Star Wars - Docteur Aphra

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Nouvelle série Star Wars consacrée au Docteur Aphra, ancienne collaboratrice de Dark Vador.


Guerres interstellaires Star Wars

Le Docteur Aphra a survécu à sa rencontre avec Dark Vador. Toujours accompagnée par Triple-Zéro, BT-1 et le chasseur de primes wookie Krrsantan, elle part à la recherche d'artefacts oubliés. C'était cependant sans compter sur l'ingérence de son père...

Scénariste
Dessinateurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 29 Novembre 2017
Statut histoire Série en cours 3 tomes parus
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Star Wars - Docteur Aphra
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

10/10/2018 | Le Grand A
Modifier


L'avatar du posteur Le Grand A

La série Docteur Aphra aurait pu figurer au catalogue de la collection « Le Côté Obscur » à l’époque où Delcourt / Dark Horse publiaient les comics de Star Wars. Le personnage éponyme, même s’il possède une personnalité ambiguë, et on le verra, incohérente, penche tout de même largement du côté sombre de la Force. Aphra est d’abord apparu dans la série consacrée à Darth Vader avant d’avoir droit elle aussi à son propre comic book. J’en profite pour apporter mon premier bémol à la série : difficile de comprendre tout les tenants et les aboutissants de l’histoire si on ne s'est pas farcie telle ou telle autre série de la saga, tant les crossover sont nombreux. Ainsi, entre les deux tomes que compte actuellement Docteur Aphra, certains évènements ont eu lieu dans une autre série Star Wars intitulée La Citadelle Hurlante, et qui ont des conséquences sur l’histoire du tome 2 qui donc n’enchaîne pas directement sur la fin du premier tome. C’est un peu fort de café je trouve. Mais bon… c’est une des incompatibilités entre le système de publication américain et franco-belge. Bref, j’ai eu du mal à m’attacher ou même à simplement comprendre la psychologie du personnage. J’ai rien contre les méchants, j’aime bien Darth Maul et Palpatine, ou les faux méchants comme Boba Fett et Dooku. Seulement nous avons là une héroïne qui n’a pas le moindre scrupule à tuer ceux qui se mettent en travers de sa route, par exemple, ou qui trompe père et mère pour des motifs purement vénaux, mais qui d’un autre côté compatit à la destruction d’une planète ou de la mort de milliers d’innocents, et pour une raison que la raison ignore, cherche parfois à faire « le bien ». Pour moi il s’agit tout simplement d’un manque de « burnes » des scénaristes qui s’inscrivent dans la logique d’écriture de la firme pour laquelle ils travaillent : Disney / Marvel. Cette compagnie, même quand elle essaie de faire du film ou série avec un héros « méchant » type Deadpool ou Venom, se vautre lamentablement et finie toujours par faire du super héros gentil classique. Avec Docteur Aphra c’est un peu pareil : elle est individualiste, égoïste et sans scrupule, plutôt une mauvaise personne, mais j’avais vraiment complètement, on ira jamais au fond des choses. Il y aura toujours ce petit truc, cet acte bienfaiteur qui permet aux lecteurs de s’y accrocher et d’en faire une sorte de fausse-gentille, fausse-méchante. Du coup on ne comprend pas toujours ses réactions. Et puis d’ailleurs le fait qu’elle soit lesbienne et certainement un choix politique (vu la mode et les débats actuelles en occident) plutôt que vraiment scénaristique, parce qu’entre nous, on s’en bat les reins vu que dans Star Wars il n’y a jamais de cul, alors à quoi bon préciser les orientations sexuelles des unes et des autres ? Bref, un nouveau personnage à potentiel mais finalement passable. Je dis bien qu’Aphra avait du potentiel car pour qui aime explorer l’Histoire et la mythologie Starwarsienne, il y a de quoi écrire des histoires très sympa avec cette Indiana Jane d’une Galaxie lointaine, très lointaine… J’aimais beaucoup les Tales of the Jedi de l’époque Dark Horse qui remontaient à plus de 4000 ans avant l’épisode IV et la bataille de Yavin. Tous ces personnages, ces Jedi, ces nouvelles planètes, les guerres des siths, les guerres mandaloriennes, étaient très plaisant à suivre, et je me dis qu’avec Aphra il y a moyen d’explorer le « nouveau » passé officiel de la saga made in Disney (tout ce qui a été écrit ou presque par Dark Horse étant considéré comme nul et non avenu). Mais pour l’instant je trouve que ça manque de surprise, d’inattendu dans ce premier dyptique. On part à la recherche d’une cité perdue, on va d’un point A à un point B qui doit conduire au point suivant. C’est aussi intriguant qu’un National Treasure… (et ce malgré le petit clin d’œil sympa aux Aventuriers de l'Arche perdue). Les graphismes n’aident pas beaucoup il faut dire. Ce n’est pas moche, loin de là, mais pour moi c’est encore à ranger dans la catégorie des comics « random ». J’aime bien les illustrations du japonais Shirahama, dommage qu’il ne dessine pas. Kev Walker livre un travail honnête, son découpage est très cinématographique mais, « MY God ! », il y a décidément des trucs qui ne passent pas : pitié, les Chewbacca, R2-D2 et C3PO maléfiques en guise d'acolytes. Sérieusement ?!

10/10/2018 (MAJ le 10/10/2018) (modifier)