Stanley

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Biographie du célèbre explorateur Henry Morton Stanley, de ses premières navigations entre l'Angleterre et l'Amérique à sa découverte du continent africain à la recherche du docteur Livingstone.


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune 1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Biographies Journal Spirou

Ayant grandi dans un orphelinat cruel en Angleterre, John Rowlands trouve le moyen de s'en échapper lorsqu'il se fait embaucher comme matelot sur un navire en partance pour l'Amérique. Là-bas, il rencontre celui qui deviendra son père adoptif : Henry Morley, dont il prendra le nom. Aux Etats-Unis, il découvre une nation divisée par le problème de l'esclavage. Sudiste malgré lui, il prend pourtant parti pour Lincoln et les anti-esclavagistes lors de la guerre de Sécession. Soldat de grand courage, c'est quand il se met en tête de raconter par écrit les combats dont il est témoin qu'il se fait engager comme reporter dans un grand journal américain. Sa réputation de reporter grandissant au fur et à mesure des années, c'est tout naturellement vers lui que se tourne la reine d'Angleterre lorsqu'elle cherche à retrouver le docteur Livingstone, missionnaire parti en Afrique du Sud dont on est sans nouvelles depuis des années. Stanley accepte, sans se douter qu'il s'engage dans le plus grand défi de sa vie...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 1954
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Stanley
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

19/02/2019 | Josq
Modifier


Par Josq
Note: 3/5
L'avatar du posteur Josq

Paru dans le journal de Spirou en 1953, ce dyptique consacré à l'aventurier Stanley fait partie des oeuvres méconnues d'Hubinon, célèbre dessinateur des excellentes sagas Buck Danny ou Barbe-Rouge. Ici, ce n'est pourtant pas avec Charlier qu'il fait équipe, mais avec Octave Joly, connu, entre autres, pour avoir scénarisé plusieurs histoires qu'on trouve dans "Les Belles histoires de l'Oncle Paul". C'est effectivement un récit très approchant de ce qu'on a pu lire dans cette dernière saga que l'on retrouve ici. Le problème, c'est que, visiblement, la vie de Stanley est d'une densité telle qu'il apparaît presque impossible de la dépeindre sous forme de bande dessinée. Pour cela, il faut faire des choix, être capable de faire des impasses sur certaines périodes de sa vie pour en mettre d'autres en avant. Peut-être Joly l'a-t-il fait, mais à lire le résultat final, il n'a pas l'air d'avoir trop su se décider. De fait, c'est un des principaux problèmes des albums (surtout du premier) : le récit a peu, voire pas, de fil directeur. On passe d'une péripétie à l'autre, parfois sans crier gare, Joly se reposant un peu trop sur le récitatif en cartouche pour combler des ellipses pas toujours très maîtrisées. Cela se ressent particulièrement dans les moment dramatiques où, tout-à-coup, l'auteur ne sait plus comment raconter une séquence tragique, et expédie en deux ou trois cases la mort d'un personnage secondaire, ou bien les retrouvailles entre une mère et son fils. Et c'est d'autant plus dommage que lorsqu'il prend le temps de s'étendre sur un événement ou particulier, Joly montre qu'il peut maîtriser sa narration et la bande dessinée en devient beaucoup plus captivante. Au niveau du dessin, en revanche, rien à redire. C'est du Hubinon, et on retrouve ici son aspect très réaliste, qui rend la BD particulièrement belle et agréable à lire. Même si la narration peine à rendre le récit très vivant, l'ensemble s'avérant un peu trop statique, le dessin, lui, fonctionne de la première à la dernière case, et donne tout son souffle à une histoire qui n'en manque pas. Tout ça nous donne donc un dyptique assez inégal, dont le premier tome peine à convaincre, à cause d'une intrigue à la fois trop dense et éclatée, aux péripéties néanmoins toujours entraînantes, mais dont le deuxième tome corrige pas mal d'erreurs, puisqu'il est consacré à un seul voyage, celui-là même qui mènera Stanley à écrire dans les pages de l'Histoire la rencontre la plus célèbre rencontre qui eut lieu sur le continent africain. Et même si les ellipses n'y sont pas encore parfaitement gérées, le fil directeur est ici beaucoup plus solide, puisqu'il nous intéresse à un voyage ayant un élément déclencheur, un déroulé plein d'aventures en tous genres, et un aboutissement. Au bilan, rien de très exceptionnel, il manque à cette biographie l'étincelle d'un Jijé, mais ça reste une BD très méconnue qui mérite qu'on y jette au moins un coup d’œil. Ensuite, les plus passionnés jugeront d'eux-mêmes si elle mérite un achat ou non.

19/02/2019 (MAJ le 19/02/2019) (modifier)