Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Saigon-Hanoi

Note: 3.21/5
(3.21/5 pour 19 avis)

Angoulême 1993 : Alph-Art du Meilleur scénario Un vétéran du Viet-Nâm et une fillette correspondent lors d'une veillée du nouvel an


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Aire Libre Angoulême : récapitulatif des séries primées Auteurs suisses Cosey Indochine

Un 31 décembre, 23h30, Homer, seul au fond de son chalet couvert de neige, s'apprête à regarder une reportage sur le Viet-Nâm. Le téléphone sonne : Felicity, une fillette, seule elle aussi, veut discuter un peu. Elle allume la télé et suit le même reportage, son coupé. Tous deux, sensibles et peu bavards, parlent de choses essentielles sur le ton d'une conversation anodine entre deux inconnus. Alors que les images silencieuses défilent, la complicité s'installe, un peu de chaleur, des silences, quelques rires. Felicity ignore que le vétéran du reportage, revenu au Viet-Nâm enterrer un passé douloureux, n'est autre que Homer. intéressante, l'idée de la vie du personnage présentée sur plusieurs plans simultanément : les combats au Viet-Nâm, simplement suggérés; le retour là bas 20 ans plus tard, filmé; le vétéran devant son poste, seul, l'hiver en montagne; et Homer vu, ou plutôt deviné, à travers le regard d'une fillette de 11 ans.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 1992
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Saigon-Hanoi
Les notes (19)
Cliquez pour lire les avis

04/11/2001 | Renardrouge
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Rien à dire concernant le dessin de Cosey sur cet album, toujours aussi léché, d'une grande maîtrise et puis une colorisation de folie. Sur la forme, le procédé narratif est original, entre cette conversation téléphonique qui se répond avec le reportage à la télévision. Pour autant je n'ai pas trop compris où voulait nous embarquer l'auteur. Comme l'ont noté plusieurs posteurs, le langage de cette très jeune fille ne correspond pas trop à celui d'une fillette de onze ans. Bon passons là dessus, et contentons nous des magnifiques images du Vietnam proposées par Cosey. Un bel album mais à mon sens un peu vain, que je devrais oublier assez vite.

27/02/2020 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Je continue ma découverte des œuvres de Cosey, mais sur le coup j’ai moins apprécié. Le concept narratif est certes original, avec cette conversation téléphonique qui se superpose aux images du reportage sur le Vietnam… mais voilà, c’est beaucoup trop peu pour moi, il ne se passe finalement rien dans cet album, qui mise surtout sur l’ambiance et les émotions que le lecteur ressentira… ou pas. Or, comme l’explique déjà Mac Arthur dans son avis, je n’ai pas du tout « cru » en cette petite fille de 11 ans qui philosophe sur le sens de la vie avec une maturité implacable. Reste le dessin de Cosey, et là, pas de surprise… les mots me manquent pour exprimer à quel point j’adore son style, cette ligne claire, ces couleurs vives qui donnent vie aux paysages magnifiques que l’auteur adore clairement dessiner. Un régal pour les yeux. Voilà, un moment de lecture sympathique mais très peu marquant en ce qui me concerne.

26/09/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Mouais. Si cet album se laisse lire sans problème, j’ai quand même été moins convaincu que par d’autres du même auteur (je me tape une cure de Cosey en ce moment !). On y retrouve pourtant certains traits caractéristiques du travail de cet auteur suisse. A savoir un dessin très reconnaissable et beau, et une propension à installer ses histoires dans des paysages « naturels », du moins éloignés de l’effervescence des centres-villes. Et aussi une narration au rythme lent, avec peu d’action, et une histoire non pas « sans queue ni tête », mais sans réel début ni fin très claire. Ici, nous retrouvons un vétéran du Vietnam, venu passer le réveillon seul, à l’écart, dans une baraque paumée dans la neige. L’album le voit regarder un reportage télé sur le retour des vétérans dans le Vietnam « d’après », alors même qu’il égrène ses souvenirs (et d’autres considérations) en échangeant au téléphone avec une gamine qui l’a appelé au hasard. On ne sait pas trop ce qui relève du reportage ou de l’expérience propre de ce vétéran. Deux êtres seuls qui se parlent sans se voir ni se connaître (mais qui se redonnent mutuellement de la chaleur humaine), des souvenirs qui remontent à la surface. Comme d’habitude, Cosey brode sur les petits riens, mais ici j’ai peiné à le suivre, c’est un peu trop vide à mon goût. A emprunter, éventuellement. Note réelle 2,5/5.

04/02/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Yannou D. Yannou

La magie des histoires de Cosey... La douceur et la sensibilité de ses personnages vous bercent, et vous ne comprenez qu'en refermant la bd que vous avez passé un moment de lecture entre les nuages. Le monde est toujours un peu plus beau et mélancolique après une de ses histoires.

