Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Speak

Note: 4/5
(4/5 pour 2 avis)

Mélinda, une lycéenne « ordinaire », nous ouvre son journal intime. Elle présente son année de lycée, ses cours, ses profs, ses relations avec les autres et... son drame.


Adaptations de romans en BD Douleurs intimes Harcèlement scolaire

Avant le grand saut au lycée, une grande fête est organisée pour tous les ados de cet âge. Mélinda a 15 ans, elle se retrouve avec les copains un soir d'été. Elle boit un peu et se laisse approcher par Andy le beau gosse du lycée… Mais voilà, « ça », elle ne le voulait pas et pour cause elle a dit « non ». Elle a refusé, s'est débattue, mais en vain. Elle appelle la police. Mais une fois en ligne, au bout du fil, elle reste muette. Ses camarades, et notamment sa meilleure amie, vont croire qu'elle a juste voulu gâcher la fête. La rentrée arrive et au lycée elle est devenu le paria. Ses anciens amis l'insultent et la méprisent. Incapable d'exprimer ce qu'elle ressent, elle se mûre dans le silence. C'est la chute. Ses parents ne comprennent pas son attitude et ses résultats scolaires s'en ressentent. Seul le cours de dessin l’intéresse, elle dessine ses « bobos », ses monstres, ses angoisses et sa rage. Mélinda ne parle plus, elle est incomprise et perd confiance en elle. Ses journées au lycée sont devenues une torture. Un jour, pourtant, elle parvient à parler... mais bien entendu, c'est une menteuse jalouse !

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Janvier 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Speak
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

31/03/2019 | Erik
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Adaptation d'un roman que je ne connaissais pas. C'est une oeuvre assez dur vu qu'il montre la vie d'une adolescente qui s'est fait violer et le pire s'est que le récit est basé sur la vie de l'écrivaine qui a écrit le roman ! Donc si vous n'aimez pas les histoires tristes, passez votre chemin parce que plusieurs scènes sont très dur émotionnellement tant l’héroïne souffre de son traumatisme et de l'incompréhension de son entourage. Comme l'auteure du roman a basé le récit sur ce qu'elle a vécu le récit sonne 'vrai'. Les personnages et leurs réactions sont crédibles et le ton est juste aussi. Le scénario réussit à parler de sujets graves sans tomber dans un truc larmoyant chiant. La dessinatrice a bien adapté le roman parce qu'à la lecture je n'ai pas ressenti que c'était une adaptation. Le dessin est dynamique et expressif. Bref, si on n'a pas de problème à lire une BD qui parle d'un sujet grave, c'est à lire.

08/06/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Une oeuvre dans la droite ligne de 13 reason why (pour ceux qui connaissent à la fois le roman et la série sur Netflix). Mélinda n'a jamais réussi à parler de son viol tant l'épreuve a été difficile à vivre. Elle est devenue une sorte de paria au sein de son lycée pour avoir appeler la police lors de cette fête où elle avait trop bu et où l'on a abusé d'elle. Cependant, elle n'est pas aller jusqu'au bout de sa démarche de dénonciation. Du coup, elle va perdre progressivement ses amies et ses parents sont trop éloignés de ses préoccupations. Ses résultats scolaires vont chuter sauf dans une seule matière à savoir les arts plastiques qui laissent s'exprimer ses émotions cachées. Elle sera même victime d'harcèlement scolaire. C'est une oeuvre qui s'étale sur presque 400 pages. C'est long car on va avoir droit à beaucoup de souffrances qui s'expriment autrement que par des mots. Les victimes ont souvent du mal à se faire entendre après une agression. C'est également très difficile de voir son bourreau tous les jours dans le lycée et qu'il fait comme si de rien n'était en étant sûr de sa supériorité. La beauté masculine n'excuse pas tout bien au contraire. C'est comme un journal intime qu'on lit entre les mains. C'est touchant sur un sujet tabou. Le ton reste toujours juste sans tomber dans le pathologique. Une oeuvre qui mériterait d'être un peu plus connue car utile pour une prise de conscience. Non, c'est non !

31/03/2019 (modifier)