Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Nemo

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 9 avis)

20 000 lieues sous les mers... Un grand classique!


Adaptations de romans en BD Jules Verne Sous la mer Treize Etrange

Sillonnant les mers à la recherche d'un terrorisant monstre marin, le professeur Aronnax et ses compagnons tombent à l'eau au cours d'une attaque impromptue. Alors qu'ils se croient perdus au beau milieu de l'océan, ils sont recueillis par le mystérieux capitaine Nemo à bord du Nautilus. Peu à peu, de bonne grâce ou à contrecoeur, ils en découvrent les arcanes et l'étrange équipage.

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2001
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Nemo
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

25/10/2002 | Arni
Modifier


Par Jetjet
Note: 5/5
L'avatar du posteur Jetjet

Il n'est pas toujours si aisé d'adapter un classique de la littérature. C'est pourtant le pari de Brüno à l'aube des années 2000 alors qu'il n'était pas encore la superstar des Tyler Cross de Fabien Nury ou de ses nombreuses fructueuses collaborations avec Appollo. En se réappropriant le récit maritime de Jules Verne, 20 000 lieues sous les mers, Brüno prend le pari de simplifier l'histoire sur la première moitié pour mieux s'en détourner dans une seconde partie qui scandalisera les puristes mais ravira les audacieux. En effet après tout, son récit fleuve de 160 pages s'appelle Nemo comme le fameux Capitaine du Nautilus et ne conserve pas le titre d'origine ce qui aurait pu nous mettre la puce à l'oreille. Il s'agira en effet de la même aventure connue de tous mais sur une voie parallèle. Les personnages sont perçus différemment mais les rôles principaux restent identiques : on y trouve le Professeur Aronnax qui sera émerveillé par la technique et les découvertes aquatiques, Ned Land, l'homme de main épris de liberté et le sage domestique féru de culture, le bien nommé Conseil. Et évidemment Nemo représenté comme le diable ou le mal absolu dans ses premières apparitions mais surtout un redoutable tacticien ou calculateur au remarquable sang froid quelque soit le danger. Et il s'en passe des choses sur ses 4 tomes dessinés de main de maître par un auteur qui signait ici sa première grosse réussite sur près de 160 pages, un dépaysement total dans un monde bleu silencieux enchanteur mais également parfois terne comme pour mieux distinguer le monde du Nautilus de la civilisation au dessus constamment belliqueuse et agressive. Le dessin de Brüno est comme toujours toujours aussi lisible dans le découpage que dans le trait simple mais précis. Chaque menace utilise un fond rouge comme pour contraster avec le bleu vert marin, Nemo communique avec son équipage constitué de clones par des signalisations ou onomatopées. Le résultat est à la fois intriguant et séduisant. Et lorsque l'on s'éloigne du récit d'origine par quelques artifices surprenants qu'il serait bien dommage de relever ici, c'est pour mieux nous en imprimer la rétine et la mémoire par une certaine forme de mélancolie dont seul Brüno a le secret et qu'il utilise savamment. Il est à noter que les couleurs de Laurence Croix sont réussies mais que l'intégrale en noir & blanc remontée pour une édition dite à l'italienne est tout aussi savoureuse mais quelque soit la version que vous lirez, attendez vous à un petit chef d'oeuvre ni plus ni moins.

02/06/2020 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Comme il a été précisé ci-avant, ce Némo n’est pas une retranscription fidèle de celui de Jules Verne. Ce personnage est emprunté librement par Brunö. L’auteur cadre souvent ses récits dans un climat de violence et la guerre y est propice. Pas étonnant dès lors de voir des cuirassés donnant le change au Nautilus. Je suis assez admiratif devant le trait de Brunö qui allie simplicité et originalité. C’est aussi un créateur d’ambiances. Les fonds sous-marins, le sous-marin en lui-même sont bien mis en avant. Comme dans d’autres de ses œuvres, il use également de dialogues idéographiques qui donnent un cachet supplémentaire au récit. Bref, voici un bon récit d’aventures mais qui n’est pas celui imaginé par Jules Verne. Un autre Némo en quelques sortes . . . A découvrir !

