Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'Impératrice rouge

Note: 3.07/5
(3.07/5 pour 15 avis)

Un décor de vieille Russie typique où toute la tradition des Tsars a perduré…mais dans un univers futuriste. Au centre des vastes steppes glaciales d’une Russie renaissant de ses cendres, seul le son du toscin déchire le silence de la forteresse d'Okaba, la cité aux mille cloches…


Jean Dufaux Russie

Un décor de vieille Russie typique où toute la tradition des Tsars a perduré…mais dans un univers futuriste. Au centre des vastes steppes glaciales d’une Russie renaissant de ses cendres, seul le son du toscin déchire le silence de la forteresse d'Okaba, la cité aux mille cloches… Les couloirs du palais sont témoins d’un conflit entre un homme et une femme… L'Impératrice Rouge. Ce conflit va engager la vie de tout un peuple.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Août 1999
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série L'Impératrice rouge
Les notes (15)
Cliquez pour lire les avis

25/11/2002 | nao
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Dufaux publie beaucoup – beaucoup trop serais-je tenté d’écrire, eu égard à l’inégalité de sa production. Avec cette « Impératrice rouge », on est plutôt dans le haut du panier des séries de cet auteur. Il utilise plutôt intelligemment la trame historique de la Russie, qu’il transpose dans un futur indéfini (y sont mélangés certains éléments du passé, du présent, et d’autres clairement futuristes – d’où le classement en Science-Fiction : le personnage de Rostan est caractéristique de cet aspect). La Grande Catherine de Russie, bien sûr, le XVIIIe siècle russe, avec les cosaques zaporogues (qu’Apollinaire avait joliment mis en vers), les intrigues de cour, tout y est. Dufaux y ajoute des personnages clés de l’histoire postérieure de la Russie (Staline, Lenine, Trotsky, etc), des éléments de la culture russe (Jivago est évoqué, des auteurs russes apparaissent dans des expressions ou jurons, comme Lermontov, etc), et bien des choses font référence à la fin de l’URSS (comme le cimetière de navires et sous-marins militaires des « Grandes catacombes » entre autres). Toutes ces références n’alourdissent pas l’intrigue, et ne sont utilisées que comme des clins d’œil, amusants. En tout cas l’histoire, sans être des plus originales, se laisse lire agréablement. Le dessin d’Adamov est lui aussi réussi, avec les têtes de certains personnages qui ressemble parfois à ce que faisait Bilal dans la trilogie « Nikopol ». A noter une grossière erreur sur la couverture du troisième tome : Adamov s’est trompé de côté pour la jambe de bois de Rostan… Une série sympathique, que j’ai lue avec plaisir. Note réelle 3,5/5.

22/08/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Normalement, je ne devrais pas aimer ce genre de série, car je n'apprécie guère les récits historiques transposés dans un univers de SF, comme par exemple Le dernier Troyen.. De plus, j'ai appris à me méfier de Dufaux qui m'a déçu avec des séries plus récentes. Mais ici, je trouve étrangement, et je me surprend moi-même en disant ça, que ça fonctionne mieux que dans d'autres tentatives de ce type. C'est un peu surprenant au départ pour un gars comme moi qui aime tant l'Histoire, de voir cette Russie ancienne projetée dans une époque futuriste, car l'ensemble est à peu près conforme à la réalité historique lors de cette rivalité entre le tsar officiel Pierre III et son épouse l'impératrice Catherine qui deviendra la grande souveraine que l'on sait après s'être débarrassée de cet époux encombrant, brutal, arrogant et surtout dénué de tout sens politique. D'après la bio que j'ai lue sur Catherine II, les auteurs ont donc dressé ici un portrait assez fidèle à son caractère : alors qu'elle est négligée avant et après son mariage, elle saura mettre à profit ses loisirs pour s'imprégner des idées des Lumières. Elle saura malgré son amour de la gloire, ses frasques et sa sexualité débridée, ménager la susceptibilité des Russes, se démarquant ainsi de son époux jugé trop germanophile, ce qui facilitera son accès au pouvoir en 1762, grâce à un coup d'Etat mené avec détermination par son amant Grigori Orlov. Tout ceci est habilement transposé dans un contexte de Russie moderniste qui n'annihile pas ou n'étouffe pas l'aspect historique, je dirais même qu'il est assez discret. On comprend que Adamov a dessiné Les Eaux de Mortelune et qu'il a été marqué par cette série, puisque j'ai retrouvé dans cette Bd un monde décadent, un goût du baroque, du sang, de l'érotisme un peu tordu, des décors pourrissants, des personnages pittoresques, excentriques, saisissants ou hideux... bref tout un univers que Dufaux qui a remplacé Cothias, n'a eu aucun mal à mettre en place. Il reprend à peu près les mêmes recettes que dans Mortelune, sauf que la Russie futuriste remplace le Paris décrépit, dans une sorte d'opéra baroque à l'atmosphère intemporelle, où Adamov envoûte toujours autant avec son dessin d'une grande finesse, avec des images parfois bien dégueu.. Je ne dirais pas que je raffole de ce genre d'univers, mais je l'accepte mieux parce que le côté historique est respecté et qu'il n'est pas noyé par la SF, le personnage de Catherine étant aussi assez fascinant. Je n'aurais pas cru être capable d'apprécier une telle Bd, mais attention, je préfère cependant la lire en bibli et non la posséder..