02/04/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Il y avait très longtemps que je n'avais pas lu une Bd de Cosey depuis Jonathan ; en fait je me suis aperçu que je ne connaissais que cette Bd de lui, il était donc temps que je m'intéresse à ses autres travaux, et d'emblée je vois que le dessin est bien plus maîtrisé, plus travaillé, moins grossier que sur Jonathan, ça fait plaisir, encore que j'aimais bien le dessin sur Jonathan dans sa naïveté. Dès le début avec le décor neigeux, on ne sait pas où on va tomber, ça peut se diriger vers un récit d'aventure ou policier, et puis une fois que Homer est dans sa maison et que la conversation téléphonique s'engage avec la fillette sur fond d'images du Vietnam, le récit prend toute sa dimension et devient tour à tour nostalgique, désenchanté, âpre, lucide, douloureux par endroits... bref très humain et surtout très chaleureux. C'est un récit d'atmosphère à la narration entrecoupée, aux dialogues d'une grande justesse et avec toute la subtilité et la retenue de Cosey, bien mis en valeur par le dessin soigné et la mise en page. Les cadrages, les cases larges de différents formats, et le procédé d'alternance d'images employé dans cette Bd est original et très réussi, ça rend ce récit doux-amer et touchant. Les nombreuses cases muettes ont aussi quelque chose de contemplatif, comme dans pratiquement toute l'oeuvre de Cosey, et on peut d'ailleurs adopter d'abord une phase d'observation en détaillant les images, puis une phase de lecture proprement dite où on découvre le fond de cette histoire. Quant à l'âge de la fillette, ça ne m'a pas dérangé ou étonné, contrairement à ce que signalent certains commentaires précédents ; de mon côté, à 11 ans, j'étais assez précoce, donc je ne trouve rien à redire là-dessus. Un très bel album qui rend serein et confiant dans l'être humain (il en reste encore).

11/02/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Un album qui a un principe assez original : tout le long de l'album, on suit la conversation entre deux personnages et parallèlement on voit des images du Vietnam. Je n'ai jamais vu cela avant (ou alors je ne m'en souviens pas) et je trouve que ce principe est intéressant. Sauf que si j'ai bien aimé la conversation téléphonique (même si la fille de 11 ans semble trop adulte pour son âge, elle aurait du être une adolescente voire même une adulte), les images du Vietnam ne m'ont pas passionné. Il faut dire que c'est muet et parfois je ne comprenais pas certaines actions des personnages. De plus, je n'ai pas trop compris où Cosey voulait en venir et cela m'énerve toujours lorsque je ne comprends pas les intentions de l'auteur.

23/07/2013 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 3/5
L'avatar du posteur DamBDfan

C’est pas trop mal même si j’avoue que je n’ai pas été touché plus que ça. L’idée de départ est intéressante (Une conversation téléphonique entre un vétéran du Vietnam et une jeune inconnue de 11 ans) mais le scénario est un peu trop léger à mon goût ce qui fait que je n’ai pas vraiment ressenti d’émotion. Ceci dit ça reste un beau livre tout de même avec de superbes dessins signés Cosey. Rien que les premières planches muettes avec les décors enneigés valent le détour, c’est nostalgique à souhait sans oublier les paysages ensoleillés du Vietnam vraiment maîtrisés. Ca vaut toutefois la peine de s’attarder dessus si vous en avez l’occase.

19/07/2013 (modifier)
Par herve
Note: 3/5
L'avatar du posteur herve

Cette bande dessinée est un prétexte à nous faire découvrir les paysages d'Extrême-Orient qu'affectionnent particulièrement Cosey. Il y a deux manières de lire ce livre : soit en suivant uniquement les dialogues entre la petite fille, Felicity, et Homer ; soit en contemplant uniquement les vignettes comme on admire le paysage à bord d'un train. Comme les précédents aviseurs, je trouve que l'âge de Felicity ne colle pas du tout avec ce qu'elle dit ou alors celle-ci est bien en avance sur son âge. Comme toujours dans les albums de Cosey, il ressort de la lecture une certaine quiétude teintée de nostalgie. Une bd qui mérite d'être relue.

25/03/2009 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

La structure employée par Cosey dans le présent ouvrage est originale. Alors que les images se rapportent la plupart du temps à un reportage, les dialogues sont ceux d’une conversation téléphonique entre les deux personnages principaux. Bien sûr, il y a un lien entre ces deux histoires et chacune s’enrichit de l’autre. Je n’ai cependant pas le sentiment d’avoir compris le but profond de la manœuvre, et le sens profond de cette histoire. L’ensemble me parait finalement très anodin. Un point par contre qui m’aura bien ennuyé, c’est le personnage de la gamine de 11 ans, drôle, spirituelle, cultivée et se posant de graves questions existentialistes. Désolé, mais je n’adhère pas. Si déjà elle n’avait eu que 13 ou 14 ans, je l’aurais trouvée très précoce, mais alors, 11 ans ! Ce n’est certes qu’un détail mais il change mon regard sur cette héroïne, qui devient subitement bien plus tête à claques car je n’ai jamais pu sentir les miss Je-sais-tout. Le dessin de Cosey reste égal à lui-même mais je préfère les paysages enneigés aux vues du Vietnam. C’est tout à fait personnel mais j’ai quand même le sentiment que les premiers sont ceux que Cosey maîtrise le mieux, et ce depuis toujours.

23/03/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Vous voyez que j'aime quand même Cosey. La preuve, j'ai bien aimé ce récit. Il est tout d'abord très original. Il s'agit d'une communication téléphonique hasardeuse entre une petite fille de 11 ans et un vétéran solitaire de la guerre du Viêt-Nam un 31 décembre. Ils ne se connaissent pas. La petite fille a choisi comme cela dans l'annuaire car elle voulait parler. On ne verra jamais la petite fille en question. Mais sa voix plane sur tout l'album... Par contre, j'ai du mal à imaginer de tels dialogues pour une petite fille de 11 ans à moins d'avoir en face une surdouée. C'est toujours ces situations trop cocasses que je n'aime pas chez cet auteur. On sent un parfum de nostalgie. Mais plus que tout, on souhaite la rencontre de ces deux êtres que tout sépare. La fin demeure toutefois crédible.

25/08/2007 (MAJ le 04/03/2008) (modifier)