20/11/2008 (modifier)
Par Tetsuo
Note: 4/5

Surprenante adaptation de Vingt mille lieues sous les mers, qui se désolidarise complètement du roman de Jules Verne à la fin du 2e tome. En effet, et sans révéler l'intrigue, un personnage important trouve la mort au cours de l'histoire alors que dans le roman d'origine, il a une place importante dans la suite des aventures. J'ai par hasard eu l'occasion de lire cette BD quelques temps après avoir lu le roman et c'est fascinant de pouvoir observer l'appropriation que ce fait Brüno de l'univers de Jules Verne. Les 2 premiers albums sont quasiment des adaptations fidèles du roman puis l'auteur se détache de la trame d'origine pour aborder une autre vision du voyage de Nemo et de ses compagnons ... et je dois dire que le résultat n'est pas choquant mais plutôt intéressant (je ne suis pas un puriste en ce qui concerne les adaptations de romans en BD). On sent que l'auteur a pris de la distance par rapport au roman, décidant presque naturellement de réinventer le cours de l'histoire. Ce qui aurait pu être casse-gueule se révèle saisissant et étonnant. Brüno arrive à restituer l'ambiance oppressante du sous-marin, la solitude des hommes et la beauté des fonds marins. Son trait est particulier mais je le trouve sympathique et lisible. Son coup de pattes lui permet de croquer des expressions et des situations en peu de cases. Il mène parfaitement son récit et le rend attractif. Un résultat probant !

18/06/2008 (modifier)

En gros, cette série résume à une vitesse fulgurante l'histoire de Vingt mille lieues sous les mers en utilisant des raccourcis parfois surprenants. Par exemple, le seul port d'attache du Nautilus (un volcan éteint dans le livre) devient ici une base ultra-moderne sous les glaces du pôle nord. Bon, je n'ai rien contre ces permissions que s'octroie l'auteur de cette BD. Ça m'a quand même fait un drôle d'effet de voir des bateaux très modernes dans une histoire où les sous-marins ne sont pas sensés exister... Enfin bref, cette série est bien agréable à lire, mais n'est pas d'une grande utilité. Les dessins sont corrects, sans plus. Ça ne vaut pas un achat, mais certainement une lecture rapide à la bibliothèque.

07/04/2008 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Note approximative : 3.5/5 Je ne pensais pas que le scénario de cette série était aussi inspiré de Vingt mille lieues sous les mers. En fait la première moitié de l'histoire est strictement identique au roman de Jules Verne à quelques détails près. A ma connaissance, ce n'est qu'à partir du tome 3 que le récit s'écarte du livre, y apportant quelques nouveautés qui rendent l'histoire un peu plus dure mais aussi un peu plus intéressante. Malgré la très bonne narration, je n'ai pas tout de suite été captivé par cette BD puisque je connaissais déjà l'histoire. Mais le tout est raconté de manière tellement agréable que j'ai fini par être plongé dedans. Le dessin lui aussi est très plaisant. Là aussi, j'ai eu un peu de mal à m'habituer au visage aux expressions assez figées mais au fil des tomes, les faciés se font plus expressifs. Et les décors, l'encrage gras, les couleurs, tout le reste me plait vraiment bien. C'est le genre de dessin juste joli comme il faut mais surtout fluide et agréable. Une belle adaptation du roman de Verne, jolie et plaisante à lire tout en apportant quelques nouveautés permettant à ceux qui connaissent déjà le livre d'être un peu surpris par le récit.

22/08/2006 (modifier)
Par iannick
Note: 4/5
L'avatar du posteur iannick

« Vingt mille lieues sous les mers » est un des ouvrages les plus connus de Jules Verne. Ce roman a été maintes fois adapté au cinéma et en …bandes dessinées. Parmi ces adaptations, celle de Brüno tire son épingle du jeu par son originalité et son style très personnel. L’auteur a situé sa série à l’époque des premiers cuirassés, dans un monde où on peut imaginer le premier conflit mondial du vingtième siècle. L’ensemble donne des engins au design très différent au roman initial. Ainsi , le « nautilus » me semble plus approprié à l’idée qu’on se fait d’un sous-marin. Bien que la plupart des lecteurs connaissent le dénouement final du roman, Brüno a su me captiver à sa version en modifiant le déroulement de l’histoire. Un des points forts de « Nemo » est dans l’évolution psychologique de Ned et surtout de Conseil. J’ai senti que l’auteur a voulu mettre l’accent sur le poids de l’isolement des hommes dans un sous-marin pendant des semaines et des semaines. Les cauchemars de Ned, le changement de comportement de Conseil, l’attente interminable, la peur lors des affrontements entre le Nautilus et les navires de surface, la haine de Némo vis à vis du monde terrestre sont des thèmes que Brüno a su me transmettre avec émotion dans sa bédé. J’admire le dessin de cet auteur au style très personnel et d’une lisibilité exemplaire. Le découpage et la mise en page me sont apparus excellent. L’ensemble m’a beaucoup captivé et ma lecture fut très agréable. Mon seule reproche concerne la séquence où les personnages découvrent le monde sous-marin : l’emploi de couleurs un peu trop ternes à mon goût gâche l’idée que je me fais de la beauté de ces lieux... un détail ! Finalement, « Némo » est une adaptation très originale du célèbre roman de Jules Vernes que je vous recommande fortement à découvrir ! Ne loupez pas non plus le très beau coffret et son carnet d’esquisses !

