Me and the Devil Blues

Note: 3.17/5
(3.17/5 pour 6 avis)

États-Unis, fin des années vingt, RJ est un jeune garçon de ferme peu assidu au travail. Dès que l'occasion se présente, il délaisse sa femme enceinte pour se rendre au bar du coin afin d'écouter les artistes de blues qui s'y produisent. RJ rêve de devenir bluesman, malheureusement pour lui, il ne possède pas le talent qui caractérise les grands musiciens. Mais RJ est prêt à tout pour jouer du blues... Lorsque l'occasion se présentera, vendra-t-il son âme au diable ?!


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale Kodansha Musique Seinen [USA] - Dixie, le sud des USA

États-Unis, fin des années vingt, RJ est un jeune garçon de ferme peu assidu au travail. Dès que l'occasion se présente, il délaisse sa femme enceinte pour se rendre au bar du coin afin d'écouter les artistes de blues qui s'y produisent. RJ rêve de devenir bluesman, malheureusement pour lui, il ne possède pas le talent qui caractérise les grands musiciens. Mais RJ est prêt à tout pour jouer du blues... Lorsque l'occasion se présentera, vendra-t-il son âme au diable ?!

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 29 Août 2008
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Me and the Devil Blues
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

27/08/2008 | Ro
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai lu cette série parce que j'adore Prison School du même auteur et que le sujet semblait intéressant. Je ne connais pas trop le Blues, mais je connais Robert Johnson à cause de la légende qui dit qu'il a vendu son âme au diable pour devenir un dieu de la guitare. Je m'attendais donc à un récit romancé de la vie de ce chanteur avec un mélange de faits historiques et de fantastique. C'est le cas au début, mais je fus très surpris de voir que plusieurs chapitres n'ont pas trop rapport avec le Blues. On dirait que l'auteur voulait faire un récit se passant dans l'Amérique des années 30 et que la vie de Robert Johnson n'était qu'un prétexte. Il faut dire aussi que la série n'est pas terminée et donc peut-être que le Blues aurait eu plus d'importance dans les tomes suivants si la série n'avait pas été interrompue. Vu que l'auteur est occupé avec sa série Prison School, je ne pense pas qu'on va voir la suite avant longtemps et c'est si l'auteur décide de continuer Le scénario est d'ailleurs inégal avec des moments de tension qui me donnaient envie de savoir ce qu'il aillait arriver ensuite et des moments plus lents qui m'ont ennuyé. Mes moments préférés sont lorsqu'il y a des éléments de fantastique et le dessin crée une bonne ambiance durant ces scènes. Un dessin d'ailleurs qui est parfois excellent et parfois moins. Une série avec des défauts et des qualités donc.

27/09/2015 (modifier)
Par Pasukare
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pasukare

Je suis perplexe quant aux chances de cette série d’avoir une suite, 4 tomes en cours en VO, comme en VF, dernier tome paru chez nous : avril 2009… Pour du manga ça commence à faire long… Le personnage de ce manga, RJ, est supposé être une réplique de Robert Johnson, bluesman à la production musicale semble-t-il époustouflante (au point que certains prétendent qu’il a vendu son âme au diable pour cela) mais très restreinte puisqu’il est décédé à l’âge de 28 ans. Je m’attendais donc à lire une histoire principalement centrée sur la musique, le blues, la guitare ou je ne sais quoi encore… Au bout de 4 tomes, la musique est loin d’occuper une grande partie du scénario et je trouve ça un peu dommage. On en a un peu au début, avant le « pacte » et on en retrouve un peu à la fin du T4. Entre les deux il y a la rencontre avec Clyde Barrow (bon, pourquoi pas) et surtout ces deux tomes dans cette ville du Sud, avec sa prohibition et sa haine du peuple noir : à part la chasse à l’homme de la fin, qui donne la part belle à l’action et au dynamisme du dessin, j’avoue m’être énormément ennuyée… Le dessin me laisse une impression mitigée : techniquement il est de très bonne qualité, certaines scènes ont un excellent rendu du mouvement mais parfois je lui trouve un côté artificiel pas très heureux. Je ne sais pas l’expliquer mieux que ça. Personnellement je ne connaissais pas l’histoire de ce bluesman qui aurait inspiré les plus grands, mais suite à ma lecture, je pense que j’essaierai au moins d’écouter une de ses productions, c’est déjà ça de gagné. Quant à la lecture du manga, s’il y a une suite, j’y jetterai certainement un œil, le T4 s’étant terminé sur un retour au thème principal qui me remotive un peu, sinon, je n’en ferai pas une maladie non plus.

26/09/2010 (modifier)

C'est ambitieux comme projet. L'idée est de retracer la vie de RJ (Robert Johnson) un des tout premier Blues men donc, qui comme le veut la légende aurait vendu son âme au diable. La belle légende du CrossRoad revisitée en Manga, dans l'Amérique des années 30. La ségrégation, le sud des US etc ... On va croiser d'autres légende sur le chemin d'ailleurs un peu comme dans O'brother ou l'on croise les mythes. Le dessin est très irrégulier mais parfois vraiment fort. Du beau noir et blanc parfois proche des auteurs italiens dans l'esprit. Donc une très belle ambiance mais un scénario un peu chaotique comme dit plus bas. Et une atmosphère très noire. On se demande vraiment où il veut en venir. Encore un manga peu classique qui mérite le détour. Pour le reste... l'histoire tranchera.

