Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Convoyeur

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

A la suite d'un virus, l'humanité est revenue à un stade assez primitif, le Convoyeur représente peut-être un espoir...


Après l'apocalypse... Ecole Pivaut, Nantes Nouveautés BD, comics et manga

Un virus s'est répandu sur Terre, la "Rouille", qui s'attaque au fer et altère la plupart des métaux, détruisant peu à peu infrastructures, véhicules, outils, machines, immeubles contenant du fer... l'humanité est quasiment revenue à l'âge de pierre, l'anarchie s'est installée laissant place aux pillages. Dans ce monde chaotique et brutal, le Convoyeur, voyageur mercenaire, sillonne les routes de ce monde ravagé et accomplit des missions risquées, permettant à quiconque d'utiliser ses services en échange d'un curieux marché : ses commanditaires doivent simplement avaler un oeuf étrange.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 26 Juin 2020
Statut histoire Série en cours (1er cycle prévu en 3 albums) 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Le Convoyeur
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

26/06/2020 | Agecanonix
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

À l'issue de ma lecture de ce premier tome dont un premier cycle de trois tomes semble être prévu mon impression est assez mitigée. Pour parler clair j'ai un peu l'impression que ça part un peu dans tous les sens. Le héros tout d'abord tel un Jerémiah sans Kurdy, je ne le trouve pas très charismatique. Ce que j'aime habituellement dans les BD qui décrivent un monde post-apocalyptique, c'est souvent la description qu'en font les auteurs et plus particulièrement le dessinateur. Ici j'avoue que je ne suis pas emballé, j'ai l'impression de me trouver dans un truc qui s'approche plus du Moyen Âge avec de très lointaines références à Mad Max. Puisque j'en suis au dessin, celui-ci n'est pas au meilleur avec souvent des fonds de cases peu élaborés et un trait un peu gras. Le scénario est celui d'un tome introductif qui laisse de nombreuses questions en suspens, je n'attends pas la suite avec un empressement effréné, mais j'irai y jeter un œil, cela je l'espère ne pourrais que faire grimper ma note. Wait and see.

08/07/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Aprés avoir revisité le western avec Sykes et Texas Jack, Dimitri Armand change d'univers et opte pour le récit d'anticipation, mais la structure du récit et la psychologie du personnage principal ressemblent beaucoup à celles d'un western. Ce fameux Convoyeur est un personnage assez proche dans son aspect et son caractère du pistolero peu loquace incarné par Clint Eastwood dans la "trilogie des Dollars" de Sergio Leone. Le scénario développe une atmosphère anxiogène et fascinante autour de cet univers déshumanisé avec son lot de violence et de noirceur ; l'épidémie n'a pas seulement touché les métaux mais aussi les humains à cause du fer contenu dans le sang, ce qui a entraîné des mutations génétiques parfois monstrueuses comme celle de Nymphe. A première vue, cette Bd n'a pas tellement d'éléments surprenants, plusieurs Bd post-apo ont déjà montré ce type de monde déglingué et des créatures aux dérèglements génétiques, mais il y a quelque chose qui fait qu'on accroche à cette bande, les auteurs livrent une vision sombre de l'humanité qui s'inscrit parmi les meilleures Bd post-apocalyptiques, je la trouve aussi réussie que Hombre qui reste une référence dans le genre, de même que La Terre de la bombe, c'était pas mal non plus en terme de monde bestial peuplé de mutants dégénérés. Tout ceci est traduit merveilleusement en images par Armand, je trouve que son dessin puissant a atteint une maîtrise absolue, avec des cadrages étudiés ; j'ai l'impression que son dessin s'est épaissi depuis ses 2 westerns, et ressemble un peu à la maîtrise vigoureuse de Swolfs. La série est conçue selon un système de cycles d'albums autonomes conclusifs dont chaque tome sera un récit complet, inclus dans une continuité. Je tiens à expliquer mon classement en fantastique plutôt qu'en science-fiction : on est bien dans du post-apo, mais qui sert un peu de toile de fond, car il y a plusieurs éléments de fantastique qui s'imbriquent dans le récit, ça m'a semblé plus juste, même si les frontières sont poreuses. La fin d'album n'offre pas de vrai cliffhanger, mais laisse le lecteur hébété avec pas mal de questions en suspens qui augurent une grande attente, c'est donc un thriller d'anticipation très prometteur qui s'annonce, espérons que la série tienne toutes ses promesses et devienne un futur grand classique moderne.

26/06/2020 (modifier)