Lilymande

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Mais qui est Lily ?


Amnésie Après l'apocalypse... Couleur de peau : bleu Paquet Robots Sous la mer

En 2085, un astéroïde a rapproché la Lune de la Terre, provoquant la montée des eaux, qui ont fini par recouvrir la presque totalité de la Terre. Seules deux îles restent émergées: Princip'île et Termin'île. Les survivants sont entassés là et dans des installations sous-marines. Cinq siècles après cette catastrophe, Lily, amnésique, a été recueillie par des pêcheurs de Princip'île. Elle va partir à la recherche de son identité... et de son destin.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2004
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Lilymande
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

19/08/2010 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Après la déception de Rêver Eve, Kelilan était attendu au tournant. Lilymande relève le défi, et s’avère un cran au-dessus à tous les niveaux. Graphique tout d’abord, puisque l’auteur laisse libre cours à ses envies de grands espaces, d’architectures marmoréennes de grande ampleur et son amour pour les océans. De ce côté-là c’est plutôt réussi, même si je trouve que les personnages manquent encore un peu d’épaisseur, de régularité. Kélilan progresse quand même à ce niveau au fil des trois tomes, et le troisième est vraiment réussi graphiquement parlant, même si les paysages y sont moins présents. Les couleurs de Jaime martin complètent bien l’ensemble, rendant le dessin très lisible –sauf lors d’une séquence vers la fin où toutes les teintes sont assombries d’un coup ou presque. Lily est surnommée Lilymande par l’un de ses compagnons, à cause de sa poitrine peu développée (« plate comme une limande »…). Dans le tome 3 elle semble être passée sous le scalpel du chirurgien esthétique puisqu’elle gagne deux tailles de bonnet. Probablement un effet de la confiance accrue de Kelilan dans son trait. Pour l’histoire, j’ai vraiment accroché à une grosse moitié : cette jeune femme qui sort de n’importe où, qui doit accomplir un grand dessein dans une Terre presqu’entièrement recouverte d’eau, ça me parle, même si ça n’a rien d’original. Kélilan menait bien sa barque jusqu’au dernier tiers à peu près, où le récit part un peu dans tous les sens, si bien que j’ai un peu décroché, et ai dû revenir sur certaines scènes pour assimiler ce qu’il s’était passé. En résumé, voilà une série SF pas désagréable à suivre, mais qui fléchit un peu au niveau de la cohérence sur la fin. Dommage, car avec un scénario plus solide, on aurait eu une très bonne BD.

19/08/2010 (modifier)