14/07/2015 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 4/5

Etrange saga que voici. Il y a un peu de tout dans cette BD : des faits historiques remaniés à la Dufaux, du fantastique, de la science fiction, un monde post-apocalyptique, une Russie futuriste avec des éléments du passé, présent, futur, des personnages bizarroïdes, quelques scènes de sexe crues...Bref, l'univers est très riche, c'est à la fois intriguant, déroutant et délirant. L'imagination de Dufaux est ici, débordante et Adamov met parfaitement en image cette histoire de guerre entre l'impératrice Catherine et son mari l'empereur Pierre. Une lecture très plaisante !

20/10/2014 (modifier)
Par jul
Note: 4/5

Certes c'est moins bon que Les Eaux de Mortelune mais excellent tout de même. Adamov et Dufaux ont fait du bon boulot. C'est passionnant de bout en bout et les 4 tomes se lisent d'une traite. J'adore ce type de série "historique" (le côté science-fictionnel est une façade) fait de coups bas, d'alliances et de trahisons. Un petit côté sadique ou sexuel de temps en temps, typique de ces 2 auteurs... J'adore.

06/10/2014 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Je diverge de la majorité des avis précédents. J'ai relu cette BD récemment et je lui trouve de nombreux points positifs. Tout d'abord le dessin d'Adamov qui est juste parfait avec des trouvailles assez sympas: la base des sous marins nucléaires, les profondeurs du "Kremlin", etc.. Concernant l'histoire, elle n'est pas si mal que cela. Certes elle transpose de manière très romancée l'accession au trône de Russie de la grande Catherine et qui plus est dans un univers futuriste et un brin post apocalyptique et je peux comprendre que cela en déstabilise plus d'un. Mais justement c'est là toute la force de cette histoire qui permets aux auteurs de se lâcher tout en conservant le fil de leur sujet. Je ne trouve pas que l'on parte dans tous les sens, au contraire, les différents protagonistes ont leurs mots à dire et l'univers dans lequel ils évoluent est bien retranscrit. J'aurais pour ma part souhaité approfondir quelques thèmes abordés: cette fameuse base de sous marins, les tractations entres tribus rebelles; mais bon là encore pas mal joué, à moi de me faire ma petite histoire. Il est tout de même bien qu'une Bd vous permette de faire travailler votre imaginaire ou tout du moins de ne pas être oubliée dans les instants qui suivent. Dans la production pléthorique actuelle cette série déjà ancienne est surement à redécouvrir. (J'espère que Vladimir ne vends pas de vieilles ogives!!)

19/03/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Dufaux semble aimer les scénarios qui mélangent la science-fiction et l'histoire. Ici, c'est un genre de Russie futuriste où le tsar gouverne encore. J'ai bien aimé le dessin même si je n'aimais pas trop la tête des personnages. En effet, j'aime bien les décors et les costumes des personnages. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai emprunté cette série. Malheureusement, le scénario s'est vite révélé sans intérêt. Aucun des personnages n'aient attachants et la plupart du temps le seul truc intéressant avec eux étaient leurs design. Le scénario devient vite une suite d’événement dont je n'ai pas toujours compris les aboutissement et au final j'ai trouvé l'histoire banale.

