Tu n'as rien à craindre de moi

Note: 1.33/5
(1.33/5 pour 3 avis)

C'est l'histoire des meilleurs moments de l'amour : ils se rencontrent, se regardent, se parlent des nuits entières, s'aiment sans cesse... Il la peint, elle s'amuse à être peinte... Et après ?


Love Stories Sfar

C'est l'histoire des meilleurs moments de l'amour : ils se rencontrent, se regardent, se parlent des nuits entières, s'aiment sans cesse... Il la peint, elle s'amuse à être peinte... Et après ? Véritable portrait d'un couple contemporain, cet album traverse les questions éternelles de l'amour et les éternelles questions de son auteur : l'art, la religion, l'amitié. Le mot de l'auteur : « C'est si fréquent, de traverser sans trembler de vrais drames de vie, et d'être fichu par terre par une bête histoire d'amour. D'une façon ou d'une autre, cet album de bandes dessinées essaie de trouver comment on s'en remet, comment on retrouve le sourire. »

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Avril 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Tu n'as rien à craindre de moi
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

13/05/2017 | Ro
Modifier


Par sloane
Note: 1/5
L'avatar du posteur sloane

J'ai l'impression que depuis quelques années Joann Sfar fait partie de ces auteurs qu'il est de bon ton de porter au pinacle. Quelle que soit l’œuvre qu'ils nous proposent une certaine coterie se pâme, crie au génie et s'esbaudit. Sur ce coup là, ne comptez pas sur moi. La BD, les films, les livres de cet acabit contentent sûrement une élite, encore que. Ici tout n'est que propos décousus, pseudo tout ce que l'on voudra avec la petite touche anti-ceci anti-cela mais sans que cela ne fasse trop de vagues. Comble du culot, notre pseudo peintre intello fait même des blagues sur les juifs. Si moi je m'insurge contre la politique d'Israël vis-à-vis des Palestiniens, je serais taxé d'antisémite ! Dès lors que c'est J. Sfar c'est fabuleux cette capacité à prendre du recul sur soi même. Franchement je trouve, et cela n'engage que moi, que cette BD est une bouse. Le contenu, bon nous en avons parlé, discours autocentré ; signe annonciateur de la grosse tête qui pousse ? Et puis le dessin je n'ai jamais été un grand fan, pour vous en convaincre, voyez un peu mes autres avis. Que les bobos et autres lisent s'ils le souhaitent, c'est pas prêt de les rapprocher du bon peuple cher à notre président, mais au fait veulent-ils vraiment s'en rapprocher ?

23/12/2018 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Autant j'aime bien Le Chat du Rabbin, autant je n'aime pas cette nouvelle oeuvre. D'ailleurs, c'est une tendance que je dois bien avouer dans un élan de sincérité: je n'aime plus trop ce qu'il fait actuellement. C'est un peu comme ces relations passées qui étaient très belles et qui désormais apparaissent comme assez fades. C'est justement un propos désordonné et brouillon sur tout et rien avec un regard pseudo philosophique. Pour autant, cela doit bien fonctionner pour un public assez intello et avec un esprit bohème. C'est certes une ode à l'amour mais j'ai vu des choses beaucoup mieux construites sur le même thème. Je ne suis pas fan de ce style. Cela va un temps mais après, il faut passer à autre chose.

01/04/2018 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

L'artiste se laisse aller, il part en roue libre et épanche les idées et les dialogues comme ils lui viennent. Dans un ensemble très décousu, Sfar met en scène un artiste-peintre-cinéaste amoureux et passionné, sa compagne belle et érudite avec qui il peut discuter à mots poétiques et savants comme dans un film Nouvelle Vague, l'amie de cette dernière avec qui elle discute shopping, religion et peuple juif, et le microcosme très bobo qui les entoure. Le tout avec beaucoup de baise et de discussions à poil. Ça parle philosophie, amour, art, peuple et culture juive puis finalement chagrin d'amour, comme dans une pièce de théatre où l'on se sait observé et où l'on joue son propre rôle en déclarant "regardez-moi, écoutez-moi, ce que j'ai à dire a de l'importance". Eh bien cela a probablement de l'importance pour l'artiste-auteur lui-même, mais pour le lecteur c'est assez ennuyeux, égotiste, trop décousu pour donner vraiment de plaisir de lecture et le dessin n'est absolument pas pour me plaire.

13/05/2017 (modifier)