Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Little Bird

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Théocratie versus résistance.


Les flammes d’une révolte. Le feu d’une vengeance. Rien ne semble pouvoir arrêter l’expansion de l’Empire américain, sous le joug d’un gouvernement ultra-nationaliste et théocratique. En Amérique du Nord, la guerre fait rage depuis déjà 30 ans et ne laisse derrière elle que flammes et désolation. Pour Little Bird, le temps est venu de prendre la route. À douze ans seulement, la jeune Métisse parviendra-t-elle à raviver la Résistance canadienne et à découvrir sa véritable identité ? L’auteur canadien Darcy Van Poelgeest nous propose, à travers ce roman graphique d’une grande inventivité, un parcours initiatique et mystique à la découverte des premières nations canadiennes et leurs légendes, mais pas que... Après Dans l’antre de la pénitence, le prodige Ian Bertram nous offre un nouveau voyage graphique aux frontières de la réalité, apportant un psychédélisme mœbiusien à ces contrées sauvages. (Site éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Mai 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Little Bird
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

10/09/2019 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je découvre ces auteurs avec cet album, et c’est plutôt une découverte agréable. Pas exempt de défauts, ce one-shot se révèle néanmoins attirant et original. Le décor est vaguement nord-américain, dans un Canada futuriste. Une théocratie assez sauvage tente d’éteindre les derniers feux d’une résistance exsangue, alors que le dirigeant suprême semble intimement lié à une jeune fille, elle-même issue de la résistance. L’intrigue et le dessin sont foisonnants. Mais l’histoire est parfois obscure – certains passages ne m’ont pas toujours paru assez clairs, même si la trame générale est plus limpide. En mélangeant un univers futuriste SF avec d’autres éléments davantage inspirés de l’univers amérindien, Darcy Van Poelgeest réussit un mixe intéressant, qui donne du cachet à son histoire. D’autant plus que le dessin de Ian Bertram met bien en valeur ces deux univers, avec quelques planches faisant (de façon plus ou moins lointaine il est vrai) penser à Moebius, ou Lucas Varela. Certains détails semblent mal fagotés (certains corps, certains objets – comme les fusils), mais l’ensemble passe vraiment bien. Et la colorisation (qui m’a aussi fait penser aux influences déjà citées) est plutôt réussie. En tout cas, cet album relativement épais, se lit assez rapidement (il n’y a pas tant de texte que cela). Note réelle 3,5/5.

10/09/2019 (modifier)