22/11/2005 (modifier)
Par JBT900
Note: 4/5

Tome 1 Libre adaptation par Brüno de l’œuvre de Jules Verne, ce premier tome est plutôt une réussite. Du reste le capitaine Nemo de la BD n’est pas très éloigné du personnage principal créé par l’écrivain à la fin du XIXème siècle. Le Nautilus n’est également pas vraiment différent de ce que l’imaginaire du lecteur a pu bâtir à la lecture du roman de Verne. Le scénario lui est bien personnel à Brüno et reprend les standards du genre d’aventures avec un trio bien sympathique bien que conventionnel : Aronnax le professeur savant, Land qui fait parler ses muscles avant sa tête et Conseil, le frêle apprenti biologiste. Néanmoins leurs personnages évoluent sans fausse note dans cette aventure entraînante menée sans temps mort. Le dessin, proche de certains comics, est agréable et son plus grand intérêt réside dans la description graphique du Nautilus où l’on sent que l’auteur a pris un réel plaisir à dessiner ces planches de l’intérieur du navire. Les couleurs ne sont pas nuancées et dans les planches sous marines, on pourra même regretter l’utilisation de teintes bien ternes choisies par Laurence Croix. La mer est laiteuse, les poissons n’ont guère de couleurs, mais l’ensemble est homogène à défaut d’étonnant. Au final, une BD qui se laisse lire et qui se doit d’être connue pour tous ceux qui ont aimé l’univers de l’œuvre de Jules Verne. Tome 2 Suite directe du tome 1, « Quelques heures à terre » nous propose de nous évader pour quelques temps des profondeurs abyssales du Nautilus. En compagnie du joyeux trio de personnages repêché à contre cœur par Némo dans le tome 1, le lecteur découvre cette étrange île de Papouasie. C’est l’occasion pour Brüno et sa compère Laurence Croix aux couleurs d’ajouter des fougères, des palmiers et du vert dans le monde métallique décrit jusqu’alors. Le caractère de Némo fait de lui le personnage principal de cette aventure et mis à part Aronnax, les autres sont très effacés par son poids. Néanmoins la mayonnaise prend et on se laisse conduire avec un réel plaisir par l’histoire. S’appuyant sur un scénario sans réelle invention mais juste, Brüno profite de la visite sur l’île pour faire intervenir quelques anthropophages hauts en couleurs. Pour le reste, pas grand chose de vraiment différent que le tome 1 : l’histoire avance, lentement (parfois certaines longueurs surgissent au milieu du ton sans grande intensité dramatique) mais les 40 pages petit format sont avalées rapidement. Enfin, comme dans le premier tome, il faut signaler la présence originale de phylactères résumant des dialogues entre Némo et son équipage à de simples symboles signalétiques. Sortes de hiéroglyphes modernes, ces bulles participent au charme de cette série qui devient de plus en plus agréable au fil des tomes (ce que confirme le tome 3) Tome 3 dans le lignée du T2, très très bien. Les personnages deviennent plus mûrs, Brüno est plus à l'aise au récit. Les situations deviennent plus complexes et l'intrigue est vraiment toujours aussi réussie.

26/05/2003 (modifier)
Par fourmi
Note: 3/5

Une fort belle adaptation de 20000 lieux sous les mers. Pas facile, mais Brüno s'en sort vraiment pas mal. Dans un format assez petit, l'illustration prend toute sa dimension, avec un dessin assez géométrique et une palettes de couleurs fort bien choisies. Il a su ne pas tomber dans une description laborieuse avec un choix de scène ingénieux qui fait evoluer l'histoire assez rapidement. Une série en 4 tomes, bien partie, on attend la suite !

12/02/2003 (modifier)
Par Arni
Note: 3/5

Adapter en BD ce classique n'était pas chose facile... Dans cet ouvrage, l'auteur est parvenu à combiner un style de dessin original à un roman très connu... C'est une réussite totale et le lecteur est heureux de redécouvrir ce chef-d'oeuvre...

25/10/2002 (modifier)