20/01/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Je ne suis pas un grand amateur des scénarios de Dufaux, et cette Impératrice Rouge n’est pas de nature à me faire changer d’avis. En effet, si la série parvient à créer un univers intéressant, avec cet URSS de science-fiction, mélange de différentes périodes historiques et d’anticipation classique, elle pêche franchement par un manque de charisme de ses personnages (sans intérêt, peu attachants ou même totalement ridicules) et par une juxtaposition de péripéties très prévisibles. Cette intrigue se voudrait jeu d’échec, mais les puissances des deux opposants finissent par être tellement disproportionnées que la conclusion n’offre réellement aucune surprise ni même le moindre suspense. Restent un agréable théâtre, deux trois bonnes idées et le trait d’Adamov pour maintenir mon faible intérêt jusqu’au terme de ces quatre tomes. Au sujet de ce dernier point, Adamov reste fidèle à son style traditionnel. Son trait est fin, froid, très lisible et dégage une certaine élégance. Aujourd’hui, il peut paraître démodé à plus d’un jeune lecteur mais il est très typique du style courant des années ‘80.

22/02/2010 (modifier)
Par Jugurtha
Note: 3/5

Une vision décalée et intrigante de la Russie, transposée par un Dufaux en bonne forme dans un univers futuriste, voilà qui promet, d'autant qu'il est associé au dessinateur de Les Eaux de Mortelune, Adamov, rompu donc à la description de mondes en pleine décadence. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les sphères du pouvoir que nous décrit le scénariste sont peu brillantes : la caste régnante se déchire autour de l'Impératrice Catherine et de son mari, les deux époux se vouant une haine sans borne, ce qui nous vaut des scènes particulièrement insolites et crues. Mis à part des personnages pleins de folie, les retournements de situations ou autres trahisons ont tout de même un peu de mal à maintenir l'attention sur quatre tomes, d'autant qu'il y a finalement peu d'action spectaculaire pour un récit qui se centre avant tout sur des luttes de palais. Ceci dit, le tout est bien mené, avec un sens du dialogue jamais démenti qui sert une galerie de personnages vraiment troubles qui valent le détour. Le dénouement de l'histoire est particulièrement bien senti, et vaut une morale ironique pleine de saveur. Le dessinateur illustre ce récit avec un solide métier, ne lésinant sur aucun détail pour créer cet univers sombre, suintant la crasse et la violence. Il rend à merveille les situations pleines de malaise imaginées par Dufaux et offre une grande lisibilité à cette série. Bref, il y manque peut-être un peu d'épaisseur, mais cette histoire possède un univers bien à elle, et mérite rien que pour cela le détour.

05/09/2007 (modifier)
Par jb
Note: 2/5

Quel dommage. A la lecture de la série on est déçu, pourtant tout est là dès le départ. Un cadre fort, une héroïne charismatique, un joli coup de crayon. On a envie d'y aller dès le premier tome. On est pris d'entrée dans cette lutte pour le pouvoir. Même les anachronismes sonnent juste. Mais plus la série avance et plus la qualité baisse, le scénario se délie en une succession d'évènements anodins, certains personnages manquent cruellement d'envergure par manque de détails et la qualité du graphisme est elle aussi en chute libre. Dommage car à la lecture du premier tome on a vraiment de l'espoir.

30/03/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Quatre tomes pour une vision audacieuse du règne de la grande impératrice Catherine et des tensions qui ont émaillé sa prise de pouvoir. Une vision qui puise, dans les siècles passés et à venir, les ferments de cette prise de pouvoir. Cette fresque fantastique allie passé, présent et futur pour imaginer un contexte historique sur mesure à cette prise de pouvoir étonnante. J'ai apprécié cette ambiance fantastique, ces personnages typés, ces événements qui sont en en phase avec notre actualité. Autant d'éléments qui facilitent la lecture de cette série qui voit ici son premier cycle se clôturer... mais dont l'intrigue est suffisamment dense pour autoriser toutes les suites. Quatre bons opus pour une belle "saga" où, au fil des pages, se côtoient science-fiction et nostalgie, splendeur et misère. Un opéra baroque où chacun excelle dans sa folie... et même un peu les auteurs ?... Un "bon" 3,5/5.

11/02/2007 (modifier)