Camp Poutine

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Un seul jeu, une seule règle : défendre les intérêts de la Russie.


Russie

Chaque été, des enfants de toute la Russie viennent en séjour au camp Poutine. Au programme, vie en groupe et activités militaires, dans le seul but de les entraîner à devenir de vrais défenseurs de la grande Russie contre ses ennemis de toutes parts : Européens, Tchétchène, Ukrainiens, mais surtout les armées de Daesh. Pour Katyusha, jeune fille un peu secrète, c’est le deuxième passage par le camp. Elle compte bien de nouveau gagner toutes les épreuves du concours pour remporter la rencontre en tête à tête avec Vladimir Poutine. (texte : Bamboo)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Avril 2019
Statut histoire Série en cours (2 tomes prévus) 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Camp Poutine
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

10/05/2019 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Depuis quelques années à présent Aurélien Ducoudray a fait son trou dans la BD, dans un sous-genre mêlant société et fiction, aux côtés notamment de Luc Brunschwig. Son dernier-né est donc un diptyque visant à analyser en creux tout un pan de la société russe d'aujourd'hui, par le prisme d'un junior boot camp à la mode cosaque. Je ne sais pas si cela existe réellement, et le talent premier de Ducoudray est là : si cela n'existe pas, cela pourrait exister. Nous voilà donc en compagnie d'une bande de gamins, ou plutôt d'un groupe, tant ils ne semblent pas unis, et même un peu en compétition pour certains, sous l'égide d'un ancien militaire qui a décidé de créer des jeunesses poutinistes à grand renfort de parcours du combattant et tout le tralala idoine. On est partagé entre l'amusement face à ce culte de la personne un peu suranné, et l'effroi quant à ses effets. Et puis, comme souvent pour ne pas dire toujours avec du Ducoudray, ça dérape, ça dérape même grave. J'ai un peu pensé à sa majesté des Mouches, pour plusieurs raisons : un groupe de gamins presque isolés, de l'endoctrinement, la tentation de la violence... J'ai aussi pensé à ma brève expérience militaire, où j'ai pu brièvement entrevoir l'effet que procure la présence d'une arme entre les mains... Mais je m'égare. Et si je reviens à Camp Poutine, je ne peux que saluer le gros cliffhanger de cette fin de tome, ce qui rend la suite fortement attendue. Comme d'habitude je vais louer le travail d'Anlor, dont c'est déjà la troisième collaboration avec le scénariste indrien (oui, de l'Indre), après Amère Russie et A coucher dehors. La dessinatrice progresse à chaque fois, et même si elle n'est pas, à mon avis, encore arrivée à son meilleur, ce Camp Poutine constitue une étape importante, dans le sens où elle a réussi à se débarrasser presque entièrement de certains tics de dessin pour l'épurer tout en gardant l'expressivité brute qui fait sa force. Je trouve les couleurs un brin trop chatoyantes pour que le dessin en bénéficie totalement, mais je pense que là aussi elle a une marge de progression intéressante. La suite, donc, est très attendue.

10/05/2019 (modifier)