Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'Accessoiriste

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Un habile thriller en compagnie des fantômes de Buñuel, Carné, Hitchcok, Kubrik et bien d'autres faiseurs de rêves.


Cinéma

Héloïse se fait embaucher comme femme de chambre chez un magnat du cinéma : Louis Krell. Ce richissime producteur d'Hollywood est connu pour sa collection colossale de costumes et de décors cinématographiques. Elle veut comprendre comment un modeste accessoiriste a franchi tous les échelons jusqu'aux sommets, jusqu'à devenir ce nanti mégalomane. Son manoir est un vrai musée du cinéma. Notre héroïne y navigue dans un monde d'illusions truffé de références cinématographiques, de Citizen Kane à Goldfinger en passant par Vertigo, Shining, les visiteurs du soir... Les nuits d'Héloïse sont peuplées de rêves mêlant scènes et personnages de cinéma avec le quotidien du manoir. Serait-elle manipulé par Citizen K ? Pourquoi les deux soeurs jumelles deviennent-elles son obsession ? Et surtout, comment Krell a-t-il fait fortune ?

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Accessoiriste
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

14/01/2020 | Alix
Modifier


Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

J’ai retrouvé dans « L'Accessoiriste » tous les ingrédients qui m’avaient tant plu dans « Perceforest », du même auteur (et toujours chez Mosquito). L’histoire est remplie de mystère, et navigue entre rêve et réalité. La grande bâtisse aux couloirs et formes insondables est un personnage à part entière. Les évènements peuvent sembler abscons au premier abord, mais tout s’explique rapidement, jusqu’à un dénouement satisfaisant (mais un peu rapide). J’ai raté un détail graphique sur une des toutes dernières pages lors de ma première lecture, ce qui a affecté ma compréhension, mais une relecture des dites pages a tout remis en place. J’aime beaucoup le graphisme de François Deflandre, ce style un peu anguleux et ces couleurs plutôt vives. Son style est reconnaissable entre mille, et puis je le trouve surtout très esthétique. L’histoire contient de nombreuses références cinématographiques, mais je dois avouer que bons nombres me sont passées au-dessus de la tête (un manque de culture générale de ma part). Heureusement une petite liste en fin d’album clarifie tout ça. Une histoire originale, superbement narrée et mise en image.

14/01/2020 (modifier)