10/01/2010 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Je n'ai lu que les deux premiers tomes de cette série, et je ne compte pas aller plus loin. En effet assez vite l'ennui s'est installé à la lecture. Pourtant cela aurait pu être intéressant : l'ambiance du Sud des années 20, des personnages emblématiques, une histoire sur le blues, un brin de fantastique... L'ennui s'est installé par rapport au traitement de tout ça. L'étrangeté s'est installée dans la narration, la rendant assez chaotique, et les passages très lents m'ont pas mal gonflé. Il y a parfois de la contemplation bien placée, bien rendue dans certains récits, ici cela ne recouvre que du vide. Et puis le dessin ne m'a pas non plus enthousiasmé. Il manque de rigueur, il est trop fainéant sur les ambiances, et le fantastique est à mon sens mal dosé et mal représenté. La suite se fera sans moi.

23/12/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Robert Johnson –dit « RJ »- est considéré de nos jours comme un des plus grands guitaristes de tous les temps. Sur une trame historique réelle, Hiramoto livre ici un récit qui navigue entre histoire vraie et fiction. Sa mise en scène nous dépeint, et permet de comprendre, le quotidien vécu par de très nombreux Noirs dans les années 20/30 ainsi que l’arrivée du blues ; une musique, un style qui va vite entrer dans les mœurs. Un premier tome qui est une sorte de carrefour, une croisée de routes où le « diable » va apparaître à Robert et le faire devenir bluesman. Et doucement la légende va prendre forme, se façonner, dans un graphisme au trait maîtrisé qui nous balance les ambiances de cette époque. Un très bon premier tome où le binôme noir/gris de la « colorisation » fonctionne de bien belle façon pour souvent donner un vrai velouté aux cases dont le contenu s’en trouve ainsi très bien rendu. Le récit est –dans son style- magnifique. Le dessin en est de même.

29/04/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Un manga ayant pour protagonistes principaux des noirs dans l'Amérique des années 30, voilà qui est original. D'autant plus quand le thème annoncé est la vie romancée d'un bluesman célèbre de l'époque. D'emblée, nous sommes plongés dans le décor du Dixie américain profond, aux prémices de la crise de 1929. Le héros, Robert Leroy Johnson, dont on observe la vie difficile malgré une femme qui l'aime et qui devrait bientôt lui offrir un enfant. Mais RJ n'est pas satisfait de sa vie, il aimerait savoir jouer aussi bien que les bluesmen qu'il croise dans le bar qu'il fréquente. Et voilà qu'on lui raconte la légende qui veut que, s'il joue un air de musique la nuit au croisement de certaines routes, le diable puisse venir à sa rencontre et lui offrir tout le talent qu'il désire en échange de son âme. Dès lors, je m'attendais à une sorte de biographie mâtinée de fantastique, la vie de ce musicien appelé à devenir célèbre avec une possible aide surnaturelle. C'est bien le cas pour la majorité du premier tome de ce manga, mais le récit prend de surprenantes libertés à partir d'un moment donné. C'est en effet avec étonnement que l'on découvre la rencontre de RJ avec Clyde Barrow (celui de Bonny and Clyde). Le scénario se révèle donc assez imprévisible et il y a de quoi se demander vers où l'auteur veut nous emmener. Malgré cette originalité, je n'ai pas été convaincu. Le dessin m'a paru moyen. J'ai apprécié certains passages, notamment les ambiances nocturnes et l'atmosphère oppressante laissant imaginer le fantastique derrière chaque ombre. J'ai également trouvé efficace la première "vision" du diable, forme sombre et indicible à partir de laquelle le lecteur peut imaginer tout, du visage menaçant à la silhouette cauchemardesque. Mais à trop de moments j'ai trouvé les anatomies des personnages ratées et leurs expressions souvent trop outrées par rapport à l'ambiance. J'ai également eu un peu de mal au départ à sentir l'authenticité du décor. Les comportements trop nippons des personnages me donnaient parfois l'impression de voir des japonais grimés de noir plutôt que des noirs américains. Leurs comportements un peu exagérés comme celui de l'horrible grande soeur du héros m'ont paru hors de propos. Et malgré quelques tentatives de bon aloi, je n'ai pas toujours su ressentir l'aspect Blues du récit, pas aussi bien en tout cas que je l'avais ressenti à la lecture d'une BD comme Blues de Toppi. Quant à la narration, elle pêche parfois par une certaine confusion. C'est voulu, bien évidemment, puisqu'il s'agit de comprendre que le héros lui-même est perdu et ne sait plus où il en est et ce qui est la réalité, mais cela m'a fait décrocher à plusieurs moments. Pour finir, le rythme est lent et en fin de premier album, on se demande encore où l'on va en venir, vers quelle direction le scénario va se diriger. Il apparait que le thème ne sera pas vraiment la musique ou le blues, que l'aspect fantastique ne prendra probablement jamais véritablement corps, que la biographie de Robert Johnson y est bien trop romancé pour être véridique. Peut-être s'agit-il dès lors du début original d'un récit d'aventure mêlant historique et légende, mais il faudra lire la suite pour se faire une opinion.

27/08/2008 (modifier)