Nailbiter

Note: 4/5
(4/5 pour 2 avis)

Souhaitant prouver la culpabilité d'un tueur en série acquitté par les juges, l'inspecteur Carroll du FBI se rend dans le fief de ce dernier, une ville où une quinzaine de serial killers sont originaires


Image Comics Serial killers [USA] - Côte Ouest

Buckaroo, Oregon, a donné naissance à 16 des plus dangereux serial killers des États-Unis. Cette ville nourrit l'obsession de Caroll, profiler au FBI, depuis que le dernier « boucher de Buckaroo », Edward « Nailbiter » Warren, a été acquitté au tribunal et lui a filé entre les doigts. Comment une si petite ville a pu voir émerger tant de meurtriers ? Finch, agent à la NSA, doit rejoindre Caroll pour élucider cette énigme sur place. Mais quand il arrive, son ami a disparu. Et le seul qui peut l'aider à le retrouver n'est autre que le diable en personne : Warren. Joshua Williamson (Ghosted) et Mike Henderson (Venom, TMNT) portent une réflexion sur le phénomène des serial killers aux États-Unis à travers un thriller haletant, mêlant le mystère de Twin Peaks à l'horreur de SE7EN. Nailbiter a été élu par le magazine USA Today meilleur comics d'horreur 2014.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 29 Juin 2016
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série Nailbiter
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

04/12/2017 | Erik
Modifier


Par McClure
Note: 4/5

Voilà ce que j'appelle un très bon comics. L'histoire de base, cette petite ville de l'Oregon, toujours sous les trombes d'eau, est tristement célèbre pour être le berceau de 16 serial killers. Une agent du FBI enquêtant sur cette "anomalie" suite au non lieu de l'un d'eux va disparaître et plonger son ami, agent de la NSA à sa recherche. Celui-ci va s'associer avec la shérif locale pour résoudre cette enquête. Les personnages sont intéressants, de Finch, spécialiste es torture pour la NSA, attendant son procès pour avoir malencontreusement tué son dernier patient, à Crane, shérif(e) acariâtre qui a entretenu une liaison avec l'un d'eux, en passant par tous les protagonistes qui disparaîtront progressivement avec leur folie et leurs secrets. C'est très bien conduit, la narration est efficace. On est entre Seven pour le côté serial killers et Walking Dead pour les personnages barrés et le côté survival. Le dessin est typique comics mais très bien réalisé. Les ambiances sont bonnes. Un poil plus de détail dans les décors aurait pu donner une plus grande immersion. Mais ne boudons pas notre plaisir, c'est du tout bon. Je mets un tout petit bémol, je trouve les enquêteurs trop souvent surpris et presque naïfs alors qu'au moins Finch devrait être aguerri. Une facilité pour dérouler le scénario, pas trop gênante pour autant. Les auteurs nous tiennent en haleine jusqu'au bout.

17/01/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Les comics, c’est comme les mangas : il y en a des bons et des mauvais. En l’espèce, nous avons un titre qui semble sortir du lot avec toutes mes faveurs. Ce n’était pourtant pas aussi évident au vu du synopsis. Nous avons une petite bourgade perdue des Etats-Unis qui a la particularité d‘avoir vu naître pas moins de 16 serial-killers à travers les siècles. Il y a comme une espèce de malédiction si bien que chaque habitant peut avoir une parenté avec l’homme qui a tué telle victime parce qu’elle se rongeait les ongles. Le titre nailbiter ne trompera pas sur la marchandise (nail veut dire ongle en anglais pour ceux qui n’auraient toujours pas compris). Il est clair qu'après cette lecture, l'envie de se ronger les ongles va vous passer. Pour le reste, on aura droit au duo de choc entre la shérif qui s’est un peu laissé aller durant sa jeunesse avec de mauvaises fréquentations et le flic accusé de meurtre. Rien que cela. Evidemment, on ne va pas s’ennuyer au gré de cette enquête qui va se révéler assez passionnante car des rebondissements sont à prévoir. C’est assez bien agencé et le dessin n’est pas vilain. Pour le reste, il fallait y penser à ce village au tourisme un peu macabre. C’est cela où les faux miracles ! Bref, c'est à s'en mordre les doigts !

04/12/2017 (modifier)