiques très dommageables à l'intrigue, et l'empêche d'imaginer des rebondissements vraiment surprenants. Un petit gâchis à ce niveau-là, vraiment décevant. Vaughan sacrifie dès lors l'aspect géopolitique de son histoire, brossé de manière bien trop schématique. De l'autre côté, les personnages sont intéressants, mais répondent finalement à tous les clichés du genre, d'un politiquement correct trop visible pour être vraiment subtil : descendante d'immigrés, homosexuel bien viril comme il faut, jeune canadienne prête à tout pour défendre son pays... Il y avait quelque chose à faire de ces personnages, mais pas en 140 pages aussi remplies. Voilà pour les principales faiblesses du récit. Et pourtant, on ne peut pas dire que la lecture de ce comics ne soit pas agréable. Le pitch est donc sacrifié sur l'autel de l'efficacité narrative, mais il reste très intéressant. Cette idée de guerre entre les Etats-Unis et le Canada donne lieu à une histoire très prenante, qui m'aura au moins appris que les USA avaient prévu un plan d'invasion de leur voisin du Nord dès... 1930, à l'époque où ils craignaient que le Canada ne s'allie à la Grande-Bretagne, dans une potentielle guerre contre eux. Je ne connaissais pas ces relations tendues entre les deux nations au XXe siècle. Le scénario avance donc de manière classique, mais on ne s'ennuie jamais pour autant, grâce au talent de narrateur de Brian K. Vaughan et à celui de dessinateur de Steve Skroce. Vaughan a tout de même l'intelligence de ne pas sombrer dans le manichéisme : s'il épouse sans trop de recul la lutte de la résistance canadienne, il instaure toutefois une très belle ambiguïté, notamment dans le dernier chapitre, absolument captivant, où toutes les cartes sont rebattues et où on ne sait plus tout-à-fait qui, des Américains ou des Canadiens, est le plus responsable de ce conflit violent. Intéressant, mais malheureusement pas assez développé, toujours à cause de ce malheureux choix du format one shot. Il faut également souligner un bon usage de la violence, Vaughan ne reculant jamais devant une brutalité très crue, ayant parfois recours au gore, pas plus qu'il n'hésite à infliger à ses personnages même principaux des dommages importants. Là-dessus, rien à redire, l'auteur sait être impitoyable quand il le faut, augmentant par là même l'empathie du lecteur et le réalisme du récit. Enfin, graphiquement, We stand on guard est une belle réussite. Les machines dessinées par Steve Skroce ne sont guère originales. Elles sont très bien dessinées, mais on les dirait trop sorties d'un classique de la science-fiction des années 50 (le Guerilla évoquant bien trop les TB-TT de Star Wars). En revanche, le dessin reste envers et contre tout somptueux. D'un grand réalisme, mais pas trop extrême, le trait de Skroce donne pleinement vie aux personnages de Vaughan et nous offre des planches graphiquement très impressionnantes. On est vraiment immergé en plein coeur de l'action. L'agencement des cases est souvent classiques, mais n'exclut pas une réelle ampleur quand le dessin exploite l'entièreté de la page, notamment dans des scènes d'action musclées. Ainsi, We stand on guard n'est pas la bande dessinée la plus originale que j'ai lue, et souffre d'évidentes faiblesses due au format trop court choisi par ses auteurs. Pourtant, le comics de Vaughan reste une proposition très intéressante, captivante à lire et visuellement tout ce qu'il y a de plus convaincante. Une belle découverte à faire malgré tout.

29/07/2020 (modifier)